Le jeudi 20 juin 2002

Le jeudi 20 juin 2002
Jours de pluie…

1-
Parfois, j’entendais des connaissances se lamenter : « mon ordi est kaput ! » Je me disais : « quelle guigne ! Pas de danger que ça m’ « arrive. » Eh b’en, mercredi dernier —quoi ? toute une semaine sans mon cher journal harassant!— au retour, quatre heures plus tard, je remue la souris et….kaput! Plus rien. Et la lumière…fuit ! J’avais débuté (perdu ce début) et le soleil se mit à luire tant, si fort, si invitant…. sans bon sens. J’avais laissé là cette machine, allumée. Quoi ? On sort prendre l’air et au retour le soir :plus de courant. Plus rien. Mort le machin Imac !
Mon Daniel me recommande d’aller voir un docteur en ordinateurs. Je vais, le lendemain, jeudi dernier, porter mon malade dans la 5 ième Avenue, à Rosemont…et les experts trouvent pas. Me menace : « le tube sans doute, ça va revoler dans le 900 tomates ! » Ouille ! « Ah, il n’a que deux ans, ah ! Bon, bon,. Alors on va mieux chercher le bobo ». Et, ce jeudi midi :enfin, c’est la patente remise à flots et une facture de 350 tomates ! Ouf ! Merde et re-merde !
Je vais devoir noter brièvement des éphémérides pourtant riches depuis toute cette semaine d’absence. Dire tout de suite que —le guéri dans le coffre de l’auto— il m’a fallu aller porter des photos d’enfance chez la Elsa de Denise Bombardier (pour « Conversation ») , proche de Radio-Canada. Ensuite, devoir filer à « La Maison des écrivains », rue Laval, aussi pour une photo : je suis invité à bavarder avec Fugère au Centre culturel Frontenac, en septembre. Photo exigée aussi pour la revue « Le bel âge » (rue University), enfin, aller à un anniversaire (le 50 ième) de « La Roulotte » sur la terrasse de l’Hôtel de ville. Paul Buissonneau y est. Quelques rares acteurs du vieux temps. Vin rouge frais, joli bouquet de lys aux vétérans. Merci. Aile a trouvé un vase tantôt, revenu au chalet.
Une chaleur caniculaire. Fin de la série de jours pluvieux enfin. Sueurs partout. Je sone à une première baignade. Je reviendrai au journal, plus tard. Demain matin ? J’en ai long à raconter. Calepin bourré de notules. Aile a acheté des livres ce midi. Je suis plongé dans « Le tueur aveugle » depuis deux jours, attendant le retour du… jedi-imac ! L’amie Josée, un soir récent, à La Moulerie quand je lui dis ma manie de la vitesse, ma peur de perdre du temps, mon angoisse ordinaire face aux jours qui filent, s’exclame : « Ah ça c’est l’urgence de vivre, Claude » Je lui dis : « Oui, c’est ça, c’est moi ça, ce serait bon comme titre. Pour mon journal en livre, tu permets ? » Elle rigole.
« L’urgence de vivre », journal. Oui, je vais courrielliser ce titre chez « la priseuse de textes », Martine Aubut aux Trois-Pistoles. Bon :sortir donc. Chaleur torride, je l’ai dit. « Demain, ça rivage « L’extraordinaire et triste histoire… » de Marquès —que j’avais bien aimé. Sortir donc. Demain, revenir au journal pour raconter mieux sept journées pas nettes de….de ceci et de cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *