Le dimanche 16 décembre 2001

Le dimanche 16 décembre 2001
1-
Merci ARTV. Une sacrée bonne série à la télé, chaque vendredi soir, pour ceux surtout qui comme moi, admirent les meilleurs talents dramatique des  » Etats-Unis, est constituée par les entrevues faites à  » l’Actors studio  » de New-York où vont s’installer tous les aspirants comédiens bûcheurs. Le questionneur fut invité autrefois chez Bouillon de culture de Pivot casr , à la fin de chaque entretien, il pose les fameuses  » questions de Pivot  » à ses invités. Flatté le rond raminagrobis, gras Bernard l’avait donc invité à Paris. Cet interviewer a une bouille antipathique de  » magister  » pédant, il est d’ un calme olympien, froid, calculé, qui rebute. Mais bon Ses questions cependant sont intelligentes. Il s’agit de dépasser cette impression encombrante du prof je-sais-tout. La dernière fois il avait invité chez ses élèves Kevin Spacey que nous estimons très fort, ma compagne et moi. Cet acteur, Spacey, fut éblouissant dans  » Usual suspect « , aussi dans  » L.A. Confidential « , et dans tant d’autres films épatants. De la télé vivifiante. On y a vu De Niro, récemment, même attraction formidable. Souvent ex-élèves d’une école jadis flamboyante, ils se sentent chez eux !Cela est donc diffusé par ARTV et sans longues pauses publicitaires, Dieu merci !
2-
À propos de ce nouveau canal, ARTV, j’aime donc revoir les vieux célèbres  » téléthéâtres  » de la SRC, mon alma mater de 1956 à 1985. Tous les jeudis soir, à  » Passion théâtre « , ARTV re-montre une des productions solides du temps où le valeureux et riche ‹d’argent et d’esprit‹réseau français faisait l’éducation populaire des masses ! Ces dramatiques sont à l’occasion des spectacles plutôt parfaits. J’espère toujours qu’un bon jeudi soir, je pourrai revoir une des dix histoires produites à cette enseigne notoire.
3-
 » United we stand divided we fall « , est-ce un slogan du temps de 1775, lutte indépendantiste des Étasuniens, ou du temps de la guerre civile dite de Sécession ? Hier soir, samedi, avons visionné la cassette vidéo d’un récit captivant, film tourné en Tchéquie dans la langue de ce pays ‹c’est toujours mieux‹ avec sous titres en anglais. Ce  » Divided we fall  » raconte un pan de la vie là-bas durant la guerre hitlérienne. Excellent film. Instructif. Intrigues exploitées souvent certes mais, ici, sous un angle neuf. Une autre histoire d’un Juif que l’on cache, ‹grand risque quand la botte des nazis se fait entendre sous vos fenêtres‹, dans un placard. Émouvant mais aussi rempli d’humour, d’un humour délicat quand le risque est la fusillade. Ah, comme c’est parfait le cinéma qui nous change des bang bang, des tow tow hollywoodiens !
4-
Je suis plongé dans la lecture du célèbre Michel Ouellebec, Plateforme. Le  » talk of Paris « , cet automne. J’avais lu ses  » Particules élémentaires  » C’était un roman sur les us et coutumes d’un paumé, d’un type, parisien banal, qui se cherche une vie sexuelle excitante, via les camps nudistes puis ‹son effondrement‹ via l’échangisme, sauvage, brutal.
Cette fois, le Ouellebec nage encore dans sa sauce, celle de l’obsédé sexuel. À tous les vingt pages il se croit obligé de plaquer une scène érotico-malade, copulation sans amour. Fornication bestiale avec une fausse représentation : l’amour des chiens. On se renifle un bref moment et hop, au lit ! Pourtant on tourne les pages. Pourquoi ? L’auteur a le talent de nous garder en éveil. J’y trouve lev portrait des mâles dans la quarantaines quand ils n’ont pas encore pu constituer un amour important, un couple aimant. C’est d’une tristesse envoûtante. C’est beaucoup. Ce bureaucrate en culture, célibataire parisien qui s’ennuie au fond, dérive lentement vers le néant. On finit par s’attacher, comme malgré soi, à ce lamentable petit bourgeois qui philosophe sur l’État du monde actuellement, monde vu par sa lorgnette de désespéré qui refuse d’admettre qu’il l’est..
5-
C’est un roman dans le vrai sens du mot. Linéaire, sans effet moderne, avec les effets classiques d’une  » histoire « . Son héros (!) voyage, vacances épisodiques, en ces organisations à forfaits. Nous avons fait en janvier dernier, un de ces voyages touristique en République dominicaine, via la  » patente  » confortable : tout est payé d’avance ! On arrive, par avion où on se tasse trois heures ou quatre, au soleil, au bord de la mer. À l’hôtel ‹un de la célèbre chaîne  » Iberostar « ‹ vous mettez votre portefeuille dans un coffre-fort et vous voilà logé, nourri, débarrassé de tous ces inconvénients lors d’un séjour sans encadrement comme on en fit en Floride si souvent.
Le récit de ce  » Plate-forme  » de Ouellebec m’a bien fait me souvenir de cette ambiance paradisiaque et fausse aussi par rapport à l’existence ordinaire. Soleil, mer et able Des bars ouverts un peu partout, jardins luxuriants, plantes exotiques, allées à pierres plates, deux paons ici , des oiseaux rares là, fleurs en vases géants, corridor de tuiles décorées, arches à l’ espagnole, un luxe bien contenu, le bon goût du palace à touristes, des piscines aux eaux limpides, la plage et ses transats confortables, des buffets ici et là.
En maillot du matin jusqu’au soir. Restos riches d’aliments variés chaque soir. Spectacles enjoués tous les soirs sous un vaste théâtre-bar en plein air, bref, un Éden. Pour Ouellebec, à Cuba comme en Thaïlande, c’est les quatre  » S  » de ce commerce moderne, voir les catalogues  » full colors  » de n’ importe quelle agence de voyages :  » Sea, sand, sun  » et sex surtout. Pour l’auteur, il n’y a qu’un avenir : organiser sur une plus vaste échelle un échangisme fatal : les petits richards blasés de tout l’Occident, nous, emmêlés aux jeunes sauvageonnes délurées du Tiers-Monde., Il y croit. Je n’ai pas fini ma lecture.
Ce cynisme se veut moraliste, la morale laxiste du  » plaisir avant tout « . Michel, le héros, affirme que ce serait alors la paix partout. Que tous nos maux découlent de privations installées par notre morale judéo-chrétienne, puritaine.
Le sida ? Il y a le latex.
Par sa lorgnette, il n’y a qu’un seul problème mondial, pouvoir baiser librement, une seule réalité dit ce sociologue du dimanche, non-patenté : d’une part, les foules (hommes et femmes) de frustrés sexuels, ‹allemandes, italiennes, françaises, américaines etc, et d’autre part, les foules pauvres, les démunis. Qui ne demandent qu’un peu plus de revenus et qui l’obtiendraient si l’hypocrisie puritaine tombait, si l’on permettait des paquets de clubs de vacances où l’on pourrait assouvir ce vieux besoin de  » copuler sans cesse « . Il n’y a que ça.
Sa projection ‹oui M. Freud‹ fait voir son obsession. C’est écrit vivement et, ici et là, Ouellebec lâche de lourdes sentences ‹profondes !‹ pseudo-philosophiques, parfois très amusantes, parfois décapantes, aussi des jugements globaux d’un racisme primaire. Sur les Arabes, sur les Africains ‹ » les seuls mâles capables de rire « ‹, sur les Cubains en particulier ‹ » tous abusés et paresseux et voleurs « . Sur les Asiatiques d’âge tendre :  » les seules femelles soumises, capables de bien servir le mâle !  » Ici on rigole, là, on fronce le sourcil.
Les vieux, les vieilles, sont une réalité inexistante pour notre héros en manque de vulves perpétuellement.
Bref, son succès (au livre), très fêté, vient justement que ce fonctionnaire souvent en vacances a des opinions d’une liberté totale qui se confine volontiers à sa subjectivité : il veut copuler sans s’attacher jamais. Sus aux sentiments humains. Foin de l’amour stable. Copuler, copuler sans cesse. Partout. Librement. Dans un monde  » globalisé « , il est le type de  » baiseur sans frontière  » quoi !
Je reprendrai ce  » Plateforme  » et vous en reparlerai.
6-
Un courriel, hier : un type, inconnu de moi, M. Desjardins, responsable d’une trentaine de jeunes journalistes (!), dit admirer mon style, dit qu’il est heureux de JOURNÉES NETTES,  » moins banal que tant de sites  » persos « , qu’il s’abonne volontiers à mon journal mais que je suis pas un bon exemple  » que de fautes  » monsieur l’écrivain !  » Aïe ! Touché. Chez l’éditeur il y a un correcteur, réviseur professionnel. Ici, je suis seul, je suis à découvert et on doit voir mes faiblesses en orthographe. Hélas ! Humilié pas mal, je lui ai répondu que j’allais mieux me surveiller. J’utiliserai davantage mon correcteur  » ordinatisé « . Pourvu qu’il me reste fidèle !
Je présente des excuses aux instruits qui détectent, bien agacés, mes erreurs.
7-
Je m’ennuie de ce Yves Desgagnés, acteur, devenu, en émission culturelle, d’un enthousiasme communicatif, offrant une sorte de bonne humeur intempestive qui me réjouissait, et vous ?
Je regarde toujours ce CAMPUS, à TV 5. Pivot n’est pas rem placé. Son successeur, on succède à quelqu’un comme Pivot, on ne le remplace pas, a du bagou, il va et vient dans son studio bien décoré (l’ex-scénographe de télé juge ici) et c’est d’un dynamisme parois excitant, parfois encombrant. On n’y trouve plus les longs moments captivants d’antan. Forcément, CAMPUS se veut plus une revue des actualités littéraires françaises qu’une rencontre d’auteurs sur un thème donné. Adieu solides conversations à la sauce pivotienne !
8-
Je lisais ce matin, dimanche, un article (in La presse) sur un déraciné bien confus, venu du Nigéria, fuyant à Londres, et enfin établi à Totonto. Il ne cesse pas de parler de son père, tué en Afrique, de son exil hésitant, de sa recherche de racines perdues, etc. Je sais pas trop pourquoi, j’ai songé à deux vieux projets de livres. M’y remettre un jour ?.
a-Questionner ‹sorte d’entretien de fond‹ un camarade franc sur la question homosexuelle. Avec Michel Temblay ? Échange de lettres Key West, Sainte Adèle. Un livre. Ou avec un Daniel Pinard ? J’ai hésité. J’y re-songe parfois.
b-Y aller aussi d’une longue et publiable conversation sur  » le  » traître « ,  » l’abandonneur des siens « , la culpabilité avec un Danny Laferrière, mon camarade si lucide. Deux projets de livres que je n’abandonne pas. Pinard qui déclarait à la télé :  » S’il y avait eu un comprimé pour changer de sexualité, je l, « aurais pris et rapidement  » Il démontrait qu’être gay n’est pas gai. Oui, je m’y remettrai un jour.
Bon, appel d’en bas. Il est 14 h., Devoir, pour Raymonde, aller voir une docteure demain matin, tôt. Faut descendre à Monrial avant le gros trafic de fin du dimanche.
Allons-y!  » En ville-ill-ill-e  » , chantait la ouaitresse de  » Demain matin Montréal m’attend  » . !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *