«MAHOMET EST PROPHÈTE DU TRÈS GRAND ALLAH !»

Mes grandes sœurs chantaient cet air-là sur le trottoir avec leur corde-à-danser. Avant ou après « Ma p’tite vache a mal aux pattes, tirons-la par la queue… ». Enfants, nous savions mal qui était ce Mahomet. Une encyclopédie populaire venant en fascicules avec nos céréales, nous renseigna un brin. En 1980, souvenir de ces lectures enfantines, je tirai « La sablière ». Jean Beaudin en fit « Mario », un film tourné loin des déserts arabes aux belles Îles de la Madeleine. Depuis 2001 et les « tours bombardés », soudain le monde entier se renseignait vite sur l’Islam, sur Mahomet, le Coran, et sur ces fanatisés kamikazes dans le ciel de Manhattan.
Voici maintenant, en dessins copenhaguois, de vulgaires sarcasmes graphiques sur Mahomet, ce « Jésus des musulmans ». Dans le monde présent, stupeur, indignation et appel à la censure par des millions de mahométans. En face, l’on dresse l’oriflamme facile marqué : « Liberté pour la presse ». Des sophistes, un peu cuistres, défendent le « toupet » de ces dessinateurs disant : « En Occident, on a pu voir des affronts au « bon Dieu » et à « Jésus le Christ », le crucifié ressuscité ». L’on tait que, chaque fois, des chrétiens en eurent mal et se taisaient; j’en éprouvais du malaise moi aussi avec ces Marie-Magdelena en prostituée enceinte de Jésus, (Code Da Vinci) ou ce « Jésus en dernière tentation », cinéma contesté. Ces charges nous irritaient. Mais silence ! Peureux ? Tolérance niaise ? Les croyants du Coran, eux, protestent et leur clergé, intéressé certes, excite au « Mettez le feu aux ambassades ». L’Iran des chef antisémites en profite !
Ici, quand on insultait la religion « de mon père », la religion « de ma jeunesse », j’en fus donc choqué. Poète Éluard : liberté, liberté, que de conneries en ton nom ! Licence : ennemi de la vrai liberté responsable. Licence : stimulatrice des censeurs. Bien signaler que depuis les attentats de 2001, tous les Arabes de la planète devenaient de vils suspects, un immense mépris raciste s’installait. Méfiance agressive aux aéroports, aux frontières de l’Occident tout entier. Un racisme gigantesque ! Compréhensible alors la réaction des araboïdes, jusqu’à ces jeunes pyromanes des ghettos maghrébins à Paris récemment. Tenez, allez voir ce film intrigant, « Caché », signal sur le racisme mou, inconscient, d’un enfant égoïste qui, devenu chic animateur de télé, en est pourtant culpabilisé à jamais.
En 2006, mes sœurs ont abandonné depuis longtemps leur corde-à-danser. Vieillis, nous avons fini par apprendre que ces peuples jugés arriérés furent des traducteurs indispensables, par exemple, des anciens penseurs, les transmetteurs précieux des premiers philosophes Grecs. Qu’ils furent aussi de savants pionniers. En mathématiques. En astronomie. En architecture, en chimie et en médecine. Plus experts en tous ces domaines que les barbares chrétiens des premiers temps du christianisme. À Poitiers, bien avant l’an mille, cette prodigieuse civilisation de tous le rivages de la Méditerranée, montée d’Espagne, fut stoppée net par la victoire en armes du fameux Charles Martel. La France a donc failli profiter de tant de progrès éblouissants. Victorieux à Poitiers, l’Europe en aurait été changé.
S’amènera l’étranglement de cette fascinante civilisation, via, (hélas pour les Arabes) la découverte espagnole (circa 1500) du passage par mer vers la Chine (par l’Afrique-du-sud). Plus besoin désormais de ces encombrants arabes. Bon débarras de ces « passeurs », de ces « maudits » trafiquants des richesses de l’Orient. Début historique de leur appauvrissement. Qui va durer des siècles… jusqu’au…pétrole. On tournait donc le dos carrément à leur civilisation et pouvaient s’installer l’intolérance, les tueries de « nos » fanatiques à nous, les inquisiteurs-tortureurs catholiques. Revenons à nos moutons noirs danois et parlons vrai : dans les journaux, le dessinateur veut rallier le plus grand public. Chaque matin, il tente d’exprimer visuellement « du sentiment commun », de l’adhésion générale. Il cherche de « la fabrication de consentement » selon Illich. Comme tout chroniqueur, le caricaturiste ne dessine pas pour son plaisir égoïste, il est engagé pour faire rire le plus grand nombre. Il est démagogue sans le vouloir, il doit au moins faire sourire, sinon ricaner. Et, parfois, insulter certains. Parlons vrai : chaque jour, ils tentent de deviner l’accord de tous. Ainsi, ils s’imagineront que tous les lecteurs détestent —comme en secret— ce monde arabe, le Coran, Mahomet et Allah compris. Ils pondent des insultes, préjugeant l’unanimité. « Ras le bol » des fanatisés, n’est-ce pas et au lieu de tirer sur les intégristes, ils vont s’en prendre au « Jésus-des-Mahométans. Alors, feu, feu partout ! Bonjour les dégâts, défilés d’indignés. Même à Montréal ? De sérieux directeurs de journaux sont congédiés, des chefs d’État se dépêchent excuses, même l‘ONU s’énerve ! À partir de quoi ? De dessins qui fessèrent de travers, de petits cons éditorialistes qui laissaient passer les bavures. Menaces sans cesse et les polices partout. À la télé vues imprenables sur un monde en colère, torches brandies ! Voilà qu’ au pays de Voltaire-le-mécréant, un hebdo satirique (Charlie-hebdo) vient d’en remettre abondamment. Ça se vend bien ! Suivons les actualités.
Québécois, si, comme moi, vous avez été gêné, souvent mal à votre aise, embarrassé, parfois choqué lorsqu’on insultait « la religion de vos ancêtres », celle « de votre mère », de « votre enfance », vous pouvez alors comprendre « l’enragement » actuel.

3 réponses sur “«MAHOMET EST PROPHÈTE DU TRÈS GRAND ALLAH !»”

  1. Salue Claude,
    Toi, tu te rappelles tes deux soeurs avec leur corde-a-danser, alors que moi je me rappelle ce que ma mere m’a dit quand j’etais petit: Les batons et les pierres peuvent me rompre les os mais les noms (BDs incluses) ne peuvent jamais me nuire. [Sticks and stones will break my bones but names will never harm me.] J’aime bien ce que Val, redac’chef de Charlie Hebdo, a dit :

    « Nous les publierons assortis de dessins et de textes de notre cru avec toutes les explications sur notre démarche, nous le ferons par principe et par solidarité, solidarité avec France-Soir et avec nos confrères danois. C’est énorme qu’au moment où l’on vient de célébrer le centenaire de la séparation des Eglises et de l’Etat dans notre pays, on limoge un directeur de journal pour avoir publié des caricatures religieuses. Nous exprimerons également notre solidarité avec le Danemark, pour saluer ce pays qui a une histoire de résistance. Rappelons nous que les nazis lui avait demandé de livrer leurs juifs, le Danemark avait dit non et les nazis avaient tourné les talons ».

    Le gros probleme, c’est quand on nous interdit de critiquer quelque chose, cela a tendance a se repandre. Ici aux States, on n’ose plus (moi si) critiquer tout ce qui tombe sur l’egide de la rectitude politique—les femmes, les noirs, les enfants, les ecoliers, les etudiants, les handicaps, et meme les poetes… a un tel point qu’on n’ose critiquer que Bush et cie.

    Chu pas d’ac avec toi non plus vis-a-vis des caricatures qui n’est pas forcement une chose a faire rire. Au contraire, c’est plus utile de faire penser. Quel dommage pour le bedeiste qui cherche a tenter “de deviner l’assentiment general, l’accord de tous.” C’est pareil pour le poete. Mieux vaut chercher quelque chose dans notre reel qui cloche, qui va contre la logique, contre le bon sens, contre la democratie et oui contre la liberate d’_expression.

    En fait les 12 BDs en quest ne critiquaient pas ni Allah ni Mahomet. Elles attaquaient plutot les perversions des extremistes, y compris l’endoctrinement d’enfants pour en faire des bombes en chair. Tout de meme, comme Val, je suis pour les caricatures meme si elles attaquent l’Islam propre. Si on suit ta logique, on pourrait aussi dire “Si vous avez ete gene, mal a votre aise, embarrasse, chaque fois qu’on insultait” les regimes politiques, les heros de vos ancetres, la facon de vivre “de vos ancetres,” “vous pouvez comprendre l’enrolement des engages actuels.”

    La rectitude politique veut qu’on s’inquiete a droite et a gauche de ne pas gener a tel point qu’on n’ose plus parler, plus opiner, plus agir… a l’exterieur du troupeau. C’est cela qui nous vole subtilement notre droit a la liberte d’_expression pour laquelle nos ancetres ont si durement lutter.

    Cela dit, je pense que t’es probablement d’ac avec ce que je dis. Parfois on a tendance a opiner trop vitement.

    Icitte, 74 degres aujourd’hui !

    Amicalement,
    G. Tod
    Redac’chef,
    The American Dissident
    http://www.theamericandissident.org

  2. Québec, le 3 mai 2006
    Bonjour monsieur Jasmin,
    La lecture de votre lettre m’a rappelé que, né en 1950, j’ai moi aussi entendu mes jeunes cousines et leurs copines chanter « Mahomet est prophète… ». La seule référence trouvée pour ces mots par Google conduit justement à votre site. Pour l’avoir moi-même fredonnée, je m’en souviens par cœur et j’ai fait quelques recherches sur le sens de certains mots qu’on y trouvait, dont chouia barka. Je croyais que c’était un met arabe, mais non, chouia veut dire « un petit peu » et barka signifie « putain » (en arabe algérien)… c’est probablement la raison pour laquelle on ne trouve plus le texte de cette comptine sur internet alors qu’on peut trouver à peu près toutes les autres comptines imaginables, voire même inimaginables. J’ai trouvé sur un site internet (disparu depuis) une version fort blasphématoire de la dite comptine, combinée avec la récitation chantée d’une sourate. Vous retrouverez le tout sur le site http://infojft.net/mahomet
    Bonne écoute et gare aux Fatwa !

    Jean-François Trépanier
    Sociologue non pratiquant, éditeur, réviseur linguistique, programmeur et ouebemestre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *