Journal, février 2003

Dimanche 9 février, oh !une pieuvre noire gigantesque se déploie dans le ciel du lac Rond ! Ah ! énorme calmar à couleurs acides, cerfs-volants géants et rires des patineurs. Krieghoff vivant : rouge carriole antique tirée par de sombres percherons, l’église en fond de tableau, « Séraphin » revenu, cloches à la volée. Bonheur dominical. Rentrée pour voir Derome qui m’écoute jaser sur la télé de jadis comme, avec Scully («à Bilbilotheca »), jasette sur l’émouvante « ‘tite maîtresse d’école » dans l’île de « La petite poule d’eau », Gabrielle Roy.

Lu donc « Entretiens avec Noam Chomsky ». Ça ouvre les « queneuilles » en (grandes) osties. Ensuite, 1- on lit Mario Roy (La Presse) : « Trois pouvoirs, l’État, les financiers-entrepreneurs et les syndicats ». Pauvre cloche : L’État (Chrétien comme Landry) accroupi se meurt car il n’y a que les géantes entreprises (souvent subventionnées !). Et puis rien ! Le syndicalisme ? Souvent viré en corporatisme égotiste— ne touche (hélas !) que des minorités. Les « wise guys », Mario et Pierrot (Bourque) ont compris. 2- Un prof, La Sablonnière, proclame : « Ma mission consiste a transmettre mes connaissances ». Pauvre con : ils sont pas des vases (cruches), un prof doit enseigner à « apprendre », à rester l’esprit ouvert et libre. Ça donne cela lire Chomsky : la lucidité.

Lundi 10 février, visite chez « Accès », rue de La Gare, jeune équipe dynamique et joyeuse puis filer chez mon toubib : Sérieux cholesté-cul. « Mangez cela, ne mange plus ceci… » Tout ce qui est bon est mauvais ? C’est ça ricane mon cher Singer. Merde ! Crevez (très tard) mais bien frustré. Non, envie de désobéissance. Honte : acceptez de mourir —un peu plus vite— mais content, heureux, satisfait de mon existence. Cruel dilemme pour des tas de gens. Alors on se fait des promesses…qu’on tiendra ? Hum ! Le culte du corps, de la santé en ravageur des bons petits plaisirs de la vie. Ouash ! Que faire ? Au secours les hédonistes ! « Mon pauvre pitou », dit Aile. Aie, « chuis » pas ton chien, ni « l’ombre de ton chien » (Brel). Passe-moi de ce gâteau et vite ! Honte !

Vu une star auto-sado-maso :Michael Jackson sur ABC. Enfant-bateleur Noir battu, tourmenté, magané mué en bloqué de phase buccal, anal et autre al. Une bébite, blanchie à la chaux, hurluberlu déboussolé, pitoyable multimillionnaire.

Mercredi 12 février, hier, queue de veau, critiquer la télé à CKAC tôt, puis à « Tous les matins », fustiger le caméscope partout sans cesse, à midi, entente à signer avec mon éditeur pour l’Album illustré d’octobre. Le soir, chiard visuel au Vieux-Port, avec notre président-Curzi. Il sort d’une visite à L’Élysée —si-ou-pla— d’un Chirac à la rhétorique flamboyante. Son union sur Internet (uniondesartistes.com) pour négocier et envoyer les C.V. Plein de belles jeunesses guettant les producteurs invités. Que de talents en « salle d’attente » !

Hier matin, un Paul Houde totalement écœuré —il s’est investi « très, très » généreusement dans « Tous les matins » et on « floche » le tout — me confie : « J’en ai assez de ce cruel milieu des médias, Claude, je retourne aux études (polytechnique) en septembre… ». Sa tristesse me touche.

Ce matin, remontée en Laurentie. Neige neuve légère avec froid vif. La vie aux USA ces temps-ci ? Lisez : « la Cia a obtenu la collaboration des libraires —les biblios publiques ? c’est déjà fait, vive les ordinateurs hein !— on veut « ficher » certains lecteurs à risques, à esprit trop libre. Vous lisez un livre de Chomsky et vous voilà sur la « black list » du Pentagone. On se penche, on s’incline —pas par respect. Pour vomir sur ce gouvernement buschien, marcarthysme pas mort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *