DES MENSONGES CALCULÉS ?

  • Article envoyé à LA PRESSE. Va-t-on le publier ? À suivre !
  • M. Boisvert et puis après, M. Pratte, argumentent que les scores des référendums (pour la souveraineté) au sein de deux fédéralismes (s’écrasant) furent très forts. Bien mieux que le chétif 51 % espéré ici. C’est très vrai. Les deux journalistes omettent cependant de dire que Moscou (ou en capitale de la Serbie), on n’a pas vu le féroce déploiement propagandiste d’Ottawa. L’URSS a laissé les citoyens des pays baltes se décider entre eux. Ceux d’Ukraine ou de Georgie aussi. Et puis le fédéralisme soviétique s’effondra dès 1991-1992.
    Certes, la fédération yougoslave, fort énervée, entraîna des luttes armées qui, désormais, lui font honte mondialement. Milosevic est détenu au tribunal international en « assassin » honni. Peu importe, malgré ces « hénaurmes » bavures (bosniaques surtout), Croatie, Slovénie, etc., obtinrent la souveraineté souhaitée. Comme il en alla de même dans la petite fédération Tchécoslovaque, Tchèques et Slovaques se sépararèrent sans que Prague dépense des millions en folle propagande pour nuire aux Slovaques.
    Un fait demeure: Lithuaniens, comme Lethoniens, d’autres, ont pu mener leurs référendums indépendantistes sans les attaques vicieuses à la sauce ottawaïenne. Dans tous ces pays de nouveau souverains, point de ces horribles « Chuck » Guité et compagnie, réquisitionneurs de tous les placards en terre québécois, petits, moyens et grands. Les mensonges (par omission) de M. Boisvert et M. Pratte n’honorent pas leur objectivité, oh que non !
    C’est certain: on ne peut pas rêver d’un engagement officiel d’Ottawa qu’en cas de référendum nouveau entre partis politiques québécois, le gouvernement fédéral central n’y prendrait aucune part. Alors ? C’est l’impasse, les dés pipés. « Un jeu injouable », comme disent avec bon sens et raison MM. Laplante de l’Action nationale et Jacques Parizeau.
    Et, ainsi, l’argumentaire (menteur) des commentateurs ci-haut nommés coule. À pic !

    Une réponse sur “DES MENSONGES CALCULÉS ?”

    1. Il ne faut surtout pas attendre la bénédiction d’Ottawa. Les 6 millions de québécois, parqués dans un espace géographique bien à eux ont déjà un pays (ou l’auront) quand ils auront été convaincu de voter OUI pour se donner un pays. Le rreste, c’est comme disait le regretté réalisateur de la SRC Roger Barbeau, le rerste « C’est de la littérature »
      Tant qu’à Pratte, Boisvert ou Dubuc on sait que leurs idées sont dictées par la Power Corporation. Vive notre pays le Québec!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *