Revenant du « Salon »…

Revenant du « Salon » dimanche, dans le bus, dans ma tête, je turlutais : « En revenant de Québec », « Nous irons à Québec à pied sec », (Trenet) et « J’irai à…Québec » (Charlebois) ! Tout un week-end derrière mon kiosque pour mon tout neuf « Écrivain chassant aussi le bébé écureuil ». Hommes, femmes —et enfants que l’on tire— déambulaient tranquillement sur les tapis rouges. Amas de livres en tous genres : biographies, polar, b.d., livre d’histoire, saga, poésie et…journal. Jouer l’homme-sandwich : envie de faire à la criée : « Livres à vendre, pas cher » ! Un commis-voyageur quoi ! Des auteurs entourés (Louise Portal), d’autres isolés (Pelletier, historien). Le soleil brillait en cette veille de scrutin. À l’est du Hilton, le haut building-château de Chantal et Bernard. Un couple nouveau va s’y amener. Depuis lundi soir, les politiciens du P.Q. enfin libres de parler. Fin de la peur de perdre un seul vote. Alors, vive l’opposition ! En Irak, la guerre est finie et, comme tant de monde, très heureux de m’être trompé : pas de Vietnam no. 2. Ouf !

En tribune libre d’ « Accès », le grand bonheur d’avoir su un lecteur avouer qu’il a couru acheter des livres recommandés. Envie d’en séduire d’autres alors. Par exemple « Origines » (Trois-Pistoles, éditeur) du jeune batteur de femme, Christian Mistral. Des aveux, une confession, un conte fou. Ce terrifiant « Grand-père » (Denoel, éditeur) par la petite-fille de Picasso, Marina :une enfance sabotée, effroyable. Son sinistre papa —le fils-du millionnaire-peintre— en con fini. Sa maman en sexoliste dépravée. Oh la la ! Jacques Attali raconte pourquoi les Juifs se firent « financiers du monde » depuis leur dispersion forcée. Lisez « Les Juifs, le monde et l’argent » (Fayard éditeur), un document étonnant en diable ! L’acteur Yvon Leroux —le « Bidou » de Séraphin— raconte les éphémérides d’une carrière en dents de scie : « Les plus beaux jeux… » (Trois-Pistoles, éditeur). Un plein grenier de souvenirs parfois fort cocasses. Pas moins cocasses les mémoires de Gérard Poirier dans ses « Entretiens » (Québec-Amérique, éditeur).

Je lis beaucoup. À deux coins de rue, la biblio Claude-Henri Grignon me prêtait « Le rêve… » (Libre-Expression, éditeur), l’étonnant parcours de cette simple mais douée ménagère beauceronne, Rose-Anna Vachon), si habile avec ses pains aux raisons, ses brioches. Qui va donner naissance à l’ « Empire Vachon » envahissant toute la Nouvelle-Angleterre. Deux vies lues : fascinante celle du crésus mégalomane hypocondriaque, Howard Hughes et celle, pas moins étonnante, du patoisant « Frédéric Dard » (un titre chez Fleuve noire, éditeur) l’inventeur de jargonneur limier « San Antonio ». Enfin, suis en train de lire la jeunesse française d’une fille (du Lac Millette, pas loin), Marcelle Martinet qui s’exilait au Québec avec son jeune « Docteur Favreau ».

Qui disait : « pas un seul chagrin qu’une heure de lecture ne dissipe » ? Vrai.

Ah que la vieille capitale est jolie au soleil ! Je me morfondais au « salon », mais, consolation, s’approchaient d’aimables curieux, des sceptiques (du polémiste) et des admirateurs. Chauds propos. Quelques amateurs de journal intime. Ou bien des collectionneurs d’autographes. « Je vous aime tant à « Tous les matins » le mardi. Vous me faites rire quand vous vous emportez » ! Envie souvent de « donner » ma dernière ponte à ces afficionados. Mais la « Julie-à-Victor-Lévy » me surveillait, les doigts sur sa caisse. Pas de farce à faire ! « C’est donc cher les livres, messieu Jasmin, non » ? Celle qui dit cela est couverte de beaux bijoux, coiffure impeccable, maquillage étudié, elle porte une lingerie griffée, pousse une voiturette de grand luxe où un enfant, « vêtu dernière mode », arrache des pages à un livre de contes illustrés, signé Gallimard, à 50 piastres l’exemplaire. Eh ! Tout est relatif :un livre se prête, se donne en cadeau, est lu par plusieurs, dure longtemps et s’offre… en héritage. Non ? Une aubaine, toujours, un livre. Moins cher qu’un repas dans un resto de bon ton…dot il ne reste rien. Pas vrai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *