ANDRÉE RUFFO, UNE FOLLE ?

J’enrage quand on veut éteindre la lumière. J’enrage quand on agite les codes. Le code de déontologie face aux effrontés, le code d’éthique et tac quand l’énergumène s’ouvre la trappe quelque part. Nous avons entendu les râles des prudents installés. La juge Ruffo ? À la trappe!, vite ! Faisons la taire ! Il en pleut partout de ces bons apôtres en discrétion, corporatistes aux fesses serrées. Moi je l’aime cette folle, les naïfs et les candides dérangent la paix confidentielle des paresseux tranquilles. Des réfugié accroupis (Rimbaud) qui ne tolèrent pas les fervents.
Ils réussissent toujours ces cramponnés aux codes de bonne conduite. « Andrée Ruffo est une folle » : elle a osé protester, se scandaliser des lenteurs de la bureaucratie tortuesque. Celle de son propre clan. Quelle indélicatesse. Hon ! Ça ne se fait pas, cracher dans la soupe, mordre la main nourricière. Arrachez-lui sa toge à cette franche ! « Taisez-vous donc, maudite folle ! » Le ronron bureaucratique, qui ne protège pas l’diable la jeunesse mais engraisse les fonctionnaires chez Dame Justice, ne supporte pas les fous. Ceux qui disent tout haut que le roi-DPJ est tout nu !
J’enrage en observant la célérité des bonzes pour dégommer cette empêcheuse de tourner-en-rond. Je sais bien qu’elle a tort, je sais bien qu’elle aurait mieux fait de la boucler, je devine qu’elle nuit aux augustes procédures —entrelacs, arabesques inouïs— du système… Ah, le système ! Le public n’est pas fou. Il imagine facilement l’embarras face à Andrée Ruffo. Des profs, Garant de l’université Laval, si-ou-pla) ), des collègues, des supérieurs galonnés, tous crient : « elle est folle ! » En des termes savants, bien entendu. « Nous, le peuple », resterons étonnés quand on la jettera. « Quoi, en voilà une qui dénonce publiquement les lenteurs, la paperasserie, les délais, l’injustice faite aux enfants mal protégés …on sort le balai de l’éthique ? Puant ! « Non, non, elle sait pas se taire, on vous le dit c’est une maudite folle ». J’enrage. J’en ai connu des fous (et des folles) merveilleux qui osaient critiquer le sale modus vivendi ici et là. « La porte » ! J’ai vécu de ces expériences, en milieu télévision publique (on m’a montré la porte puis on se ravisait par peur du scandale), en milieu littéraire, journalistique. Chaque fois qu’un « bouffon » ( car les installés affublent de ce mot l’audacieux qui sort-du-rang) parle vrai, on dresse rapport. Le monde des rapports ! Il faut alors poster une anonyme enveloppe brune. Même à Washington, mossieu Nix-con ? « Critiquez mais en cachette, dénoncez mais intra muros ». Sinon extirpation du corps nocif ! Compris ? Non, la folle-Ruffo : « indélicatesses variées durant dix ans » ! Elle récidivise ? On lui montre la sortie. C’est toujours l’actualité du fabuliste génial Lafontaine : le « On le lui fit bien voir » du naïf qui ne craint pas de salir son nid, nid des planqués bien rémunérés, instructeurs du « taire et faire taire ».
J’enrage. J’aime les candides, j’aime la juge Ruffo et ses imprudences. Faut-y être niaise pour tourner le dos à la fructueuse « carrière ». Oh, les carrières « les deux- yeux-farmés-bin-dur » (Ducharme) ! Fermez-la et soyez ambitieux ! Laissez se rouiller les rouages des moutonniers. Elle est vivante Andrée Ruffo, elle refuse le placard des commodes abris. Elle est saine, elle n’a pas peur et « nous, le peuple », on voit bien qu’ils se débarrasseront de cette merveilleuse folle. Ça ira plus vite que de bien réparer les destins fragiles de la planète-délinquance. Le Conseil de la magistrature s’énerve : le juge Therrien a connu cette médecine, la juge Moreau-Bérubé aussi. Être juge comme une statue : interdit de faire une pub Via-Rail, candide niaise piégée, interdit de figurer à un Salon de naturopathie. Une statue, aussi bien dire une morte. Le mot « discipline » s’écrit bâillon ! L’ange en bête ! Inhumanité forcée. Les beaux mots d’impartialité, intégrité, indépendance est une mascarade pour intimider les francs-tireurs. Archi-connu comme tactique. Aimez la soumission, la déontologie. Sodome puriste, vous changera en statue de sel. Silence, la cour en comité : le 29 octobre le Conseil (à magistrats) recommandait la destitution de Ruffo ! J’enrage. Les pompiers-du-désordre-établi ont une hache près de la porte. Qui sera le prochain fou, la prochaine folle ? Dehors ! Dormez en paix citoyens, l’ordre veille…veille sur le désordre organisé. À quand la prochaine occasion d’entendre critiquer les trous-de-justice ? Quand la prochaine, le prochain fou, qui fera passer, avant la carrière, la vérité ? J’enrage…

31 réponses sur “ANDRÉE RUFFO, UNE FOLLE ?”

  1. Bonjour Monsieur Jasmin
    C’est la première visite que je fais sur votre site internet.
    J’ai lu votre message ou votre lettre concernant Madame la juge Andrée Ruffo et je vous avoue que j’aime absolument votre franchise et que je suis en totale accord avec ce que vous avez écrit et exprime dans le contenu de votre lettre.
    Je suis un peu , moi aussi une folle sur les bords ou frisée si vous préférez. Je suis d’avis qu’il faut crier haut et fort devant la lenteur du système qui frise quasi l’indifférence a ce qui se passe a notre jeunesse et notre société.
    J’ai moi-même crié haut et fort et on m’a négligée et laissée pour compte. Malgré tout, je persiste à dénoncer très fort en dépit que ça dérange les coupables et ceux qui préfèrent se fermer la conscience et vous traiter en parias pour se sentir moins coupable et surtout,surtout, vous ignorez et vous rejetez afin de ne pas avoir honte quand ils sont face a vous. Leur conscience parle trop fort.
    Ce qui est dommage et criant , c’est que tout le temps perdu qu’on passe a supposément faire un geste concret, c’est que de l’autre côte de la porte, les autres continuent a recevoir un genre d’appui indirect je dirais même un accord en langage muet pour continuer a outrance la maltraitance aux enfants, ainsi qu’à d’autres êtres humains.
    Ici, je m’arrête , car j’aurais bien d’autres choses à dénoncer et a crier haut et fort pour être entendu et écouter au nom de tous ces êtres humains et ceux qui sont a venir.
    PS Je suis un exemple du laisser pour compte de la justice humaine qui par le passe a préfère se fermer les yeux et laisser choir,entre parenthèses peut être que ça coûtait moins cher a la société et que c’était mieux me laisser choir, après tout, j’étais peut être juste un numéro souffrant parmi tant d’autres.
    Sincèrement
    Ginette Daoust

    La juge Andrée Ruffo a entièrement raison de parler comme le fait Elle a mérite ce poste et ce poste, elle ne l’a pas accepter seulement pour les médailles et les trophées. En voila une qui a une vraie conscience sociale. Ne la rejetons pas. Elle a pas froid aux yeux et ce n’est pas seulement une philosophe de salon ni une âme dévouée en parole. Voila une personne intègre dans son indenté et ses dires. Elle représente ce que tout bon être humain et consciencieux et aimant son prochain se doit de faire au sein de la collectivité.
    Merci pour votre franche opinion. Personnellement,j’aurais bien aime avoir la juge Ruffo pour me représenter durant mon enfance,Mes abuseurs ne s’en seraient pas sortis aussi facilement et aujourd’hui certains d’entre eux ne continueraient peut être pas a faire les fanfarons devant ma face.

  2. Bravo pour votre texte sur la Juge Ruffo. Je comprends que par ses propos elle dérrange une mafia politico-judiciaire. On essaie toujours de faire taire une personne qui ose dire ce quelle pense haut et fort quand d’autres le disent tout bas. Ça prendrai des hommes et des femmes courageux pour épurer un système judiciaire des plus corrompu au monde où les magouilles et les injustices sont monaie courante. Le publique n’est pas dupe si 90% d’entre eux ne font plus confiance à notre système judicaiare. Le malheur c’est que nos politiciens connaissent très bien la situation qui s’empire d’année en année mais ne font rien par peur ou par complicité.

  3. Bonjour M.Jasmin,
    Bien que votre article date déjà d’un an,aujourd’hui le 10 décembre 2005, on voit bien que les choses ne changent pas! Mme la Juge Ruffo est encore au prise avec des problemes juridiques pour faire valoir sa franchise, faire ressortir ce qui se trouve caché et qui semblent être accepté par d’autres migistrats ainsi que par le gouvernement.Pourquoi vouloir la destituer? De quoi ont-ils si peurs?
    Comment peut-on lui venir en aide à Mme Ruffo? Je me demande si la voix du peuple peut lui être favorable afin qu’elle puisse réintégrer son poste de Juge et continuer à aider les enfants mals aimés, les enfants démunis face aux horreurs que leurs font subir les adultes qui seraient sensés les aimés et les protégés! Nous sommes tous concernés! Est-ce que pour une fois les hauts dérigeants de notre peuple, bien assis dans leurs chaises rembourées,ceux qui ont été élus par nous le peuple, pour une fois écouteront-ils afin d’entendre correctement ce qu’on leurs dit! Sont-ils capables de comprendre tout ce que Mme Ruffo dénoncent et de porter intérêt à ses propos francs et honnêtes, elle qui a été confronté de très près aux situations que vivent les enfants. Ces même enfants qui feront la société de demain… Il serait amplement temps d’oublier un peu la bureaucratie et l’argent. Nos enfants ont besoin de nous, c’est notre priorité! Mme la Juge Ruffo est une représentante Digne pour défendre les droits de nos chers petits.
    Et vous les représentants du peuple (gouvernement) êtes-vous aussi concernés de la vie de nos enfants dans la collectivité?
    Tout comme vous Monsieur Jasmin j’enrages de continuer d’entendre les mêmes rangaines qui nous font tourner en rond constamment..Moi aussi j’enrage quand on désir le bien des enfants et qu’on nous croit fous. Sommes nous si fous que ca d’aimer nos enfants peut importe leur milieu? Sommes nous si fous que ca d’espérer un vie heureuse pour tous les enfants?
    C’est bien beau les belles parades , les faux sourires,les belles façons dhypocrites pour arriver à leurs fins pour être élus, Mais là, apres, on oublie trop vite que tous ces enfants qui attendent d’être aider, qui espèrent être entendus par les cris de désespoirs, les aux secours, pleurent car leur coeur saignent! Ouvrons grand nos yeux pour voir tout ce qui se passent autour de nous, mais ouvrons aussi notre coeur pour qu’enfin ces enfants se sentent en sécurités.
    Ça en prend des folles comme la Juge Ruffo, une folle amoureuse des enfants, des fous comme ça il devrait y en avoir plus!
    Merci Monsieur Jasmin pour ce site que je viens de découvrir que je trouve for intéressant!

  4. J’appuis entièrement madame la Juge Andrée Ruffo dans sa démarche. C’est vraiment une femme intègre et courageuse et je suis fière d’avoir ce genre de personne au Québec. Il ni en a plus assez malheureusement. Il est temps que les Juges démontrent plus de transparence et un juge pour enfant doit en plus d’avoir du jugement avoir aussi le coeur à la bonne place. Je souhaite que le Ministre de la Justice, prenne en considération l’opinion du public. La Magistrature en sortira grandie. J’ai invité tous mes amis et amies à faire circuler la lettre que l’on retrouve à : http://appuiruffo.com/index.shtml
    pour venir en aide à madame la juge Ruffo. C’est vraiment une injustice qu’elle subie présentement.

  5. Je vous appuie très fortement votre pensée. J’ai dernièrement eu affaire au système juridique. Cet événement m’a encore prouvé que le système est pourri et que c’est tout un milieu…

  6. Je cherchais de l’information sur ce jeune ancien drogué (Éric « Roach » Denis) lorsque yahoo m’a conduit jusqu’à votre site. Raaaahhhhh furieusement jouissif ! J’adore, et à l’os, encore ! Quant à Madame Ruffo, elle aussi, me fait craquer. Je me fends la bille d’une oreille à l’autre quand elle intervient. Elle est complètement flyée, sautée, tout ce que vous voudrez, mais quelle authenticité ! Quelle fraicheur ! Je l’ai entendu récemment les raisons pour elle de ne pas faire ce qu’elle fait en politique et franchement je comprends encore mieux la douce subversivité de ses prises de position !

    ZaZa, obsédée textuelle tendance dure

  7. Bonjour Monsieur Jasmin,

    J’appuis grandement vos propos. S’il y avait plus de travailleurs sociaux pour aider ces jeunes en détresse qui subissent souvent la lenteur du système, Madame Ruffo ne serait pas là à clamer la justice.
    S’il y avait moins de bureaucratie et plus d’aide humanitaire, nous sauverions des vies si fragiles de l’enfance et de l’adolescence.

  8. Bonjour , j’ai lu votre texte avec beaucoup d’intérêt . Que dire de plus Monsieur Jasmin . Madame la juge Ruffo est vraiment une folle , folle de justice et de droit . Elle se bat pour améliorer la qualité de vie de certains enfants , donc le système ne l’aime pas . Ce système ne veut rien changer , le système a raison . Seule Madame la juge Ruffo peut se donner à faire changer ce qui ne fontionne pas dans ce domaine .Elle possède l’expertise , la loyauté l’intégrité , mais la tâche ne sera pas facile . Mon appui est sans aucun doute à Madame la Juge Andrée Ruffo.
    Madame , que la force vous accompagne !

  9. J’appuis madame la juge Ruffo dommage que notre système
    ne puissent en faire autant

    Madame ,ma famille et moi-même sommes avec vous de tout notre coeuret nous vous disons foncer dans le tas

  10. Je viens d’apprendre cette semaine que mon neveu, adorable bambin âgé de 10 ans, aux yeux pleins d’amour, mais que la vie a mis entre les mains de la DPJ, a passé cet été 48 heures au Centre , 48 heures en arrêt total d’agir; système d’incarcération pour enfant ou on pense régler les problèmes et la frustration de ceux qui encadrent ces jeunes en enfermant les enfants. Durant 48 heures, il a pu communiquer avec ses géoliers en passant de petits mots sous la porte. Ses mots m’ont boulversés, ses maux me donnent envie de me battre, et je remercie la Juge Ruffo d’être tout simplement là et de faire tout ce qu’elle fait pour les enfants.
    Tel un grain de sable dans cet immense rouage, elle dérange, elle perturbe, mais tel un grain de sable dans une huitre, elle est une perle dans nos coeurs. Merci encore Mme Ruffo
    Amal D’Khissy

  11. Bonjour moi jappuis madame la juge Andrée ruffo car elle a bien raison dagir ainssi pour les enfant qui sont placer sans preuve de ce que les fameux rapport que la dpj apporte a la cours . moi je peux vous le dire car jen fait partie de ce scandal il ont placer mes 4 enfant sans preuve palpable sans medecin pour venir dire ce quil a été dit a notre sujet . Alors je vous dit bonne chance madame ruffo foncé contre la dpj de longueuil car cest eux qui mon fait ca .et je peux vous dire que cest vous qui me donne du courage a foncé contre eux jusqua ce que jobtienne justice et je souhaite de tout coeur que la prochaine juge que jaurais que se sois vous madame ruffo merci
    suzanne ouimet et robert charbonneau

    ps: nous aimerion un jours pouvoir vous parler si cela est possible bien sure .

  12. Le 22 Mars 2006, La responsabilite de la DPJ ?
    Quel est la responsabilite de la DPJ, lorsque la DPJ considere un milieu
    sain pour la securite ou le developpement d’un enfant ?

    Parfois au contraire le milieu qui a ete considere par la DPJ sera la
    milieu qui amenera des prejudices graves et severes a l’enfant,
    est-ce que la DPJ va reconnaitre son incompetence, admettre ses erreurs et
    demander pardon ?

    Est-ce que la DPJ est responsable de ses actions et de ses decisions ?
    Est-ce qu’elle va s’engager a ne pas reproduire la situation ?

    Est-ce que les enfants de la DPJ vont intentes des recours collectif ?

    Avez-vous vu le siege social de la DPJ un immeuble de grand luxe non ?

    Croyez-vous que cela se paie sur le dos des enfants qui ont ete place par la DPJ ?

    Malheureusement parfois la societe a besoin de proteger les enfants, mais est-ce que la DPJ procede de la bonne
    maniere ?

    Alain

  13. La Ruffo c’est elle qui m’a placer en centre d’acceuil et c’est à cause de elle que je me suis ramasser dans la rue dans un sens. C’est rien qu’une folle qui faudrais enfermer pour qu’elle sache à son tour ce qu’elle a fait endurer à des milliers d’enfants!!!


    À ÉRIC R. D.:

    Je respecte votre opinion..
    en tous cas cette juge R. a eu souvent un culot rare. Elle combattait une DPJ rapide pour placer vite des enfants fragilisés…ou pas assez rapide dans d’autres cas ! Nous ignorons ces dossiers hélas !. Une bureaucratie lourde, (paresseuse ? débordée ? dangereuse comme toute bureaucratie, non ?

    Mes saluts,
    C. J.

  14. Moi aussi je suis passé par un tribunal de la jeunesse où officiait Mme la juge Andrée Ruffo et sans elle je serais probablement morte… Elle a changée ma vie, m’a fait réalisée que mon opinion comptait, que ce que je désirais avais de l’importance. Je lui en serais éternellement reconnaissante et j’aimerais bien un jour pouvoir le lui dire face a face. Je suis une des jeunes pour lesquelles elle a mis sa carrière en jeu, encore aujourd’hui on lui reproche d’avoir « ordonnée un avortement » alors qu’elle ne faisait que me donner le choix, je venais d’avoir 14 ans et j’était perdu, la dpj m’obligeait à prendre quelques semaines pour réfléchir a ce que je devais faire, quelques semaine ! Bande d’abrutie, comment aurais-je pue prendre quelques semaines de réflexion alors que j’était déjà enceinte de 8 semaines ! Elle m’a donnée le choix, ce que tout le monde me refusait et pour cela je lui dois ma vie d’aujourd’hui.
    Merci Mme « mieux qu’un juge » Ruffo.

  15. Bonjour m.Jasmin Aujourd’hui le 19 mai je viens de lire votre texte apres que Madame la Juge Ruffo vient de se retirer nous devons trouver une methode de releve a la Grande Dame il ne faudrait pas que les enfants ne soient
    plus defendu je pense qu’il y a des fous capable de créé
    une voie pour continuer le beau travail de Madame RUFFO

    Je voudrais ajouter Merci a cette Grande Dame et merci a vous de nous informer
    Marcel

  16. Qu’est ce qui nous arrive. De quoi avons nous peur. Hier à l’arrivée de la décision de la Cour Suprème, je me suis dit Encore Une Fois De Plus. Quand je dis « je me suis dit » c’est parce que je l’ai dit à voix basse (dans ma tête). Mais si on réfère à la psychothérapie, pour qu’une pensée ou idée ait un impact…il faut le dire à voix haute. Tout comme la force magistrale de la mer prend sa source dans une goutte d’eau, il faut commencer quelque part. Le système que l’on a construit et que l’on engraisse à chaque jour est le résultat de notre indifférence. Si, collectivement, nous sommes convaincu de ce que l’on coit de bien pour nous, alors soulevons nous et montrons nous. DISONS LE A VOIX HAUTE…

    Madame la Juge, j’ai le plus grand respect pour l’amour et le respect que vous avez manifesté à nos enfants. Vous êtes un exemple a suivre….il y a trop peu de gens qui ont cette passion qui vous anime. Rien n’arrive pour rien, j’ai confiance en vous et je finirais en disant que
    l’on voit mieux le Château lorsque l’on se place plus loin et plus haut.

    Nicole

  17. BRAVO! Monsieur Jasmin,

    Je partage entièrement votre propos, et pour en savoir plus sur ma position à ce sujet, consultez mon lien Internet. Je suis présentement sur Politiquébec.com, [url=http://www.politiquebec.com/forum/viewtopic.php?t=18686]Il était une fois…[/url].

    Bien à vous,

    JackPot, alias pour la protection des Enfants, ou plus justement, pour la protection de nos agresseurs et kidnappeurs d’Enfants exploitants.

  18. Mme Ruffo, avec tout le respect qui s’impose pour votre volonté de protéger des enfants, je veux vous dire ceci:

    Sincères félicitations, vous êtes l’heureuse élue du Québec *fou* de ses enfants. Il n’a simplement pas la volonté de le reconnaître, car cela engendrait un prix qu’il n’est pas prêt à payer.

    L’organisation pour faire respecter la loi n’a ni les moyens et ni les ressources nécessaires pour assumer son mandat, celui de faire sa job et de répondre à ses responsabilités. Vous avez raison.

    Le système est là non pour les enfants, mais pour continuer d’exister comme système, avec toutes ses imperfections, et ce, sur le dos des enfants. Vous avez raison.

    Les gens qui y travaillent, tout comme vous, sont contraints à protéger le système en place, au risque de recevoir les *mauvais traitements* dont vous êtes victimes, mes sincères sympathies.

    Tout comme vous, il y a des juges fort courageux et sensible à la cause des enfants et qui y travaillent merveilleusement bien, dans les limites de ce qui leur est permi, et cela, pour continuer de maintenir le système en place, au risque d’y être éjecté…vous en savez quelque chose.

    Ce système rendu inadéquat pour protéger les enfants, continu d’avoir les responsabilités et les devoirs de protéger nos enfants. Si vous n’avez pas, selon les règles de bienséances, toujours fait vos devoirs, sachez que d’autres continuent de manquer aux leurs avec l’assurance et la protection d’une conspiration de silence, ce que vous dénoncez si justement. Bravo, vous avez toute mon admiration. Vous ne protégiez pas vos intérêts, mais les intérêts de nos enfants, ce dont vous étiez payés pour assumer cette responsabilité. Mais tout ceci est un faux débat, un faux problème puisqu’à mon sens la réalité du vrai problème en est tout autre.

    Le vrai pouvoir de dénoncer, je crois que ce sont les DPJ qui l’ont, car c’est à eux que revient cette responsabilité de protéger les enfants dans notre société actuelle, lorsque les parents ne peuvent le faire et ultimement, au système judiciaire. Je suis certaine que des DPJ ont déjà sonné les cloches de nos gouvernements qui sont sourds et qui veulent le demeurer. Nos représentants gouvernementaux (gouverne-mentaux) sont ceux qui garochent des cents à une cause jugée mendiante et sans avenir. Ils ont besoin d’endormir leur conscience qui risque de s’éveiller. Voilà le véritable problème à mon avis; l’essentiel du fond qui fait que la cause tourne en rond et creuse vers le fond.

    Bien que vous ayez été en manque de convenances déontologiques, sachez que d’autres sont en grave problèmes de conscience qu’ils endorment en injectant des miettes pour continuer de justifier leur surdité aux problèmes épouvantables que vivent de plus en plus d’enfants et de familles. De véritables travailleurs au labeur, il en existe, j’en suis convaincue. Ils sont contraints au silence, aux aberrations grotesques parfois et en dernier recours, à tomber gravement malade pour préserver leur intégrité, leur sensibilité à la cause des enfants qui ont grandement besoin d’être protégés. Prompt rétablissement Mme Ruffo. Tout mon soutien pour reprendre vos forces et revenir travailler à la cause des enfants en attente et en besoin. Ils en ont grandement besoin.

    Finalement, je veux vous manifester mes intérêts à travailler avec vous, à vivre avec vous ma folie pour un Québec fou de ses enfants. Certainement que j’y prendrais davantage plaisir que de demeurer silencieuse et anonyme, prises entre les misères des enfants et les misères des grands qui se déchirent entre eux les miettes d’un roi sans habit. Dans l’attente de vos nouvelles, respectueusement,

    MD, Sherbrooke.

  19. Bonjour,Nadia…de ton avocat…qui ta soutenue et qui est très heureux de te lire aujourd’hui…certaines personnes ont exploitées ton histoire…en faisant croire que l’on avait ordonné ton avortement…JE ME SOUVIENS encore de ton choix…le DPJ s’opposait à ce choix…question de $$$$ et de centre hospitalier…Les années ont passées…il y a eu depuis des milliers d’histoires ,je ne peux qu’espérer que ces enfants auront ton courage…Me JEAN GAUTHIER (mai 2006)

  20. Le juge Ruffo est pas une folle ces une personne qui est droite pour les enfants je fait affaire avec DPJ depuis 3 ans , JE GARDE L ENFANT DEPUIS 11 ANS QUE LES PARENTS NE VOULAIS PAS CES NOUS QUI AVONS TOUT PAYER LINGE EFFET SCOLAIRE MÉDICAMENT SANS JAMAIS AVOIR DE L ARGENT DES PARENTS ,LES PARENTS CONSOMME BOISSON DROGUE SON SUR BS travail en dessous la table et sa mère change d amant comme de culotte et la DPJ mon enlever l enfant pour la mettre dans ce milieux ,il ont rien à nous reprocher tout ce que les droit des enfants demande ce fut respecter son des gens incompétant en a long à dire avec preuve il faut même des menace à nous et l enfant la DPJ IL M ÉCOEUR

  21. Je constate jour après jour qu’on est plus proche de la fin aujourd’hui qu’on ne l’était hier.Il dit:«dans les derniers temps la charité(l’amour) du plus grand nombre se refroidira.»,«…les hommes deviendront fanfarons irreligieux,ennemis des gens de bien,…».En agissant ainsi,ils pensent rendre un culte raisonnable à Dieu en mettant de côté l’essenciel qui est l’AMOUR.
    Il est difficile pour un peuple comme le Québec de témoigner et de produire ce fruit,connaissant ses origines sa souche,son passé,sa provenance.Comme vous pouvez le constater et avec beaucoup de désolation à chaque fois Dieu sucite en faisant grace à ce peuple une personne comme juge Andrée Ruffo,le peuple les pourchasse.Il fait tout en son pouvoir pour les éliminer.
    Peu importe,madame Ruffo,tôt ou tard le gouvernement va rendre compte de tout le mal qu’ils ont fait aux enfants qui ne sont pas leur.Le gouvernement ne peut pas donner la VIE ni y ajouter une seconde.Cependant ils enlèvent, brisent la vie des enfants.Cela c’est leur choix de vie parce qu’ils sont des adultes vaccinés avec leur 32 dents.Ils ont choisi volontairement entre leur nom et défendre les enfants,entre aimer soi même ou aimer les plus petits,entre abriter leur bureau ou abriter les enfants,encore et encore.Ce que vous avez fait,ce que vous avez prêché,ce que vous avez semé,l’arme vous utilisez est éternelle,c’est l’AMOUR.

  22. ET çA CONTINUE!!!Je voyais encore Mme Ruffo à la télévision hier. Elle poursuit son combat. Elle expliquait que les bébés maltraités ne sauront jamais ce qui leur est arrivé dans leur petite enfance parce que leurs dossiers personnels sont détruits lorsqu’ils atteignent 18 ans.

    Et ces jeunes de la DPJ portent des séquelles physiques et psychologiques toute leur vie se questionnant, ne sachant pas ce qui leur est arrivé autrefois pour être aussi perturbés . Madame Ruffo croit que les dossiers devraient être conservés.
    J’admire son courage et sa détermination : elle est vraie.

  23. Bonjour M. Jasmin,

    Je suis secrétaire juridique et je lis pas mal de rapports du D.P.J. J’enrage aussi, souvent. Quant je pense à toutes les prises de conscience et dénonciations émises par l’Honorable Andrée Ruffo, quant aux pratiques du D.P.J. et qu’il aura fallu près de 20 ans et qu’un HOMME se saisisse du dossier (Paul Arcand) pour que les pleurs soient entendus, j’enrage.

    Au-delà de la demande de sa destitution, au-delà de sa remise de démission, restera toujours pour cette grande législatrice une profonde sympathie et admiration que peu «d’honorables» de sa profession auront suscité.

  24. Le systeme juvenile m’a laisse tomber il y a 40 ans.Une partie de ma vie, qu’ils ont detruit, litterallement detruit mon dossier, que j’aurais aimee consulter pour savoir. Le centre Berthelet des annees 65/66, j’etais la 10 ieme a y entrer ‘j’avais 15 ans je devais y rester jusqu’a 18 ans…mais on m’a mise a la porte a 16ans. J’y etait afin d’etre proteger…. ils ne l’ont pas fait….Oui Madame Ruffo. plusieurs vous veulent muette…. car ils ont peur qu’on decouvre leur incompetence.

  25. COMMENT SE METTRE ENSEMBLE POUR AVOIR UNE RÉELLE JUSTICE.
    ON SE SENT TELEMENT IMPUISSANT DEVANT DES LOIS AVEUGLES QUI METTENT LES VICTIMES EN PRISON ET LAISSENT LES TORTIONNAIRES EN LIBERTÉ. C’EST L’OMERTA POUR CES ENFANTS QUI SONT ABUSÉS ET QUI NE PEUVENT RIEN DIRE SOUS PEINE DE SANCTIONS GRAVES ET LORSQU’ENFIN ILS DISENT LA VÉRITÉ, CE SONT EUX QUI SONT CONDAMNÉS. COMMENT LES SORTIR DE CE CERCLE VICIEUX? QUELLES ACTIONS CONCRÈTES PEUT-ON POSER?
    Y-A-T-IL UNE ASSOCIATION AVEC MME RUFFO POUR DÉFENDRE CES ENFANTS?

  26. bonjour
    plusieurs es commencent a lire l ame d enfants
    et par ce fait meme lire leurs profondeurs
    continuer et surtout lacher pas
    ce n est pas grave si parfois ont est epuise ees
    nous avons bien profondement l amour des enfants en nous
    bien heureuse de vous lire et de voir qu ils elles seront
    reconnus es comme des etres humains pas une marchandise pour certain une vraie valeur humaine et un coeur vivant
    j ai deja marcher pour la cause des enfants et a mon grand ettonement j etais la seule mais quelques temps apres plusieurs projets se sont fais dans ma petite ville et je souris la en mon coeur presentement et on continu e faut savoir venir en aide sans passer par certain bureau alors la generosite vous souleve et quand l enfant sourie vous savez a ce moment que vous avez ouvert une belle porte et que l enfant va prendre conscience de toute sa valeur et que peut importe les experiences de vie rencontrer ou a rencontrer il elle s en sortira car il elle savent ou aller chercher de l aide il capte ceux qui les aiment vraiment a tous un merveilleux projet pour leur donner confiance affirmation estime liberte dignite et surtout le plus important l amour.

  27. M.Ruffo est un exemple de ce qui arrive si un quelqu’un dénonce les abus du DPJ, la radiation!

    Je vous invites à devenir membre de l’Association des victimes du système de protection de l’enfance. Nous allons regrouper tous les plaintes et exiger des excuses et des indemnités.

    Enfants, parents et famille élargie

  28. Bonjour,

    Je suis étonné de voir tous ces appuis aveugles.
    Si tous les juges étaient comme elle, notre société serait corrompue et anarchique. Ce n’est pas pour rien qu’on cré des codes de déontologie!! Il faut respecter les règles. Peut-être aurait-elle pu plus aider les jeunes en suivant les règles et en essayant de faire changer les choses de l’intérieur?
    Aussi, je crois qu’elle n’est pas honnête quand elle dit qu’elle tient à coeur la vie de nos enfants. Je crois que c’est une cause qu’elle défend simplement parce qu’elle est certaine d’avoir le public de son côté…

    Personne ne lui a jamais rien demandé à propos de ses enfants… À ce qu’il parrait c’est pas une belle histoire… Triste…

Les commentaires sont fermés.