« DÉTECTS INC » ? INFECT !

Je n’ai pas encore visionné la deuxième émission de cette série télévisée au moment où j’écris ces lignes. La première fut assommante. Le mot est faible. Pire qu’ennuyeuse ! Un raté et d’envergure. Il serait étonnant que cela se redresse. Les dés, les atouts, sont jetés. Le crédit de l’inventeur d’une famille surréaliste, iconoclate, (« La p’tite vie »), Claude Meunier, était immense. Diffuseur et subventionneurs étaient disposés à lui accorder … le ciel. The sky. Adieu jugement, adieu pré-critique. Oui, pourquoi pas une autre chance à un tel coureur, à ce winner à forte indice d’écoute ? Résultat : une nullité sans pareil « si la tendance se maintient ».
De très bons acteurs —et actrices— disaient avec confiance « oui ». Bon crédit du Meunier. Vont-ils regretter amèrement de s’être embarqué sur un tel rafiot ? Un flop (annoncé) peut nuire longtemps à une carrière. Et cela ne manquera pas. C’est très injuste ? Oui. C’est triste pour des stars comme Sicotte, Girard et compagnie. Un Marc Messier vient de l’échapper belle, pris ailleurs. Il ne m’est jamais arrivé (modeste carrière de romancier) de vivre une débandade aussi vertigineuse. Un continent (la littérature est un humble artisanat ) sépare le monde de la littérature d’avec celui de la télévision, ce pays des populaires feuilletons à presque un million-de-piastres l’heure.
« Détect Inc » débutait fort mal. Cet amoncellement de clichés éculés (dixit aussi Nat Pétro, La presse), défilé de « situations » usées à la corde, courses de deux héros armés —dont Claude Meunier en personne— offre de stupides reflets sans vrai relief. Meunier a perdu sa touche magique ? Meunier a voulu changer de décor, délaisser le désinvolte farfelu d’un petit monde imaginaire aux cocasses invraisemblances. Erreur. Il s’est plongé dans la rédaction d’un microcosme sans aucun intérêt.
Il faudrait être vicieux pour se réjouir d’un tel aplatissement. Rien à faire pourtant : c’est raté dès l’envoi. A moins d’un énorme miracle ? Je le souhaiterais. Mais on n’a jamais vu un tel phénomène. À partir de prémisses à la dramatisation fausse, aucun virage en cours de randonnée n’est prévisible. C’est un plat indigeste, immangeable tout à fait. Le public restera-t–y fidèle à une telle ineptie ? Par reconnaissance pour l’ouvrage du passé ? On a le droit d’en douter au moment où les offres télévisuelles se multiplient. Avec notre argent public, nos taxes et impôts, les décideur se sont fourvoyés gravement. « La confiance aveugle » c’est exactement cela.
Si tu vas à un magasin, si on te refile un « citron », tu a des droits, exiger un remboursement, c’est ton fric. Qui donc osera —en recours collectif— exiger que l’on déduise de ses impôts ces sommes dépensées par les SODEC et TÉLÉFILM ? Hum… Ce « oui » erratique —accordé à un projet pourri— restera sans punition aucune. Personne ne va démissionner. On gage ? Ce n’est pas la première folle dépense de ces juges de projets à Québec, à Ottawa. À la SRC, le diffuseur de ce misérable « Détect Inc ». Le regard cruel, lucide, pour un « 24 poses, portraits », pour « LES VOISINS », pour « Appelez-moi Stéphane », avec ces deux limiers imbéciles, ne joue pas. Il y a des limites à la critique par le ridicule des travers de notre société aliénée, colonisée, tarée. « Les Bougons » (un reporter du Time l’a vu) font voir une médaille neuve : la malice des pauvres petites gens déboussolés, amoraux, grossiers, incultes. Les « misérables » d’un victorhugolisme actuel, nord-américain. Claude Meunier, lui, si son vaisseau sombre tout à fait aura du mal à se refaire une réputation. You are your last show, est un verdict inévitable. La vaillante troupe de ce navet se prendra dans des glaces morbides, et souffrira pas mal longtemps. Car combien d’émissions sont déjà, comme on dit, en boite ? Aïe, ça sent déjà mauvais dans la dépense froide ! Navrante aventure à l’horizon hertzien : Titanic Inc ? Mugissez les cornes de mer, agitez les fanions, tapez SOS, le phare énervé, rien à faire. « Détect Inc » va sombrer et c’est une mauvaise nouvelle pour le téléspectateur en mal de rigolades. Il n’avalera pas un tel brouet, un salmigondis aussi insignifiant.

4 réponses sur “« DÉTECTS INC » ? INFECT !”

  1. Vous avez bien raison, Monsieur Jasmin. C’est vide et nul (les deux ensembles). J’étais (et je le dis ainsi maintenant) un inconditionnel de Meunier. J’aurais acheté n’importe quoi pourvu qu’on m’ait dit que ça venait de lui.¨Ce Détect Inc. c’est comme si Meunier n’avait pas réussi à sortir de la Petite vie et qu’il trainait encore derrière lui les relants des odeurs de la cuisine de moman. Sauf que ça ne marche pas. Par contre, je ne pense pas que Meunier soit fini. Je songe à ce grand humoriste Yvon Deschamps qui s’était égaré dans les méandres de C-TYVON.

  2. Bravo! Vous avez entièrement raison.
    J’ai donné une 1 heure et 30 minutes de chance au coureur.
    Pour moi, fini cette série.
    En plus, quand qu’on pense qu’on a dépensé 1 million de dollars par épisode pour ce navet de la pire espèce, c’est révoltant. Vive les subventions! Malheureux pour les bons acteurs qui sont pris au piège.
    Il y a tellement de choix sur le câble, que je ne prendrai aucun risque. Vivement les 24 et Alias américains.
    En passant, Marc Messier est génial dans L’Héritière de la grande ourse. Un excellent acteur qui continue de se confirmer.

  3. Monsieur Jasmin j’espère que vous avez envoyé vos commentaires à Radio Canada car selon eux ils n’ont pas eu beaucoup de mauvaises critiques, pour ma part je trouve cette émission sans couleur, sans saveur et vraiement nul, comment de si bon comédiens ont-t-ils acceptés de participer à cette aventure?
    A quand les reprises du téléroman La Petite Patrie sur ARTV.

  4. Je m’inscris en faux contre la sévérité de votre critique à l’endroit de Détect Inc. Les gens peuvent détester Détect Inc tant qu’ils le désirent. À vrai dire, je m’en balance éperdument. Par contre, j’ose espérer qu’il n’y aura JAMAIS « de limite à la critique par le ridicule des travers de notre société » tel que vous le réclamez dans votre chronique. Si les gens avaient cette capacité de regarder le monde avec les lunettes de l’absurdité, qui impose une constante remise en question dépassant les analyses de premier niveau, peut-être notre société ne serait-elle pas « aliénée, colonisée et tarée » telle que vous la décrivez dans votre missive? Concernant nos argents de contribuables, je préfère voir des fonds publics alloués à la CRÉATION de toute forme plutôt que de voir ces mêmes fonds utilisés à des fins de propagande politique. Pourquoi le « oui » accordé au projet Meunier, que vous qualifiez « d’erratique », mériterait-il une punition ou la démission de certaines personnes alors que des millions de fonds publics ont été utilisés à des fins scandaleuses par nos élus fédéraux sans la moindre sanction? Même si cela semble moins vendeur, racoleur ou accrocheur, je préfère nettement l’humour désopilant de Meunier à la vénération de la criminalité mise en scène à la chaîne concurrente! Ma prédiction : Le cœur a ses raisons de Marc Labrèche sera un vif succès. L’absurde illustré par de grosses poitrines, un lit vertical ou une postiche est beaucoup facile à rire que l’absurde caché derrière un discours et un jeu dramatique subtil et nuancé. Tout comme la Petite Vie à l’époque, Détect Inc ne mérite pas un Oscar, loin de là! Il ne mérite certainement pas une lapidation publique pour autant! « You are your last show ». À cette phrase tirée de votre missive, Meunier pourrait aisément nous répondre « I would rather be my last show than to be a no show ». Dans 30 ans, Meunier sera encore lu à travers les institutions d’enseignement de notre province. Combien d’entre-nous, téléspectateurs et auteurs inclus, pourront-ils se vanter d’avoir fait rire et d’avoir instruit autant de gens à la fin de leur vie? Longue vie à l’œuvre imparfaite de Meunier!

Répondre à P Gaudreau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *