Journal – 19 Février 2003

Jeudi 13 février, je flotte depuis samedi, depuis cette chaude recension dans Le Devoir pour mon « À cœur de jour », journal. Louis Cornellier titrait sa critique par « Le torrentiel Jasmin ». Il finissait ses éloges par : « léger, brouillon et fortifiant ». Bien. Ce sera mon slogan. Ce matin, CKAC (Arcand) m’ouvre son micro (« no 1 » au Québec) via le téléphone. Ensuite, vite, céréales —avec banane et cafés—, puis filer en « causerie» pour une foule d’attentifs. École Multiservice à Sainte-Thérèse. Une Lise Beauchemin —venue du « chebail-du-moine »— toute confiante en mes talents de tribun littéraire. Auditoire enthousiaste. Stimulante jeunesse. Je ne lis plus un texte, j’improvise désormais en un « torrentiel » coq à l’âne. Courte-pointe de propos touffus et qui a fait rigoler profs et écoliers (de tous âges). Je sors très ragaillardi de telles rencontres. J’y joue volontiers le moraliste —moderne— et constate que c’est apprécié.

Samedi 15 février, deux ours —bien léchés— dé-hibernent un brin. Invitation d’Accès d’aller visiter le néo-réalisme du jeune doué Jubinville à « La Maison » de Val-David.

Art actuel inconnu pour ce Frigon-auto-dégommé de la SAQ et qui déteste l’art abstrait. Il achetait —avec notre argent— du faux-réalisme chez Tremblay-faussaire et Cie. Après 15 ans d’abstractions lyriques —et plasticiennes, devenant un art décoratif et académique, lassé, le critique d’art que j’étais (La Presse). Viendra donc ce « nouveau réalisme ». L’art abstrait montra alors son utilité : le réel métamorphosé. Accidents graphiques, dégoulinures, etc. Mais les bornés (les Frigon et Cie) ignoraient cela. Odeurs des pizza-au-four (visible) chez « Grand’ pas », yam !

Mercredi 19 février, encore un « hier » touffu : 1-jaser avec Arcand-Ckac sur télé-réalité d’ici, une peste ?, « ils n’en mourraient pas tous », dixit Lafontaine. Ce « Star Académie », à quelques pas de chez moi chez Péladeau-mort, captive et inquiète à la fois. 2-Défendre ensuite, à « Tous les matins », « les vieux qu’on jette » vite au Québec. 3- Filer à toute vitesse vers deux écoles, Sophie-Barat et Mont Saint-Louis, pour écouter des ados, les fortifier, les rassurer sur…l’avenir !

Ce matin (CKAC), critiquer un ami qui s’en vient samedi en adéloiserie. Oser mettre des bémols sur son populaire bébé « KLH » de TVA. Et l’amitié ? Important de garder sa crédibilité. Dur métier ?

L’amie Monique Miller, ce matin, enragée noir face aux méchantes critiques pour ce « Déluge » au TNM. La directrice —Pintal— va rétorquer, me dit-elle. Moi : « Vu l’éreintement, danger que l’on craigne les créations québécoises ». « La salle toute heureuse, elle », dit Monique. Moi : « Le critique qui n’a pas apprécié devrait toujours souligner cela : l’adhésion d’une salle ».

Il y a pire ? Pas un seul mot dans « La Presse » pour « À cœur ouvert » paru en novembre ! J’ai osé en avertir le boss, Guy Crevier par lettre d’indignation. Pas d’écho encore.

Le Pratte plate, ose ce matin : « Réélu Landry promet une campagne rare pour l’avènement d’une patrie. Pas rassurant » ! Quel mépris pour son lectorat quand 6 sur 10 des lecteurs de La Presse votaient « oui » en 1995. Suicide ? Non : « Police-Power » le surveille. « Chien avec collier ». Mon cher Jean de la Fontaine toujours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *