RÉFLEXIONS : les études, l’orientation, l’avenir…

Sujet : les études, l’orientation, l’avenir…

Saluts à vous deux, Marco et Daniel

Ce matin in LA PRESSE. Je lis et je songe à vos garçons. Comme j’ai pensé souvent à eux (et à vous) les voyant « devoir décider » d’une orientation. Je lis : il y a désormais 20,000 occupations possibles ! Diable !

C’est du reportage publicitaire (cahier spécial) bien entendu. On vante ce www.discoveryworks.ca

A-Il y aurait « le bon » programme (choisi) et aussi « la bonne » école pour ce choix. Quoi ça au juste ? Certains jeunes détestent « la théorie » et certaines institutions y foncent ??? Quid ?

B-D’abord le jeune doit bien se connaître (?) Eh ! Évidence non ? Il y a l’influence « du groupe ». Les amis ? Fatal cela non ? Questionnaires, tests… Ah ! Les vôtres y sont-ils passés ? Test de profil… de personnalité du jeune (?)

C-Ses intérêts…??? Bien, oui, sans doute, non ? Ses valeurs ? Oh…boy !

D-Quel style d’apprentissage faire (dans son orientation). Bien choisir ce style, cette école-collège, université…? Ne sais pas trop. Y aller par élimination. Hen ? 20,000 choix !…Éliminer 19,999 ? Folie ?

Choix final ?

E-DIXIT : faut un plan A, et aussi sans faut un Plan B, et même un Plan C : tudieu par-le-sang bleu ! Y avez-vous penser ?

En somme : je m’interrogeais, car je vous aime et aime les gars, comment avez-vous fait pour ce choix d’avenir à déterminer pour vos garçons eux-mêmes…Cette orientation ?

Ah oui, le vieil homme est inquiet.

C’était si simple dans mon temps :

1-Tu faisais des études poussées : 12 e année ou collèges classiques : bien, c’est docteur, avocat (curé ?), ou (fort en sciences) : HEC ou Polytechnique.

2-Tu fais des études secondaires : c’était les arts (dessin commercial, mes amis) ou des métiers précis divers.(Raynald en cuisine, moi en poterie)

3-Tu lâche au bout du primaire (une 9 année dans le temps) ? c’était commis divers, banques, bureaux, , vendeurs, ouvriers spécialisés.

4- Hélas : tu lâchais (poches ou familles pauvres) en 5 e, 6 e (parfois en 7 e) ? C’était simple ouvrier (manufactures, usines), non-spécialisé, ou dehors, les chantiers (construction) .

De nos jours : 20,000 choix ? J’en suis baba.

Éclairez-moi car je vous plains.

Claude.

Une réponse sur “RÉFLEXIONS : les études, l’orientation, l’avenir…”

  1. Pour le fond, c’est vrai que c’est paniquant. On a jeune une infinité de choix. Mais c’est comme pour vous. Vous n’avez pas décidé d’être décorateur à la télé. Vous jeune la télé existait même pas. Vous avez fait un pas puis un autre. Pour moi c’est pareil. J’ai fait de la photo, j’ai aimé la photo, j’ai vendu des photos à un journal. On m’a demandé un bas de vignette. Je n’avais jamais réussi à bien écrire mais j’ai fait avec. Puis de photographe je suis devenu journaliste, puis relationniste puis gestionnaire.

    Faut aimer ce qu’on fait, avoir une idée puis aller avec les circonstances.

    Mais vous avez raison…. Je m’inquiète un peu pour les gars. Ils vont pas dans le plus facile (histoire-droit/génie/musique) mais , bon, l’un sera peut-être journaliste, l’autre gestionnaire et l’autre pourra écrire les textes de chanson ou être patron d’une organisation culturelle? Un pas, un autre, comme pour traverser un ruisseau.

    Marc

Répondre à Marc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *