Le mercredi 20 novembre 2002

1-
Bataille de nuages au firmament ce midi. Le bleu veut triompher du blanc. Issue probable de ce combat éthérique : le blanc blanchira l’adversaire.
Ai pris notes pour ce T.L.M. de mardi prochain : « ma mère chantait toujours et ma mère jouait avec nous toujours. Plus : cette tante Gertrude qui nous gardait et ses fabuleuses ménageries de friandises ». Suis prêt. Peur toujours de n’avoir plus rien à raconter aux Houde-Bertrand et, en fin de compte, je gratte, je me les creuse, je trouve. Ouf ! Oh ! Clignotement à l’imprimante : encre noire qui s’achève. Déjà vide ? Mes rubans de dactylo duraient si longtemps, eux ! Bin tanné de tout noter. Avec ce « Poing comme net » —le mot « poing » pour colères, évacuation d’humeurs— je ne me fierai plus qu’à ma mémoire. À la mi-décembre, n’y aura plus, en hebdo, que les points forts des jours enfuis. Ce que j’oublierai méritera d’être oublié. Ça vient de finir.
J’ai reçu (courriel) des souvenirs bien rédigés d’un vieux médecin (Trois-Rivières), on lui cherche un éditeur. Il y a eu premier refus déjà. On me lance un SOS. C’est du texte précieux, qu’il faut sauvegarder. Je ne sais pas trop quoi faire pour aider à la publication d’un tel savoureux documentaire écrit. J’ai suggéré de demander de l’aide auprès de l’UNEQ. Merde ? Quoi faire ?
2-
Il nous arrive parfois de nous questionner. Ainsi, dans mon « Écrire pour… » : suis-je allé trop fort au sujet de notre colonialisme, de ce racisme inverti ? Eh bin non ! Dans « Voir », c’est une confirmation : une Sergente (Julie) publie fièrement notre aliénation qu’elle approuve la sotte. Lisez : le roman québécois sort (enfin) du terroir (notre patrie n’est, colonel-Sergent, qu’un vil terroir ?), il célèbre (enfin !) l’urbanité, les us d’ailleurs, il s’est internationalisé, il a cessé de ne ressembler qu’à soi (l’automépris des colonisés ?). Édifiante perspective non ? L’hebdo VOIR applaudit à ce reniement, ce serait un net progrès.
Nulle part au monde, dans les « vrais » pays, on ne chanterait cette aliénation culturelle. Pauvres « petits pays » munis de ces chantres du déracinement volontaire. Marie-Claude Fortin s’accote volontiers sur la Sergent-Major. Elle vante à son tour (même numéro de Voir, 14-20 novembre) les bienfaits de cette romancerie se déroulant « ailleurs ».
Et moi ? Avec ce projet de roman exotique qui m’assaille, « Ernesto l’exilé », vais-je obtenir grand succès avec échos louangeurs ? Ce sera une preuve de plus que certains jeunes fous en médias souhaitent oublier le Québec qui s’écrirait. Enfin, Tristan Malavoix-Racine (oh, racines ?), même hebdo, veut fustiger aussi le nombrilisme (son mot) de trop de nos auteurs comme si le « je », l’autofiction, était une lèpre toujours futile. En France (Angot), aux USA, en Allemagne, en Espagne, on trouve de ces livres de questionnement essentiel « sur soi et les autres alentour » et personne ne songe à blâmer ces écrivains. Il ose signer : « l’ère des étiquettes nationalistes achève… Et ce sera la fin des préjugés ». Rien à comprendre sinon ce malaise bizarre (de raciste inverti) face à la québécitude normale de nos auteurs. Il ose donner en exemple « la littérature québécoise d’un Yann Martel »…Martel qui écrit en anglais ! Un vrai con ce Racine déraciné.
3-
Tantôt j’écoutais (Cbf-fm) —j’adore sa toune musicale d’ouverture, sorte de vieux tango— « Autour de Nana » : un grand gars de 18 ans a encore peur de sa môman; ultra-contrôlante, la Nana ! Il revient d’une première coucherie d’ado-homo, dans « une chambre à louer » du Carré Saint-Louis, initié par un anglo averti. « Tu resteras toujours mon enfant », lui répète Nana derrière la porte des toilettes à cet enfant prodigue enfin rentré. Elle donne en exemple le comportement du frère aîné qui, à 32 ans, « ne découche jamais, lui ». Il rétorque : « ce qu’il fait « de jour », personne ne le sait ». Famille d’antan ? Ce « recyclage » intempestif —par Lepage— de pages de Tremblay est pas toujours bien fait, hélas, comme ce matin.
Ce matin, la Nat Pétroleuse de La P. veut louanger « Bunker », est malheureuse du peu de public à l’écoute mais termine par : « C’est dans une bulle étanche ». Alors ? Ceci explique justement cela. La voilà qui découvre —sur un écran de son gym— que le poète d’État (M. Bowings) —à 22,000$ par année à Ottawa— joue courageusement « le fou du roi Chrétien ». Yves Beauchemin dit qu’un poète d’État c’est une farce que « la (vraie) poésie est (toujours) illégale ». Bravo ! La vérité ? Le pouvoir peut fort bien tolérer « en son sein tout puissant » un brave pacifiste à 22,000 $ Pas un pli sur la différence. Un maringouin piquant un dinosaure. On en rira.
La menteuse face à une annulation de dernière minute : Dominique Chalout (relationniste) dit que sa compagnie (Zone-3 ?) appointée par TVA est trop pauvre (!) pour engager, à 1,675 $, cinq (5) zapartistes effrontés au « Grand blond… ». Ils n’y allèrent point malgré la pub faite ! Les mensonges de ce petit monde crasse hein ?
Robert Foisy —et P. Bourgault — contre ces Jeux « gays ». Ça proteste en grande. Le ghetto fabuleux (aux ramifications internationales) défend ce cloisonnement volontaire alors qu’il doit bien y avoir le lot normal d’homos aux Jeux ordinaires. Danger à long terme pour cette minorité active que cette séparation consentie.
4-
Jean-Luc Mongrain chez Bazzo ce matin raconte que ses huit années en enfant-pensionnaire « des bons pères » du cours classique lui firent le plus grand bien. Qu’il a pu y découvrir (dans la cour de récréation, au dortoir comme au réfectoire) ) le vrai monde, les méchancetés des autres gamins, que cela le ramenait à la réalité. Avec sa maman il était, non pas un enfant-roi (trop modeste milieu familal) mais un enfant protégé du monde extérieur. Table ronde avec des « enfants uniques ». Unanimité en studio : madame Dolto, célèbre analyste pour enfants, avait tout faux (?), se trompait gravement : pas vrai que les enfants uniques sont en danger, deviennent des égocentriques, etc.
Heureux jeune Mongrain et moi qui voyait, enfant entouré et aimé, le pensionnat comme une odieuse et terrifiante prison !
En 2003, 25 ans, la mort de mon héros-chanteur Jacques Brel ! 25 ans déjà ? Non il n’est pas mort du tout. Ici et là surgissent fréquemment des témoignages (des jeunes parfois) : ce poète populaire était un génie belge.
Le patron du Dev, B. Descôteaux, ce matin, signe un beau témoignage sur ce « grand-père » merveilleux, André Cailloux, mort dimanche dernier. Il ne va pas publier mon hommage à moi, c’est évident. Tant pis. Plus grave, bien impoli, il ne me répond pas pour cette demande de chronique. Un refus cela se dit, non ? Rue de Bleury, je ne suis plus rien, ma foi du bon yeu.
Appel chez Parent-Forget : « Il y a eu erreur et on va refaire vote prothèse mal ajustée, venez sans faute lundi prochain… ». Je n’en reviens pas. Leur erreur et on me commande d’aller me rasseoir, tel jour, telle heure. Y a qu’à obéir quoi ! J’enrage.
Pu’ capab’, ce Bernard Drainville (ici, Radio-Canada au Guatemala) : Pourri ! Infect ! I-né-cou-table ! Non mais…on engage n’importe qui ?
5-
Vu la fin de la série « Duceppe » hier soir. Quels mauvais dialogues chez dae Wojas ! Quel manque de tonus dramatique au cours de cette série. Duceppe se croira, l’acteur Doucet, talentueux, le dit, « un imposteur ». Duceppe, fin de sa vie, déplore son manque d’instruction, si peu de scolarité, n’avoir pas pu se prévaloir du fameux « cours classique ». Aussitôt Aile éclate : « Ah comme c’est vrai, si tu réussis dans ton domaine et cela sans solide école, oui, tu te crois un imposteur. Je sais bien ce sentiment. Mon père, lui aussi, souffrait de ce complexe ».
Moi aussi, il m’arrivait parfois, autodidacte magané par un critique, de craindre que l’on dévoile publiquement mes manquements culturels évidents, ce « cours classique » interrompu, etc. Bêtise ? Qui s’accentuait avec la venue (années 80-90) des nouveaux jeunes savants-docteurs-en-lettres qui étalaient volontiers les dogmes et les neuves théories littéraires, leurs nombreuses sources d’informations sophistiquées…
Oh la la ! Sol : « pauvre petit moi alors » ! Il m’a fallu un certain temps pour constater que tant de ces nouveaux gloseurs étaient de minables impuissants, réfugiés derrière le gros paravent trompeur du bla bla bla élitiste et totalement infertile.
Jaloux des créateurs féconds, sans diplôme lourd, ces prétentieux arrosaient « les populaires » d’un fiel envieux. Aussitôt, on me connaît, je sortis des épées farouches, des dagues etc des poignards, pour les éventrer comme on ouvre des figurines mécaniques, automates crinqués, …pour voir la petite machine idiote dans le ventre des poupées fardées. Bardées de médailles futiles. Certains attaqués me porsuivent toujoyrs d’une hargne totale. Tant pis pour moi, tant pis pour mes vaillants camarades en autodidacterie ! Anti-intellos, le Jasmin ? Non. Je reconnais volontiers maintenant, calmé, que des « très instruits » savent parfois nous pondre de fameux bouquins, de fort utiles et lumineux articles.
6-
Lu dernièrement : « Notre patrimoine religieux est en péril grave ici et là » ! Bien mais qu’en est-il du péril en Inde, à Cochin, du « patrimoine religieux » acheté par le galeriste Simard (« qu’allait-il faire dans cette galère » ?) pour installation touristique au Saguenay ? Alerté (après La Presse) par une mienne lettre ouverte, non publiée, silence compact toujours au Devoir ! Je chante : « j’attendrai, le jour et la nuit, j’attendrai toujours… » !
Dimanche, enragé et se défoulant dans La Presse, mon éditeur, affirme qu’il a englouti deux centaines de milles piastres, au moins ! Oh diable ! Cachets de ses téléromans pour entretenir —une sacrée danseuse, maîtresse insatiable !— sa passion des livres ? Impasse maintenant. Cul de sac prévisible dans ce « commerce ». Rêvons d’un mécène (Bombardier, Cascades, Jean Coutu, inc., Saint-Hubert BBQ, Péladeau INC ?) surgissant chez le Troispistolien : « Je serai votre baîlleur de fond désormais. Continuez » ! Oui, rêvons !
Laura Bush et ses auteurs invités à La Maison blanche… et Chantal Landry, elle, invitera-t-elle bientôt des écrivains pour causer « affaires culturelles »…et autres affaires… au chic appartement surplombant le chic Château Frontenac de son chum ? Rêvons toujours.
Gazettes du jour : Bush pas confiant en l’ONU. Cacherait-t-il des stocks de gaz mortel dans une mosquée ? Sadame tint salon, il s’en fiche, lui c’est « sa dame autre » qui le turlupine, qui le turliponne. Sa « dame de pique » bien noire, Hussein. Tout le puissant lobby des armements lui fait : « Si tu veux du fric pour ta ré-élélection, vas-y, vas-y ».
7-
Quand, vendredi, au Salon, Lucien Francoeur louangeait mon « Écrire… » je fus lâche et n’ai pas pipé mot sur le sien que je venais de lire. Un ramassis d’estocades d’une rare niaiserie. L’étonnant prophète Jésus de Galilée défini par Francoeur en « enculé » (sic) bien con (!). Et autres aménités diverses. Infantilisme dépassé, à son âge ! Un prof ? Si bébé ! Puérilisme vain. Si facile. Si ado attardé. Un écrit à la va-vite bourré de sentences folichonnes. Ne rien dire donc…et pourquoi ? « Savoir vivre » de pleutre que je regrette toujours, trop tard.
À la radio une tortue lente et savante s’exprime avec difficulté. Aile : « J’ai mes défauts mais jamais je ne m’écoute parler ». Vrai. Je dis : « moi itou, ça ». Aile aussitôt: « Toi ? Non, tu ne t’écoutes pas parler mais tu parles sans écouter trop les autres ». Bang ! J’avale. Je dis : « Ta peur du ridicule t’empêche de trop jaser, non ? Es-tu vaniteuse Aile ? » Réponse ? « Vaniteuse et orgueilleuse, est-ce la même chose ? » J’y réfléchis encore.
Revu cet enfant génial dans « Le sixième sens », courrez louer ce film étonnant… Paquets de pubs incessantes hélas à la télé de TQS. Merde !
8-
On a mis 8 millions de piastres (Can.) à la CBC pour cette série sur Pet, l’idole des anglos, du Roc tout entier. Rien sur sa jeunesse, ça part en 1968 (élections remportées) et ça va jusqu’en 1982 quand le fier Pet alla signer —sans l’accord de tous les élus Québécois— son entente constitutionnelle face à THE QUEEN à Londres, le suiveur énamouré, Chréchien, lui tenait la queue de « mourning-coat ». L’acteur Colm Feere incarne le fier Pet, il était excellent en Glenn Gould. La jeune groupie du nom de Margatet y serait dans maintes séquences. À l’affiche donc de notre télé publique ce soir, in french ! Nos élus du Québec « dans les jambe » du grand fédérateur », y seraient de pâles fantoches, dit-on. Eh b’en !
Je reviens de l’École des « tits » chefs : côtelettes de porc, ouen, soupe aux légumes et sauce à pâtes, et… « Hon ! hon ! », dira Aile, une tarte aux cerises. Durant la demi-heure d’attente, achevé le — cher à Foglia— petit « Manuel…à l’usage des filles » de Mélissa Blank. Je reconnais, ici et là, un beau grand bouquet d’humour sauce juive de New-York, ce qu’est l’héroïne. Elle est en quête perpétuelle d’un « chum steady ». Lectrice junior chez un éditeur puis rédactrice de pub, c’est le vivant portrait du petit monde « bobo » de Greewich Village. Woody Allen veillait sur Blank. Je n’ai guèrte de sympathie pour ces jeunes « vieillissants à regret » se traînant sur les sofas des psys de la Cinqième Avenue. Monde frelaté. L’humour juif c’est toujours du cynisme en fin de compte, de l’autodérision comme… mécanique. On se moque de soi et des autres pour bien illustrer qu’ils sont clairvoyants, que le genre humain est contaminé à fond :succès faciles, ambitions sottes. La caricature pétaradante au poing — un revolver toujours chargé pour épater. Mais c’est écrit sur la guenille qui sort du fusil intello : « Pétard » ! Ou « Boum » ou « Pow »! Oui, l’ennui de cette actuelle société manhattanienne —on vba faire un tour à Paris, on sait qui publie quoi— refusant et acceptant à la fois la jet set aux terrasses des restaus huppés. Cette sorte de supériorité faussement modeste —excusez Sire Foglia— m’afflige, pire, m’ennuie. Assommant, avant ou après le 11 septembre, cette faune de vieux garçons et de vieilles filles (on lui enlèvera un sein et c’est pas si grave) rêvant d’accouplements durables avec ou sans le « manuel ».
9-
Jeudi dernier, à T.Q. Un grave psy cause : « Trouble somatoforme (!) si on refuse d’exprimer ses émotions, voire un grave choc occulté, tu, trop refoulé. À la suite d’un grave chagrin ou déception, l’enterrement de ses sentiments peut provoquer maladie grave, cancer, etc. » C’est dit souvent. Si vrai ? Les psys ont intérêt ($) à mousser cette théorie en tous cas. Qui n’a pas connue une personne ouverte, bien franche, très lucide, soudainement cancéreuse. Malade qui n’a —jamais absolument— rien cacher de es émotions ? Cette scie du « psycho-somatik », tic, tic…ravageur…j’ai des doutes.
Le va-t-en-guerre Charogne en Isarel : les résistants tuent des occupants israéliens. Bien, il ordonne davantage de colonies à installer. Jouer avec ce feu ! Ils sont à Hebron, 600 colons, les Palestiniens : 120,000 !
Horreur pour rire jeudi soir dernier : Aile et moi, très rigolards en voyant (enfin !) ce film-culte bien amateur : « King-Kong ». C’est souvent à mourir de rire. Séquence prémonitoire sauce « Jurassic Park » subitement ! Avec, soudain, en noir et blanc, des effets optiques audacieux pour l’époque (1932) et pas trop mal réussis. Je regrette de n’être pas allé voir le décapant « Bowling Colombine » de Moore en bas de la côte. Paresseux que nous sommes… et les films ne restent pas longtemps au « Pine ». Surtout une telle charge anti-armes !
Aile en a terminé ave son Ferguson, « Train d’enfer » Pis ?
« Bien…c’est très bizarre…Tu liras, c’est pas plate, j’en étais comme
hantée, je tournais les pages sans cesse mais je ne sais quoi en penser ». Ne dis plus rien, belle Aile de mon cœur, c’est le signe indubitable qu’un roman fonctionne. Je le lirai donc.
9-
Raynald, mon frère, retraité comme moi —lui de TVA, moi de la SRC— m’a posté un tableautin de sa blanche main de peintre du dimanche (comme moi). Le cinéma « Château » du coin de notre rue, un tram, un kiosque à journaux. J’avais souhaité un personnage, un humain de jadis. Pour une couverture de livre, c’est plus clair. Je verrai quoi en faire. Il part en énième voyage avec sa Monique. L’Égypte bientôt. Sur sa carte de bons souhaits : « J’aurai presque fait le tour du monde. On stoppe ça. Le dernier ».
J’y reviens car c’est incroyable : lisez ce Lester du « Livre noir.. », s’y trouve un récit fabuleux sur une putain anglo qui se disait la victime sexuelle (enceinte) des prêtres cathos diaboliques du Québec. Un pasteur protestant en fait sa maîtresse et va, aux USA, publier son « conte noir » inventé. Anti-catho. Un best-seller fantastique longtemps là-bas. Dépassant longtemps la Bible ! Ré-éditions. Lester dit qu’avec l’aide de « Patrimoine machin », on peut le lire encore sur Internet. La francophobie (anti-cartho jadis) des Amerloques montrait son vrai visage.
Je lis « Larose n’est pas Larousse » : Castonguay cogne très dur sur la niaise complaisance du « rapport commandé » à l’ex-chef syndical. Le « Tout va bien pour le français désormais » de Larose le fait vomir. Querelle des optimistes et des pessimistes ?, je l’achèverai et en reparlerai. La violente préface de mon éditeur (Beaulieu) est pas piqué des vers, c’est entendu. En matière de férocerie, il est épatant mon Victor.
Allons goûter ces fraîches « chops » de cochon, tiens. On ferme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *