ADIEU JEAN DE LAPLANTE !

Samedi le 10 janvier, enterrement à Lanoraie. La dernière fois que j’ai vu Jean, je vivais à Bordeaux, il état venu m’offrir son étrange premier roman « Le petit juif ». J’ai connu ce bougon, ronchonneur épatant, du temps de La Roulotte aux Parcs de Montréal. Claude Robillard, ce patron si étonnant, l’employait comme recherchiste-sociolopgue. Petit bureau enfumé au chalet du Parc Lafontaine. Il a publié : « L’histoire des parcs-terrains de jeux à Montréal ». Avec son inséparable collègue, feu Jean Dupire (papa du comédien Serge et fils du célèbre journaliste-Dupire, Jean de Laplante jonglait sur « loisirs des jeunes et société »; un duo « d’intellos incarnés » rare. Élucubrations joyeuses ou, à l’occasion, sinistres, j’aimais les écouter, moniteur des centres récréatifs actif, blondes « draffes » à dix cents à la taverne « Verres stérilisés » rue Rachel.

Jean de Laplante était un conservateur enragé, de la trempe de son cher émule Bernanos. Traditionaliste nostalgique, si déçu de la marche du monde d’ici, il était néanmoins plein d’espérance. Il fulminait, il sacrait (sans blasphémer jamais ) se transformant souvent en vigoureux vitupérateur qui se savait impuissant. Notre modernisme l’excitait et l’attristait à la fois. La fumée lui sortait par les oreilles quand « mon vieux » de Laplante crachait ses constats navrants; il attendait des messies. Il guettait sans cesse le moindre signe novateur désespérant de ce « sauveur » que ce Jean-Baptiste attendait et qui ne venait pas. Il tançait notre bande de jeunes socialistes, agnostiques, séparatistes qui osaient

couper avec les racines anciennes. Pourtant il acceptait —retenant son souffle d’imprécateur— de nous écouter mais les poings fermés, railleries au bec, nous condamnant pour « abandon des continuités ». Qu’il jugeait essentielles. Avec le temps, lui mort maintenant, je saisis mieux ses motifs d’enragement. Jean de Laplante voyait venir des décadences aujourd’hui régnantes. À Dieu vat, Jean !

Claude Jasmin

Sainte-Adèle

7 janvier 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *