GREEN : « THE END OF AN AFFAIR » ?

  • lettre ouverte au Devoir
  • Dans Le Devoir du 11, votre journaliste Alec Castonguay signait un captivant papier en commentant un texte du jeune écrivain René Boulanger dans « Le Québécois ». Ce dernier dénonce la « ruse politicienne » (nomination de Madame Jean, mariée à un vil séparatisse !) de Paul Martin. Action politicienne d’une rectitude politique qui, c’est probable, lui reviendra en vilain boomerang ! Castonguay nous révèle que le parti NPD, via le député M. Crowder, décrète la néo-monarchiste Michaelle Jean innocente. Mais pas Lafond, son « prince consort ». Car le NPD nous fait dire « qu’il ne faut pas juger Mme Jean coupable par association ». Donc M. Lafond est coupable, pas son épouse. C’est bien noté ? Va-t-on, au Canada anglais, exiger la séparation du couple… de force ? Le Globe and Mail a mis « un homme » là-dessus, dit Le Devoir.
    L’époux-néo-royaliste est-il devenu un « secrurity risk » ? Boulanger nous renseigne : aménagement menuisier en 1990 chez le couple pas encore vice-royal. À St-Henri rénové, en Petite-Bourgogne gentrifié) travaux fait par un felquiste ! Par Jacques Rose, accusé de l’assassinat politique de Pierre Laporte. Beau bureau avec bibliothèque à cachette (double-fond) dit Boulanger, un jeune ex-collaborateur du vieux cinéaste. Nous savions « l’art des cachettes menuisées » felquistes quand la police fut tournée en bourrique par un placard à double-fond lors de la Crise d’octobre.
    Castonguay du Devoir, jeudi dernier, ramenait aussi des déclarations du mari de la Vice-Élysabeth. Dans un ancien « Voir » le documentariste (s’appuyait-il sur un Jacques Ferron alors délirant) croyait au meurtre par des sbires d’Ottawa. Eh oui ! Non pas par des Jacques Rose et Simard, rue Armstrong à Saint-Hubert. À ce sujet, j’ai un peu fréquenté Laporte comme président par intérim des « Écrivains Canadiens », Laporte étant aux Affaires culturelles sous Jean Lesage. Je cherchais à éliminer cette SÉC et ça grognait dans « Landerneau féréraliste ». Je tentais de fonder une sorte de syndicat-de-cadres affilié à la CSN, encouragé par M. Pépin. M. Laporte, ex-loueur patroneux de tracteur aux « amis libéraux » et puis ministre et dîneur en steak house ( rue Saint-Laurent) avec des pégrieux notoires, n’avait pas froid aux yeux, n’avait absolument rien d’un peureux, je peux en témoigner. Donc, il prenait bouche avec moi, vilain séparatiste détesté par les Frégault, Klingklang-Casgrain, etc. Chaque fois installé à ses côtés au bar du Club Canadien je sentais le « journaliste-voyou », selon Duplessis, le crâneur, l’ex-ennemi juré du snob et faux populiste, Duplessis. En octobre 1970, ce rude Pierre Laporte, M. Lafond, a voulu à tout prix fuir (deux fois) et il mourut en s’égorgeant avec sa chaîne de cou que devait retenir fermement ses ravisseurs. Les témoins (Rose, Simard) finiront-ils un jour par avouer le fait ?
    Mais revenons à « l’affaire Jean et Lafond » : Mélanie Gruer du bureau de Paul Martin, dit Castonguay, nie la révélation de M. Boulanger et elle affirme qu’il y a eu visionnement des films de M.Lafond, que « rien ne pose problème ». Pas un mot sur l’article du « Québécois ». Bon, maintenant lisons très attentivement les réactions des « Canadians » du ROC à propos du neuf « Couple royaliste » en ce chic palais aux rives de l’Outaouais.
    CLAUDE JASMIN,
    Sainte-Adèle,
    le 11 août 2005.

    Une réponse sur “ GREEN : « THE END OF AN AFFAIR » ?

    1. On s’entendra sur l’inutilité du poste de gouverneur général. Inutile d’y revenir. Mais puisqu’il faut y nommer quelqu’un alors pourquoi ne serait-ce pas Madame Jean?
      Elle a été un sympathisante indépendantiste? Pis après. Faut quand même pas oublier que, quoiqu’on en pense, l’option souverainiste est un courant démocratique soutenu par près de 50% de la population du Québec. Les indépendantistes (mis à part les felquistes) respectent les règles de démocratie ainsi que les lois en vigueur au pays. Ils ne sont pas moins bons citoyens que les fédéralistes. Pourquoi alors serait-il odieux que l’un d’eux accède à un tel poste? Évidemment, ça pose un problème moral quand vient le temps de soutenir l’image de marque du pays. Reste que la majorité des québécois, y compris une majorité de souverainistes, souhaiteraient demeurer dans le Canada. Il est donc possible d’aimer, comme on dit, son père et sa mère en même temps.
      Oui mais le mari au meuble à cachettes? Aye, on se calme le pompon. Le type a fait un documentaire sur les felquistes, il n’a pas posé de bombes. Oui mais il avait un ton plutôt bienveillant. Pis après. Il s’est fait fabriquer un meuble à double-fond (pour cacher des armes nous dit-on) par un felquiste notoire. J’ai déjà acheté un plume d’un ancien criminel qui faisait du porte-à-porte. Devrait-on me considérer comme criminel moi-même?
      Tempête dans un verre d’eau.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *