LA MORT DE ROLAND

Claude Jasmin, écrivain

Mort noyé ! Deuxième baptême, brutal, dramatique celui-là. Un prêtre utile de moins au Québec. Il n’en reste pas tellement. Surtout de la sorte Roland Leclerc. Je suis allé à son confessionnal télévisé (« En toute amitié » à TVA) à deux reprises. À la première invitation ( de son ami et recherchiste Claude Lafortune) j’étais réticent. Je me méfie tant désormais de toute religiosité. Or ce fut une joie et de l’étonnement. Cet abbé médiatique n’invitait pas « des gens connus » à du prêchi-prêcha, ni à des revendications religieuses. Bien au contraire, Roland Leclerc voulait « juste jaser » sur la spiritualité au sens large. Aborder le besoin de transcendance. Celle de très divers artistes (du monde de la chanson, du théâtre, de la télé, de la littérature) qu’il invitait à son studio. Ce fut toute une heure de propos très libres.

Leclerc écoutait si bien. C’est plus rare qu’on pense. Cet abbé était bien moins catholicard que…réformiste. Sobre donc, modeste, ouvert. Ne sursautant pas du tout si on blâmait son Église et tièdes et ennuyeux sermonneurs. Non, il gardait un sourire paisible car, avant tout, il était curieux, voulant tout savoir sur nos doutes, nos croyances mêlées, notre foi perdue d’enfant candide. Si humain, toujours souriant, il ne ripostait pas même à de graves griefs. Il creusait patiemment nos propos désinvoltes, parfois agressifs. Il questionnait avec tact, avec la tranquilité de celui « qui Croit encore », malgré tout. Rien de nos vieux cités de jadis, fouettards,

à cheval sur la lettre des sévères préceptes du Vatican. Il n avait qu’une frontière, un but, une vision : les évangiles. Alors, deux fois, nous nous sommes bien entendus. À sa mort toute récente on a dit : « tumeur ». Je vais à mes dictionnaires : « gonflement, enflure, excroissance, saillie, augmentation, prolifération». C’est bien cela, Roland Leclerc, mort trop tôt, aimait trop ?

Claude Jasmin

29 novembre

à Sainte-Adèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *