Un déménageur de temples

JASMIN, LE POLÉMISTE
ATTAQUE STÉPHANE BUREAU !
 » Un déménageur de temples  »

par Claude Jasmin (écrivain)

C’était le titre d’une entrevue du reporter new-yorkais, Richard Hétu :  » Le déménageur de temples « , (9 mai, La Presse). Un scandale, non ? Nous étions plusieurs à nous poser une seule question :  » Comment ça se fait que l’Inde laisse partir ainsi de son patrimoine collectif « ? Car l’article nous annonçait que M. Simard, riche collectionneur né au Saguenay, faisait démolir des temples, du 17 ième siècle !, à Cochin (en Inde) pour les réinstaller dans son village, Larouche (1,100 habitants !) en vue d’ériger un site,  » pour touristes haut-de-gamme « , spécifiait-il.

L’article de Hétu raconte que l’évêque de Cochin prendra l’argent du riche Québécois, Claude Simard, pour se construire une belle église (St.Thomas) neuve ! Ce galériste ( » Shaiman gallery  » à New-Yok) et collectionneur, Claude Simard, attendait un restaurateur indien pour l’aider à sa curieuse installation larouchienne.

L’on était replongé au vil temps de ces niais curés d’ici se débarrassant ‹chez des Étatsuniens riches et à prix vils‹ de nos trésors collectifs d’art sacré pour soi disant  » rénover  » leur église. Une lamentable pratique interdite désormais, Dieu merci !

L’on songeait aussi à ces odieux colonisateurs de jadis qui embarquaient pour Londres ou Paris les trésors de L’Égypte ou de la Grèce ! Un Québécois rejoue donc ce vilain rôle ? L’Inde moderne autorise, permet cela ? Aucune question là-dessus par M. Hétu.

 » Le Point « , piètre information ?

Au début de cet automne Stéphane Bureau, de la télé de Radio-Canada, partait à son tour, pour Larouche, questionner M. Simard ( » Le point « ) et ne fera pas un meilleur travail. Bureau, lui aussi, ne pipe pas un seul mot sur ce vandalisme (quel autre mot ?) étonnant.

Qui alertera l’ambassadeur de l’Inde à Ottawa ou le consul, ici, à Montréal ? Si, un jour, un tribunal compétent (de l’Inde ou de l’UNESCO) ordonne le démantèlement de ce  » village de l’Inde  » au Saguenay, de remettre  » en état  » tous ces monuments, qui va payer pour cette inévitable (?) et justifiable réparation ? Nous, les citoyens d’ici ?

Les fonctionnaires de notre Ministère du Tourisme laissent faire tout cela ? Sont-ils heureux du fait ?, sont-ils à faire imprimer (à nos frais) des écriteaux en bleu et blanc pour attirer le touriste à Larouche cet été ?, préparent-ils des textes alléchants dans l’annuelle et gouvernementale jolie brochure illustrée, pleines couleurs ?

Je croyais bien terminé le temps des colonisateurs riches qui embarquaient les trésors de l’Égypte ancienne. Ou de la Grèce. Un journaliste compétent fera-t-il toute la lumière sur cette très bizarre entreprise ? Le maire de Larouche, M. Réjean Lévesque, innocent, se déclarait tout content de cette initiative exotique.

MM. Hétu et Bureau n’ont pas bien fait leur travail d’informateurs. Qui creusera mieux le sujet ?

(p.s. : M. André Pratte (La Presse) refusait de publier mon article au début de l’été.)

– 16 octobre 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *