LES MAUDITS « TÉL-JOURNAUX ?

Pluie de dénonciations variées ces derniers temps, le découragement se répand comme lierre. Un besoin morbide : tout dénigrer sans cesse, folie de noircir la vie, d’ engraisser la morbidité. Téléjournal, tendance sordide. Ça suffit : tout ce qui est exagéré est insignifiant, dit l’adage. Il est temps de protester contre une sorte de « mode-du-noir », du pessimisme,c’est malsain. Le journal télévisé en fosse d’aisance puante !

La vie est forte et n’oublions jamais d’espérer. Il faut réagir, question de salubrité publique, de santé normal. Il y a la vie réelle, vraie, la vie normale qui est aussi espoir. Rien ne sert de baigner avec le ressentiment et je connais des gens animés des motifs d’espérer, en bonne santé mentale car rares sont les vrais dégueulasses, très rares. Ces sains d’esprit pullulent, oui, je sais des gens remplis de courage, nul besoin de nommer cette énorme part de citoyens possédant cette utile énergie. La confiance ordinaire, celle qui ne concocte pas ces excréments télévisés à « mauvaises nouvelles » perpétuelles.

Les médias adorent les « mauvaises nouvelles »; cet accablement est un rituel du petit écran à s’emplir de contenus désespérants avec, sans cesse, la litanie à manchettes morbides. Écoutez les Derome, Nadeau, Thibault, Mongrain, Dutrizac et Cie. Leurs rédacteurs tarés, « en devoir de tout noircir ». Pouah ! Beurk ! Attristants noirs albums à 17 h. ou à 20 h. avec leur « tout le monde est pourri ». Visant des publics à énerver avec inflation tonitruante de mensongers agrandissements. Nancy Huston :« Des professeurs de désespoir », oui, l’école malsaine du découragement.

L’ optimiste ordinaire, je souhaite une réaction, je veux, ô vertu bafouée, l’espérance. Comment combattre l’interminable marée glauque, ce poison vif des « mauvaises nouvelles seulement » ? Pour faire « sérieux », obligatoirement, stridence herzienne matins, midis et soirs, de ces grossiers affairistes. Pour illustrer le monde en une planète de fourbes et de corrompus. Tout ce qui fonctionne dans les familles, aux écoles, aux mondes du travail, dans les hôpitaux n’est rien que merde. Nous voilà quotidiennement enterrés, et atterrés, par leurs récitations à couplets exclusivement décourageants. Secouons-nous, refusons cette sauce immonde, sachons « raison garder », protestons. Que l’on répande aussi les succès ordinaires des existences optimistes parmi une humaine condition. Cette calamiteuse politique parlée du « tout va mal » convient aux opposants mécaniques, hélas, plein de « politichiens » (sic) sautent sur ces os ignorant qu’ils se nuisent en fin de compte car les peuples ont besoin d’espoir.

Pour réussir mieux, les élus (et les aspirants) devraient prêcher la pensée constructive, le goût de la confiance, les candidats (de toutes couleurs) obtiendraient un succès inouï, phénoménal, en donnant confiance, en faisant voir ce qui fonctionne. Ils sont des multitudes, dans maints de domaines, à agir avec une bonne foi laïque, confiants, favorables à un avenir.

Des jeunesses que l’on pollue de « noirceurs annoncées » se démobilisent, sombrent dans le fossé du lâchage, du désespoir, se sentent jugés d’avance. « La jeunesse pue et elle est sotte », condamnation irrévocable à « la mort de l’espérance », ils écoutent ce délire crasse, en arrivent à croire à cette « fin-de-la-vie-vive ».

Oh ces mensonges immondes, je crois en des jeunesses malmenées par ces « désespérés mondains » payés chèrement. Je les prie ces jeunesses de se détourner des braillards-à-micros creux, à-presses-déformantes. Il y a, oui, un commerce du défaitisme, stupide manie à colonnes-noires des nouvelles « à vendre » chez LCN ou RDI. Attirer la foule en criant sans cesse : « Danger, le monde est tout croche, nul. » Avec suicides de trop de nos jeunes. « La naïveté qui tue », un théâtre à l’affiche, celui des fragiles, assidus crédules qui écoutent les « missionnaires du vide », cette troupe zélée du « néantisme » et crises à répétition, sur-montrées et re-montrées (Dawson et Cie), pour démolir, énerver les candides : « Tout va très mal, jeunes amis, le monde est sauvage ! » Tuez-vous, quoi ? Il y a une paresse à crier au loup, au malheur inévitable, incessant et ne pas décrire, jamais, un certain réel, car ça n’est pas accrocheur en « crottes » d’écoute. La Bolduc entonnerait : « Ah oui, on en a des malheurs… » Ignorer sciemment le très faible pourcentage de drogués, de violeurs, de tueurs, faire accroire pour huiler ce « cirque du sensationnalisme » que les dangers emplissent nos rues, quartiers, villes, villages même, bêtise ! Fuyez vite saines jeunesses ces marchands cupides. J’ai confiance, moi, en nos jeunesses et je sais aussi des « aînés » capables d’espoirs, de trier du bon grain, davantage présent qu’on le pense chez ces horribles commerçants (en malheurs perpétuels). Assez de cette mascarade à désastres imaginaires, prédicateurs paresseux très « intéressés », payant en audiences. Voici les « nouvelles en continue », continuelles diarrhées du « tout va mal ». Soyons nombreux, gens de bon sens, de salubrité à tourner le dos à ce funeste « puits télévisée » maçonné d’une glaire baveuse. Traçante du « le monde n’est qu’écoeuranterie ». C’est archi faux, jeunes gens. Ne croyez plus ces charlatans vivant d’annonces catastrophiques, ces exploiteurs programmées, pour faire peur aux naïfs ! Ils s’avancent travestis, Cassandre, oiseaux de malheur mais estons debout de bonne santé mentale. En vérité, le monde en général est bon, oui, les gens sont bons et cela enrage ces chics liseurs de nouvelles (en habits bien coupés),ces liseuses (en costumes signées, griffés) de conneries forgées, tous ces « beurreurs » épais de sale confiture moisie à TVA, TQS, SRC.

À bon entendeur, salut !

3 réponses sur “LES MAUDITS « TÉL-JOURNAUX ?”

  1. M. Jasmin,
    Vous avez bien raison…on se ratatine sur le divan au fur et à mesure que se déverse sur notre tête le flot des nouvelles plus navrantes les unes que les autres. Mais au fait, sont-ce vraiment des nouvelles? visant nos intérêts?
    notre culture? Il s’agit le plus souvent de faits divers insignifiants piquant la curiosité et n’apportant rien de bon. Je vais diminuer mon temps d’écoute de ces « nouvelles
    en-boucle » et j’irai davantage vers des documentaires ou des émissions plus attrayantes. Merci de nous réveiller un peu.
    Suzette B.

  2. Une perte de temps ces Tél-Journeaux.
    Je ne m’informe plus que sur l’Internet.

    Même ce midi j’ai manger mon sandwich devant la télé et j’ai décidé d’essayer l’émission Au Coeur de L’Actualité avec Anne Marie Dussault. La demi-heure a commencer par l’intro, ensuite quelques mots de Dussault sur des babioles, ensuite des commerciaux, puis au retour quelques mots de Dusseault et de l’invité pour résumer la nouvelle sur le sujet, encore des commerciaux, de retour un début d’opinion sur le sujet de la nouvelle de la part de l’invité puis un appel en ligne téléphonique avec un auditeur qui prend un temps fou à s’exprimer (Duseault visiblement impatiente de rage), puis des commerciaux, et au retour j’ai fini mon sandwich, fermer la télé, et retourner à mon bureau m’informer convenablement sur l’Internet.
    En tout, je n’arrivait pas croire le peu d’information obtenu pendant 20 minutes d’écoute.
    En 5 minutes de lecture d’un article sur l’Internet j’était au fait de la situation.

    Même mes enfants ados ne regardent pas la télé. Leur temps-semaine d’écoute télé est quasi nul. Et ils ont une télé dans leurs chambres! Ils préfèrent l’ordinateur.

    Il n’y a que ma femme qui regarde assiduement la télé. Les émissions en majorité semblent êtres conçues pour les femmes. Consommation, divertissement, faits divers, « réalité », romantisme, décoration, voyages, santé, parraître, etc…

  3. En faisant l’hypothèse que la nature humaine est paradoxale et est faite de pulsions de vie et de mort. L’homme étant aussi de nature transcendante au sens où il ne peut être mis en équation. Les sciences cognitives sont malheureusement mis au service des affairistes pour exploiter les tendances sombres de l’homme, développer la dictature de la pensée unique et le réduire à devenir consommateur d’images et exécutants docile d’un système hyper puissant.
    Malheureusement l’école perd de son influence, ne peut seule répondre au désarroi des jeunes.
    Il devient urgent de mener des études sur la santé mentale de l’homme et de lutter en particulier sur la diffusion d’image de violence.
    A l’époque romaine, le peuple était ‘diverti’ par les jeux de cirque. Il semble que les affairistes aient numérisés ces besoins primaires en les remplaçant par des images de violence.
    Pourquoi ne pas instituer le droit à l’image positive qui définierait les bonnes pratiques et réglementerait la diffusion d’image violente.
    A quand une révolution artistique de la fraternité financé si il le faut par l’ONU pour valoriser les pratiques des hommes de bonne volonté de tous les ages. Ne serait elle pas une bonne réponse au terrorisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *