REVENIR DANS UN COFFRE DE BOIS ?

Tous, nous regardons les actualités sans y être vraiment impliqués le plus souvent, moi comme les autres. Des soupirs, de l’ennui, de l’exaspération aussi, et puis on va au dodo ?

Or, un lundi soir récent —méchante surprise— me voilà concerné. Et déconcerté. Il est là sur le petit écran, au bord d’un avion qui va partir. J’entend la déchirante chanson finale de Hair quand ca criait : « Claude ! » Il a son bagage, il part pour l’Afghanistan, c’est bien lui, mais oui, c’est Claude !

« Un simple soldat », cher Marcel Dubé. De Val Cartier. Harper en décidait : fini le jeu du Casque bleu, du pacifique mainteneur de paix. La vraie guerre ! Notre Claude à nous, y va. Reviendra-t-il dans un coffre de bois ?

Le cher neveu de « ma blonde » laisse une jeune épousée avec un enfant encore au berceau. J’ai connu un petit garçon blond qui aimait son Labrador, aimait voguer sur un Sun Fish loué au Chantecler sur notre Lac Rond. Aimait avaler en riant une rousse à la terrasse du carrefour adèlois, chez Dino’s, servie par la chère Denise. Studieux aussi, mon Claude, il décrochait un diplôme des HÉC, avait un peu de mal à se faire embaucher, se décida à aller jouer le comptable dans…l’armée du Canada. C’était avant le Harper-va-t-en-guerre !

Peut-on imaginer la mère aux abois, Colette ? Le papa peu sentimental, Pierre, prof de science, qui craque au téléphone quand ma blonde, sa sœur, veut le réconforter ce lundi soir. Hélas, même maudit soir, à RDI, excellent utile documentaire mais très énervant sur… l’Afghanistan et ces Talibans plus fanatisés que jamais. Les blessés, les tués ! Merde, et moi, petit-bourgeois impuissant à mon pied-à-terre du Phénix d’Outremont, si triste.

Je revoyais Claude Boucher venu cet été avec « la jeune mariée » pour nous faire voir son beau bébé-héritier, si heureux ! Il vient de quitter sa jolie banlieue de Québec pour ces montagnes scélérates du sud, Kandahar maudit qui camoufle d’aveuglés fondamentalistes.

J’ai peur, je crains un de ces jeunes « fous d’Allah » au volant d’un bazou bourré de dynamites, voyageur anonyme qui s’approche de Claude, de ses jeunes camarades de Val Cartier. Boum ! La mort ! Quoi dire, faire, toucher du bois, prier, invoquer tous mes morts : « Protégez-le, protégez-le ! »

J’entendais, chez Lepage, un dimanche soir, mon camarade scripteur, Avard, qui a visité une zone merdique d’Afrique, qui recommandait que l’on cesse de jouer les vains matamores à nos jeunes soldats, que l’on expédie nos forces, avec des Casques bleus, pour calmer les « rebelles » et ce gouvernement sanguinaire du Darfour. Là où un « nouveau-Rwanda » génocidaire se joue dans le sang répandu. Je ne saurais mieux dire. Le Pearson d’un Canada pacifique se retourne dans sa tombe.

Claude, cet été, il y aura encore des voiliers à louer au Chantecler, mon lac Rond ne bougera pas d’une vague, l’été va chanter en harmonie avec mes rats musqués sous mon quai, le grand héron fou, les canards aux cous verts, les fidèles tourterelles, le colibri excité, le cardinal si rouge… toute cette beauté estivale une fois de plus…

Je ne veux donc pas voir arriver à mon rivage une jeune veuve aux yeux rougis, ni ce bébé grandi qui serait orphelin de père. Alors je maudis ce Steven Harper-le-bleu, je maudis le pleutre allié du Busch —quand, maintenant, tous aux USA, lui disent son erreur de faux-croisé— oh oui, je le voue aux hégémonies ce cow-boy du « in god we trust » !

Il faut qu’un proche parent soit parti aux portes du Styx pour que mon enragement trouve un point de chute très précis. Mon indignation a désormais un visage familier, aimé. Claude qui aime tant la vie, qui aime son chien, qui aime la belle ville de Québec —et la Corse où il alla en voyage de noces. Claude qui a une jeune famille, qui aimait bien rigoler avec « le vieil homme », le chroniqueur-écrivain, le chum de sa chère tante Raymonde.

À quoi bon toucher du bois ou supplier ses défunts ? La dérive militariste du régime « con-serviteur » à Ottawa contentait tellement M. le Président des USA, un pieux « born again », n’est-ce pas ? « Born to kill », clamait un film ? À propos du Vietnam, tant de films effrayants, avec la fatale et humiliante déroute finale et aucune leçon à en tirer ? Cette guerre là-bas est un méga-Vietnam et on verra un jour des hélicos en pagaille ramenant les boys. Très prévisible. On ne combat pas des terroristes avec des tanks, quelle farce ! Je viens de lire ce matin la corruption totale à Kaboul, l’argent envoyé virant en continuels backshish.

Ô Claude, cache-toi, prends garde, méfie-toi, sois prudent, reviens vite, un enfant mignon aura besoin d’un papa.

Une réponse sur “REVENIR DANS UN COFFRE DE BOIS ?”

  1. Cher monsieur Jasmin,

    De toute la période de l’ère Jean Chrétien, ce qui aura marqué son règne, c’est de ne pas avoir suivi Bush dans sa folie meurtrière. Ça aura coûté cher à monsieur Chrétien, le cow-boy George et ses acolytes ne lui ayant pas pardonné.

    Lorsque Harper est arrivé au pouvoir, ce qui m’a beaucoup surpris, de même que bien des canadiens, c’est que dès le lendemain de son élection, il s’envola pour l’Afghanistan. Je me suis demandé: « Mais que diable va-t-il faire là-bas ? »

    La réponse était bien simple, c’est qu’il faisait là un grand signe à Bush: « On est maintenant de vot’bord m’sieur l’président ! »

    On a vu la rhétorique guerrière de Harper se préciser, la mission de stabilisation et reconstruction en Afghanistan, passant à la guerre aux talibans pour protéger le monde du terrorisme. De même, son appui donné à Israël durant l’agression du Liban, et ce malgré la mort cruelles de femmes et d’enfants, de désastre échologique, de destruction de l’économie.

    Quoique l’on tente de démoniser les talibans, Les armées présentes sont des intrus, alors que les talibans sont chez eux. Eux aussi ont des femmes, des enfants, des rêves. De plus, toute cause est juste, tout dépendant de quel côté on la regarde.

    Monsieur Jasmin, ce ne sera malheureusement pas le Claude que vous avez connu qui reviendra de sa mission en Afghanistan. Ce sera un autre Claude, marqué des horreurs de la guerre. Il en aura été témoin, ou bien il en aura été l’acteur. Une chose est sûre, c’est que son innocence reviendra dans un coffre de bois.

    Je vous souhaite, de même que son épouse et son enfant, ainsi que tous ses proches, de le retrouver sain et sauf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *