DIMANCHE.

Rentré tard d’un bon buffet pascalien chez mon traducteur « sommet-bleutien », Paul Paltakis, je sors une vieille chaise, me juche et répare un « store-à-spring » déglingué. Badang ! Trop de pastis et vin rouge ? La chaise éclate et je revole —tête par dessus cul— dans la haute cage de l’escalier. Souffle coupé. Cris de mort —un homme hein ? Aile accourt affolée ! J’ai cru venue ma dernière heure. Vous liriez ici le post-mortem d’ Accès : « Mort subite —escalière— d’un chroniqueur ». Mardi annulation chez « Tous les matins », aussi au « Salon du livre », à 3-Rives, pour le week-end. Francois Jodoin, champion-skieur, me recommande « messieu Champagne », « r’bouteux », « ramancheur » du bas de la côte-Morin. Le souffrant endolori hésite. Ma peur des toubibs. Conventionnés ou non.

L’HORREUR. Le génial peinturlureur de Sainte-Marguerite, Riopelle, ne se soucia guère de ses trois rejetons : il n’y avait que son art. Sa compagne-infirmière veilla longtemps sur le vieux buveur peu paternaliste. Mais lui trépassé, très publique et scandaleuse chicane-à-héritage. Exemple :son manoir rupestre de l’Île aux Grues ira à qui ? Et tous ses tableaux en jachère ? « Charognage » sinistre, inévitable ? Cette tardive « belle-mère » —reniée par les enfants négligés— se verra (en cour) transformée en vilaine marâtre incompétente. On songe au monstre-Picasso crevé puis déchiqueté par l’État et les rejetons-héritiers. Pénibles péripéties extrêmement matérialistes ($$$). Éloignées de l’art.

DÉBAT CAPTIVANT. À « Campus » sur TV-5 : « Science versus croyance ». Y sont Régis Debray —jeune ami du « Che » jadis— viré en grand défenseur des religions. Le ministre de L’Éducation, Luc Ferry qui installe l’enseignement officiel des « trois religions » (monothéistes). Y est aussi le savant Albert Jacquard (il publie « DIEU ? ») qui proteste : « Que les trois « Livres » changent vite les fadaises face aux découvertes avérées ». Le « Je crois en Dieu » l’horripile mais pas « Le sermon sur la montagne ». Debray s’insurge : « Fausse question ! Science et croyance sont deux domaines à ne jamais emmêler ». Certains savants se questionnent (Einstein lui-même) sur la survie de l’esprit. Fascinante télé. A notre télé, jamais de ces panels stimulants. L’intello de Lemelin braillait : « Y a jamais de place, nulle part, pour les Ovide Plouffe » !

LA FOI. Études biologiques, tiens, sur « croyant de naissance » avec 140 jumeaux ! Des généticiens fouillent : « Y aurait-t-il un chromosome-foi » ? La preuve —via les gêne— n’est pas encore définitive mais on creuse, on cherche. Ce ne serait pas seulement la société (familles, églises, communautés ) qui faciliterait une prédisposition à la foi. Fascinant débat —inné la foi ?— entre psychologues et biologistes. Comme toujours désormais. Ce sujet me passionne. Adolescent « une sainte vierge qui enfante », et autres fariboles, m’assommaient. Je n’aimais que l’Évangile. Je l’aime encore. Agnostique —mon horreur des dogmes— je prie souvent. Ultra-prostestant (?), je lis encore la Bible mais je fuis et ses contempteurs et ses zélotes issus des 54 sortes de réformismes aux USA, comme pour le Ketchup Heinz ! « Mgr » (titre ridicule) Ouellet de Québec déclare : « Les syndicats d’enseignants marxisants chassèrent notre religion des programmes ». « Mon Seigneur » oublie que la gauche condamnait les dévotionnettes et les piéticailleries du vieux catholicisme infantilisant. Ouellet souhaite le « retour en force » de l’enseignement religieux aux écoles. « Sur 100 jeunes québécois, 5 vont encore à la messe », déplore-t-il. Les diocèses ont moins de fric alors il compte donc sur l’État (laïc) pour le grand retour à la pratique. Niaiserie. « Oui » à davantage de cours de philosophie comprenant l’enseignement des trois grandes religions.

UN VRAI QUESTIONNEUR. Notre voisin Grand’maison, chanoine et sociologue à Saint-Jérôme, publie : « Questions interdites » ( Fides éditeur). Il ose dire la vérité :que nous sommes devenus une société contradictoire, individualiste. Qu’il y a eu un silence complice, lâche, des croyants quand on a jeté (dès 1960) le bébé avec l’eau sale du bain. Exemple : fin de l’enseignement de notre histoire durant 20 ans ! Dit qu’on n’a pas subi un « changement » mais une « rupture » fracassante. Que cela nous a donné une société-passoire, molle, le cul-de-sac actuel. « La confusion mentale ». Un peuple devenu fou ? Je le pense souvent. Le refus global conduisait à tout discréditer. Alors déshérités, les mains vides, nous sommes devenus des déboussolés. J’aime sa lucidité : « On veut tout, dit Grand’maison, fédéralisme et indépendantisme, état-providence et privatisations, socialisme et libéralisme ». « Réveille » (Zacharie Richard) nation nigaude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *