Terreur, terrorisme.

Les mots ont un sens. Les notaires le savent, les juges aussi, Les écrivains sérieux respectent les mots. Voilà que l’on fabrique, depuis octobre 2001, de l’amalgame facile. Invention d’un synonyme : terrorisme égale fanatiques islamistes. Un seul sens pour le mot « terroriste ». Ces intégristes déboussolés qui fabriquant de la terreur (d Manhattan à Madrid ) sont des fous car « terroriste » est un mot héroïque à l’occasion. Le respectable M. Begin fut terroriste anti-Londres après a guerre de 39-45. Par la suite, l’ex-terroriste grimpera au sommet politique. En France, les terroristes de la Résistance aux nazis furent indispensables et ils ont leurs plaques de bronze aux murs de Paris. Des « bons » terroristes ? À Boston, début 1775, à Londres, au temps de ses révolutions, à Paris, à l’aube de 1789, en Inde « occupé » malgré Gandhi, en Irlande du Nord sous racisme « orangistes », à Cuba-sous-Batista, au Nicaragua-sous-CIA. Longue liste des terroristes héroïques !

Alors quand les buschistes crient : « Traquons et tuons les terroristes », il y a abus d’un mot. Il est Utile aux va-t-en-guerre. Cette terrible activité —forcément clandestine— fut inévitable chaque fois que des occupants étrangers (good morning, Viêt Nam !) conduisaient au désespoir, chaque fois qu’il n’y avait plus d’autre recours. Il en alla ainsi aux débuts du syndicalisme ouvrier face aux tueurs stipendiés par un boss.

Cette réalité embarrasse les hypocrites comme ce fut le cas au Québec d’il n’y a pas si longtemps avec vagues de nos jeunes impatients. Ce n’était pas nécessaire (Lévesque dixit) ? Nous vivions sous un colonialisme soft, flou et mou, discret, déférent même à l’occasion. Nos jeunes gens du FLQ n’ont pas agi pour l’argent, ils hypothéquaient gravement leur avenir pour changer une assujettissement néfaste, cet anglo-mépris raciste (Gordon etc.). Ces bombes, le peuple québécois le constata, nous octroya très soudainement (!) des promotions publiées dans tous nos journaux et pas un de ces neufs vice-présidents subits alla porter une seule orange aux incarcérés. Rien au jeune felquiste Hudon condamné à perpétuité 20 fois ! Sur ce sujet : ce bizarre silence compacte —de plus 30 ans— des deux seuls témoins sur les circonstances de la mort du ministre Laporte —lâché par Bourassa— ne dupe personne : j’affirme qu’ il n’y a pas eu assassinat de sang froid. Allons, c’est bien évident.

Oui, les mots ont un sens. Il faut parler de « fanatiques religieux » et éviter le vocable « terroriste ». Tenez, imaginons un réseau clandestin organisant une lutte mortelle au dictateur-fou de la Coré du nord ! Bush et Cie applaudirait ce terrorisme-là, pas vrai ? Oliver Roy —orientaliste reconnu mondialement— vient de dire : « C’est une bêtise de déclarer la guerre à des clandestins. Il y faut l’infiltration d’agents secrets (parlant l’arabe), pas des soldats ». Le lobby militaro-industriel a reçu plus que cinq fois tout le budget annuel du Québec, en douze mois, voyez le gâchis.

Un deuxième point :les excités actuels qui disent :« Victoire des fanatiques religieux d’al Qu Aïda si L’Espagne retire ses garçons du bourbier ». Niaiserie. Il n’y avait pas de « pro-Bush » à Casablanca, ni à Istambul, ni à Riyad, ni à Bagdad, ni à Bassora, ni à Falloujah. Ni en Afrique, ni à Jérusalem. Le fanatisme religieux se fiche des pro-Bush ou des anti-Bush. Il cherche n’importe quelle occasion de tuer. Ça pourra être Montréal ou Toronto (en un pays anti-guerre ), à Amsterdam ou à Stockholm. Les mêmes excités disent :« Al Qu Aïda frappera là où il y a un vide sécuritaire ». Mensonge. Quel pays au monde peut organiser une totale sécurité ace au fanatisme ? Pas un seul. Bush et Cie le savent mais « la peur panique » est leur recette machiavélique pour garder the power. Fait plus récent :Sharon (ex-tueur au Liban) autorisant l’assassinat d’un chef palestinien en fauteuil roulant ! Connerie de plus pour garnir les ceintures d’adolescents explosifs, palestiniens « coraniquement » fanatisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *