Visite à un Buckingham Palace ! (envoyé spécial à St-Hyppolite)

Je voulais voir ça une fois : plein de raides gardiens en uniformes frais repassés, médailles et guirlandes de rubans dorés aux épaules. Jardins bien jolis. Sentiers très fleuris. Grande maison champêtre. Plein d’invités. De blanches navettes vont et viennent entre les parkings et le site royal. Immense tente centrale. La représentante de la Reine d’Angleterre au Québec, patiente, trône à sa porte. Chacun, d’une longue file d’attente, à tour de rôle, bien encadré, va la saluer pieusement. Photographie aussitôt et « au suivant ». Mille fois (1,000 !), son bon sourire, quatre mots et « allez vous promener dans les jardins autour ». Saint Hyppolite flamboie au soleil de ce dimanche midi radieux.
Une princesse de Buckingham ( cette Diana morte) était une Janus, dieu à deux visages, face à jet-set de playboys richissimes et face à œuvres de charité. Le Prince Charles est accusé de gaspillage frénétique ces jours-ci ? Que penser, à Ottawa, de Dame Clarkson gaspilleuse de notre argent : voyage supra ruineux en scandinavie, rénovation ultra onéreuse de sa demeure.
À St-Hyppolite, Lise Thibault, Lieutenant-gouverneur du Québec , n’a plus de jambes valides et pourtant se déplace partout et sans cesse, dévouée à mille causes caritatives. Je l’admire. Sur les pelouses, tableaux et sculptures autour de la tente géante car il y aura « encan dit silencieux » en fin de journée. Images peintes convenues, ici et là, rare, du talent fort dont celui de cette Lachance-Legault qui, ma surprise, dit : « J’étais une de vos élèves en 1963 aux Arts Appliqués ». Des VIP défilent, examinant ces pontes beauxartiennes, commentent. Ici, le vieil acteur René Caron, là, Robert-Guy Scully bien vieilli, l’ex-patron de TVA, Robert L’Herbier, octogénaire encore vaillant, le Pierre Bruneau « champion en journaux télévisés » présidera l’encan. D’autres « notoriétés ». Accolades, poignées de main sans cesse.
À l’heure du buffet : aucun alcool, que des jus ! Aucune viande, que des légumes et des fruits ! Des militaires retraités, très galonnés, veillent discrètement à l’harmonie déambulatoire de cette foule. Fêté au 50 ième anniversaire du collège Grasset, avouant mon inconduite (qui me valut « la porte » en versification), Lise Thibault se soulevait de son fauteuil roulant pour déclarer : « On doit garder aux études les turbulents comme lui, on ne sait jamais ce qui en sortira ». Nous avions ri. De là, je suppose, le carton embossé avec son invitation en lettres dorées. Vient l’heure du spectacle et l’handicapée admirable joua, avec gaieté, le MC-au-micro : « L’Ensemble Amati », beaux moments, Barbara Araya, une grasse Noire très allumée, Audrey-Mélanie Boily, espoir d’avenir, l’opératique Corneliu Montano, frais sorti de Star Académie, et, apothéose de trépidation, la vivante chorale de ce vibrant Gregory Charles, lui en soliste déchaîné.
À l’entracte, rencontres fortuites : ça va des populistes Alice Robi, Lucille Dumont, Jen Roger aux célèbres, Ginette Reno. qui n’apprécie donc pas que les Hells, et Cie. En somme un « chiard » modeste si je le compare aux annuels « pow-wow » électrisants (à ses frais) de feu-Pierre Péladeau à son domaine adèlois. Dans ce vaste décor champêtre, je songeais aux « Jardins des Finzi-Conti », un film inoubliable, je songeais aux jardins de Westmount, chez les riches Papachristidis, quand ces richards invitaient les jeunes gens du TNM, troubadours stipendiés pour divertir les crésus, aussi à ma visite comme pauvre jeune marionnettistes chez les Beaubien d’Outremont. Où l’on nous fit dîner en vitesse chez les domestiques. Alors j’observais les serveuses et waiters de la dévouée Lieutenante-Gouverneure. Jeunes précaires travailleurs soumis qui, avec des plateaux, allaient et venaient dans les allées en silencieux valets dociles. Je me disais : l’un (ou l’une) d’entre eux racontera un jour cette fête galante, en fera l’épisode d’un monologue cruel d’humour, ou d’un film, d’un récit, d’un roman, dira : « C’était du temps que j’étais un jeune nobody servile, obéissant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *