INCONSCIENCE ?

Le snob répugne à l’admettre : nos journaux quotidiens sont une part de notre patrimoine vivant. Le quotidien lu, à lire, fait partie intégrante de nos existences, vieux ou moins vieux montréalais. Un fait. La presse actuelle change, elle évolue et c’est bien. Rien à dire sur les nouveautés, graphiques et autres, c’est bien. Je m’adresse ici aux dirigeants et aux propriétaires de nos quotidiens. « Ce bon vieux journal » que, enfant, je voyais lire avec tant de plaisir par les « grands », mes parents, mes voisins. Les rédacteurs actuels, responsables, se tirent dans le pied. C’est une sorte d’inconscience ou quoi ? Peu à peu, si ces « chefs de pupitre » ne se réveillent pas, le suicide s’accomplira. On américanise les pages arts et spectacles sans vergogne. Bien sûr je souhaite trouver des lecteurs qui vont appuyer ce que je dis et protester avec moi. De là cette lettre « ouverte » s’adressant aux proprios.
De quoi je parle ?
Combien le remarquent, j’y tiens, les cahiers « arts et spectacles » se consacrent de plus en plus depuis quelque années énormément aux artistes étatsuniens. Le lectorat de nos quotidiens est de langue française pourtant ! C’est d’une bêtise profonde « d’américaniser » de plus en plus les jeunes nouveaux lecteurs, d’encourager cette « américanisation ». Et je n’ai rien de l’anti-empire-USA primaire, ni ne suis adversaire farouche de tout ce qui se fait chez nos riches et puissants voisins. Non, non, une information de base, beaucoup de « brèves », c’est de bon aloi, et utile. Un seul exemple ? Un lundi, le 22 août : toute la « une » (La Presse) des arts est consacrée à un show des Rolling Stones, au verso, un « trio », voué aux vedettes-USA, tournez la page, photo et texte sur l’album « Getting away… » de « Papa Roach », en bas, photo et texte encore sur un « show-bio » consacré aux Beatles… et « très moche », dit l’article. Continuons : à droite des horaires, cinq colonnes « all-USA » avec photo géante encore pour illustrer une vaine tendance-USA, le « girl crush ». N’en jetez plus !
Cette néfaste servitude dessert les quotidiens et les patrons-proprios devraient se réveiller, sonner l’alarme car à cette aliénation inconsciente, le gagnant sera un jeune lectorat tout anglifié par ses inconséquents rédacteurs. Cette jeunesse américanisés ira ensuite aux vrais sources où journaux et magazines ne manquent pas. Toronto sait bien le funeste sort de ce voisinage USA ultra-commenté et admiré complaisamment.. Oui, le jeune américanisé par nos quotidiens « populaires » ( Le Devoir n’en est pas) délaissera ces simples échotiers, ces « courroies de transmission » bien dociles.
L’avenir de notre presse au Québec est en français, non ? Le journal doit avoir le bon sens, « l’instinct de vie ? », assez fort pour l’admettre. Je ne recommande pas l’inflation niaise de certaines publications d’ici, modestes en moyens financiers, qui gonflent ridiculement les moindres potins sur nos artistes. Foin de ces gonflements artificiels ! Cependant si on veut cesser de se suicider, de se tirer dans le pied, on aurait un intérêt vital à envoyer les reporters se rendre en France plus souvent qu’aux STATES. Voyez les « samedis » arts-spectacles de La Presse, c’est, à pleines colonnes, la matière amerloque, à pleines pages, à pleines chroniques. Or ces ultra-riches organisations-USA n’ont absolument pas besoin de notre humiliant aplatventrisme. Leurs hénaurmes investissements sont fort bien amortis chez eux. Nos sommes, frenchies nonos, de l’aimable grenaille, du surplus, cela a un nom : dumping. Les USA doivent se bidonner de cette servilité, à « voyages-payés-par… ».
En 2005, découvrez jeunes chefs avachissement américanisés qu’il y a d’autres cultures vivantes, populaires, que celle des USA, qu’il y a le Mexique aussi, qu’il y a surtout l’Europe et qu’avant tout, l’avenir du quotidien (de lange française) dépend d’un seul fait têtu : le français et, partant, de la culture française.
Méprisée les colonisés de l’auto-racisme. Tous les participants culturels de la francophonie comptent sur nos journaux. L’anglophonie, elle, n’a nul besoin de nos éclairages complaisants, de nos promotions aliénantes, elle a ses armes qui sont, et sans notre participation, ultra puissantes, on le sait trop bien.
À bons entendeurs, mes saluts

Claude Jasmin
(écrivain)

2 réponses sur “INCONSCIENCE ?”

  1. Cher M. Jasmin,

    Depuis un bon moment, à la lecture de la « grosse Presse » du samedi, j’ai le même questionnement que vous face à ce tape-à-l’oeil « à l’américaine » dans le but de séduire le jeune lecteur. Si on y ajoute la publicité de plus en plus envahissante, certaines pages n’affichent qu’un seul article quand ce n’est pas simplement une traduction littérale d’une dépêche de l' »American Press »!
    Où sont les pages d’idées et d’opinions, si l’on excepte la page « Forum » et les lettres de lecteurs?
    Cette « institution », que fut jadis La Presse, devient de plus en plus une circulaire publicitaire dans le but de rivaliser avec son concurrent de la rue Frontenac! A l’intar de la SRC, devenue « clone en pire » (excusez le jeu de mots!) des TVA, TQS, et cie., allant jusqu’à abolir en septembre son déjà
    « mince » téléjournal de 18 heures, après avoir bousillé l’an dernier sa chaîne culturelle à la radio! Pendant ce temps, Télé-Québec n’en finit plus d’agoniser! Triste époque où l' »American way of life » exulte de toutes parts avec de moins en moins d’alternatives!

  2. Bonjour! Monsieur Jasmin, Je suis tout à fait d’accord avec vous de lire La Presse et de voir cela me chagrine, mais d’un n’autre côté une chance qu’il y à des sites comme le votre pour nous faire aimer notre langue française. J’en profites pour vous dire Merci Beaucoup! pour tout ce que vous avec fait. depuis 11 ans je demeures dans un de vos téléromans ( La Petite Patrie ) que je regardais avec plaisir quand je demeurais à Québec.
    longue vie Monsieur Claude Jasmin, je vous apprécies beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *