TURGEON, HELAS, S’EST ÉTEINT !

Éteint ! L’expression, vieillotte, rend bien l’idée d’une lumière qui s’en va. Serge Turgeon, acteur, a joué un dernier rôle. Dans une station de police. Où il s’offrait de témoigner volontairement dans une curieuse affaire de meurtre d’une prof du collège Saint-Laurent.
Il s’est affaissé subitement. Le coeur, qu’il avait faible, a flanché. Nous nos sommes croisés souvent. Il était de tant de batailles culturelles et aussi souverainistes. Il en gagné une fameuse pour améliorer le statut de l’artiste (sous le régime Bourassa, via Lisa Frulla) à titre de président (et un solide) de sa chère Union des artistes.
Jeune, vivant à Sainte-Thérèse, sa mère, Nélida Turgeon, fut jadis la secrétaire du Grignon de « Séraphin ». Elle fut aussi ma patronne quand Péladeau-père m’offrit un rôle de columnist au Journal de Montréal en 1971. Une cheftaine cultivée et fort aimable. Serge était fière de cette sorte de mère-courage.
En mai 1981, à Paris, hôtel des Saints-Pères rue du Bac, Serge m’apparut soudainement dans le petit hall, micro à la main. Ma surprise ! Il « couvrait » tout le champ culturel pour la radio de Jean-Pierre Coallier (CFGL). Il y fut un zélé courriériste, fouinant partout dans Paris.
On sait que ce comédien —longtemps dans le feuilleton « Entre chien et loup »— a joué adéquatement les Marc Laurendeau à TVA, le matin. Désormais, ayant séduit la terrible « boss » Mercédes Palomino, il dirigeait le théâtre du Rideau Vert et ne « jouait » plus guère.
Il tentait d’y amener de la dramaturgie québécoise. Mandat pas facile. Clientèle conservatrice à l’époque. Par exemple, Il fit ressusciter un Pierre Perrault… et avec un fort succès. Serge était un petit bonhomme rondouillard, aux allures de notaire de province et pourtant, énergique, il était allumé constamment, ne craignant jamais de s’engager. Pour un Québec souverain si souvent. Oui, vrai dans son cas : Serge Turgeon s’est éteint, hélas !
Paix à ses cendres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *