UN TRIO DE VERRATS À LA PRESSE ?

(Cet article sera publié dans Le Québécois sous peu. C.J.)

UN TRIO DE VERRATS À LA PRESSE ?

J’aime La Presse. Je la lis depuis mon adolescence. On y trouve de bons journalistes syndiqués. On y lit des articles solides. J’aime ma bonne vieille « Presse ». Pour les Boisvert, Foglia, Nathalie Petrowski chassant la complaisance. Et tant d’autres. Même le dur cher vieux Claude Gingas maudit par les paresseux, ex-camarade quand j’y fus en critique d’art (1961-1966).
L’insupportable ?
Un certain triumvirat zélé, (Pratte-Gagnon-Dubuc) acharné à combattre véhemment la venue du pays Québécois. Leur sinistre concert consternant nuit au grand quotidien. Les Desmarais, businessmen intelligents, le savent-ils ? Ils sont seuls à leur insipide mirador pour tirer sur tout « ce qui bouge bien » chez les indépendantistes. Avec un fanatisme stupide. Avec la régularité d’une horloge suisse, ils fessent sur notre normal et ordinaire nationalisme, celui qui se débarasse des fédératifs, en Russie ou ailleurs. Ils insultent, bafouent un lecteur sur deux (au moins) puisqu’il y a (au moins) 50 % des Québécois qui favorisent l’émergence d’une patrie pour notre nation. Fait têtu nié constamment à Ottawa.
Jadis, les Bleus avaient « Montréal-Matin », les Rouges « Le Canada ». Une « presse d’affaires » responsable, dans tous les pays, ne crachent pas sur la moitié de son lectorat. C’est se tirer dans le pied. C’est nuire à l’épanouissement, au grossissement de son public. La Presse doit changer. Elle doit contenir autant d’opinions « pour » que « contre ». 50-50. Rien à redire contre le prêche fédéraliste là, mais pourquoi jamais d’éditorialistes et commentateurs politiques en faveur de notre nécessaire orientation : l’indépendance ? Pire qu’une anomalie, c’est insultant. Le dernier nationaliste de La Presse, M. Cormier, fut vite mise à la retraite. Les zélateurs du « one track mind » vont au delà des intentions des propriétaires sans doute. Zèle con !
Les André Pratte, Lysiane Gagnon et Alain Dubuc, sans cesse, traquent le moindre bénéfique mouvement indépendantiste. Sans vergogne. Ce trio infâme ne tolère donc aucun porte-parole de La Presse qui serait favorable à notre émancipation politique. C’est d’un bête. C’est un mépris perpétuel de ses propres lecteurs, à 50 % Un grand quotidien québécois de cette importance, lu dans nos 9 provinces québécoises, se doit d’engager (au moins une voix, un éditorialiste) pour l’équilibrer le moindrement. Quoi ? « One is too many », a osé dire un Mackenzie King face aux Juifs souhaitant se réfugier au Canada en 1939. Pourquoi ne pas balancer un brin ce trio de verrats, ces mercenaires aveuglés, ces rédacteurs-à-gages indignes d’une information honnête.
Fera-t-on lire cette opinion aux hommes d’affaires responsables ? On trouvera certainement un correctif. Sinon, ce sera nos plus amples dénonciations. Et que l’on ne vienne pas nous parler des « lettres ouvertes » pro-indépendance. Elle sont rares et il y a un évident triage. Un certain M. P.P. Gagné fait un choix fort visible, accablant de malhonnêteté. Bien d’ accord avec ces chantres des fédérats. Gilles Vigneault chantait : « Tu penses qu’on s’en aperçoit pas ? ». Des engagés de « la cause centraliste » sont sans cesse à l’ouvrage (reste de budget des commandites ?) pour arroser de proses biaisées La Presse (et même Le Devoir). Observez bien les colonnes d’opinions libres ces temps-ci, c’est voyant en diable.
Avec, au Québec, la déroute prochaine et prévisible des John Charest et Powl Martinn (vive le Bloc !), qu’est-ce que ce sera, avec la venue probable d’une victoire indépendantiste, qu’est-ce que ce sera ? La Presse que j’aime se doit au plus tôt de rectifier le fanatisme fédéraliste à sens unique des Pratte, Gagnon et Dubuc (le Alain, cet ancien marxiste-léniniste viré rouge qui a des reproches aux ex-felquistes comme Lanctôt !). Il est temps d’alerter les businessmen de La Presse, un 50 % de leur clientèle en a assez, non ?.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *