Devenir auteur à succès: arnaques pour naïfs?

M. l’éditeur,

Des placards, dans certains journaux, veulent attirer des aspirants auteurs naïfs. On y annonce des recettes miracles. Genre: « comment réussir la rédaction d’un projet de télé série », venez entendre le « cuisinier » monsieur Réjean Tremblay, ou « comment accéder au succès de la « pottermania », cuisine de madame Dominique Demers.

On peut aussi entrer en correspondance avec un agence qui a sa boîte postale à Ottawa et qui proclame: « Devenez vous aussi « un auteur à succès ». C’est pas gratuit les belles rencontres avec ces magiciens de l’heure, petits Harry Potter innocents de ce monde ! Il faut cracher ‹innocentes victimes‹ cent vingt cinq « tomates » ($Can.) la séance au pupitre du « maître » (ou de la maîtresse) dans une salle d’hôtel, un beau dimanche après-midi !

C’est navrant. L’on prend ces aspirants auteurs pour des caves. Des …poissons, monsieur Fisher ? C’est l’ exploitation des candides. Il faut prévenir les rêveurs fragiles: ne perdez ni votre temps ni votre argent en allant écouter ces « preachers » en activités littéraires variées.

Il n’ y a pas de truc, pas de bonne recette. Il faut du talent. On l’a ou on l’a pas. Il faut le don et il n’y a qu’un moyen de savoir si on possède ce talent (inné !): l’on s’asseoit à son clavier et l’on compose son ouvrage. Eh oui ! c’est plate et ancien, cela se nomme « cul sur chaise » comme disait le frère Untel jadis.

Il faut donc avertir les gogos: futile d’imaginer qu’un personnage très connu va vous déverser dans le crâne une potion magique qui vous changera en un auteur à la gigantesque notoriété. Un seul bon moyen: rédiger tout bonnement sa ponte et puis la faire lire par les vrais interlocuteurs: producteurs, réalisateurs, éditeurs. Eux, ils vous donneront le vrais bons conseils ou vous diront si vous avez vraiment du talent de rédacteur. Plusieurs refus ‹je dis bien plusieurs‹ donnent l’heure juste. ( Voir les pages jaunes du bottin pour les adresses utiles.)

Le reste frise l’imposture, sonne « arnaque », est souvent fumisterie pour gagner vite des sous sur le dos des innocents.

6 novembre 2001
Claude Jasmin
Sainte-Adèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *