VOTRE ARGENT PAR LES FENÊTRES ?

On est pas des chics bandits en « grey flannel suit » pour cacher notre fric de contribuables solidaires dans des îles du sud. Non, vous et moi, on crache volontiers du fric pour la santé et l’éducation. Et, citoyen chanceux j’en cracherais davantage pour faire s’épanouir tous ces « suds » pauvres et retenir ainsi, dans leur patrie, tous ces migrants qui se font apatrides —« le plus grand des malheurs », selon Dostoïevski.

Y a-t-il du gaspillage éhonté même au domaine culturel ? Oh oui hélas, dans ce rayon, la culture, qui m’est familier, c’est plein de « notre argent » de contribuables abusés —fourrés— qui est jeté par les fenêtres. L’excellent critique Martin Bilodeau —autre scandalisé avec raison— raconte cette dilapidation de nos économies confiées à des fonctionnaires-en-cinéma. Bien savoir ceci d’abord : vous demandez-vous où se cachent tant de pseudos-créateurs aux carrières inabouties ? Réponse : ils jouent les juges. Ils se réfugient en « experts » un peu partout dans les officines de nos agences culturelles. Ces has-been précoces ramassent ainsi du pognon et décident, font le tri des projets, donnent le « OK » à des conneries le plus souvent. Un seul exemple ? Les fameuses « enveloppes » de cash pour notre cinéma dit commercial. Il s’agit pas de « pinottes », il s’agit de millions et millions de nos impots et taxes virant en lamentables gaspillages. Il y a eu « Nouvelle France », le flop, il y a « Duo », autre échouerie, il y a « Roméo et Juliette », « une ânerie, dit Bilodeau » et la liste qu’un reporter devra dresser est fort longue.

Ah, si j’étais ministre !, je ferais le grand ménage. L’argent public irait à deux catégories de candidats. Un, les solides, les forts, les consacrés qui ont donné des preuves évidentes et reconnues de talent. Bref, les sérieux, les doués. Et deux, les jeunes personnes débutantes. Il faut donner leur « première chance » aux aspirants, au moins une fois. Tout ce qui végète, taponne, tatillonne, bégaie, redonde, qui sont des médiocres perpétuels, dehors ! La porte ! Car il y a un vaste « marécage » de noms surfaits dont il faut nous débarrasser. Nettoyons cette écurie où se ruent des avortons-artistes, ambitieux aveuglés. Ce serait une économie de « fortunes » en argent public, je vous jure.

Comment juger ces (deux) sortes de projets de films ? Facile, pas besoin de ratiocineurs, savants stériles, mais non, on organise une loterie selon le budget de tel agence. Oui, oui, un tirage au sort. Car… Car la réalité est terrifiante : nul ne sait ce qui sera bon, bien fait, étonnant au bout du compte, le film tourné, monté, mis en boite. Personne ne peut deviner. Ça fait mal à savoir mais c’est un fait têtu. Les pros francs et sincères vous l’avoueraient. La création est un mystère ! Rien à voir —produit fini— avec la lecture de l’encombrante paperasse, la bible, les vantardises du rédacteur de scénario la main tendue. Sur le papier c’est « ceci », un chef d’œuvre bien entendu, rendu en salle, ce sera « cela », un navet. De la merde ! Ou, au contraire, chiche et pauvre sur papier, richissime de sens à l’écran. On a vu ça et très souvent !

On ferait de cette manière l’économie des multiples réunions, surtout de ces « ordres-de-réécrire ». On a vu des échecs à très haute échelle alors que ces p’tits juges-à-la-con faisaient ré-ré-écrire dix, quinze fois même, tel et tel scénario. Quel journaliste ira enquêter là-dedsus ?, ce serait un scandale gigantesque. En art, il faut s’y résigner, il n’y a pas de règle, pas de chemin sûr, pas de recette, pas de gammique. Tel scénario inquiétant à lire, bizarre, original, apparemment « mal foutu », à dangereux risque, peut se transformer en cours de tournage en un film unique, magnifique, neuf de ton, extraordinaire. C’est bien connu et c’est très enrageant cette « dure réalité » pour les financiers —privés ou d’État. Mais rien à faire.

Alors quoi ? Au chômage tous ces comités d’experts-de-mes-deux-fesses, tous ces jurys illusionnés, à Téléfilm comme à la Sodec. Ces ex-artistes déchus, pairs jaloux, tatillons qui courent le cachet ou le jeton-à-séance-payante, oui, dehors ! On accorde donc de l’aide à tous ceux qui se sont fait un nom important car il est essentiel d’encourager les carrières éprouvé et aux jeunes nouveaux venus. Les autres, au panier ! Refuser —comme on l’a fait— une subvention à un Denys Arcand ou à un Robert Lepage c’est d’une bêtise grave, un affront, une insulte. Ce sont les Jutra (un temps rejeté à cette foire des p’tits juges !), les Perrault, les Falardeau, les Brault —et j’en passe— qui devaient être stimulés, supportés, sans cesse encouragés. Certes, un Jean Beaudin peut errer à l’occasion mais comme il a fourni amplement des preuves de dons rares, il doit pouvoir continuer à s’exprimer au monde du 7 ième art. C’est justice. Tant d’autres tacherons qui pataugent péniblement, très laborieusement et que l’on garde en une vie artificielle, par copinage, bon contact, bien réseauté, disons le mot, par complaisance. Retenons-nous de donner des noms tant c’est triste.

Ces juges, « courageux anonymes », sont, la majorité, des fossoyeurs de « la culture qui se fait ». Bien entendu, il n’en va pas autrement ailleurs, peinture, théâtre, littérature, musique. Là comme ailleurs, vaines réunions de ces jurys-de-cuistres, de « doctorants-spécialistes », une bande d’impuissants tout à fait stériles, de théoriciens obtus, de singes-savants qui plastronnent via un vague statut d’archidiacres-ès-culture. Quand un tout nouveau-venu, gars ou fille, dès son premier film, fait la preuve d’un fort talent, on garde son nom pour « la prochaine loterie ». Et s’il nous a pondu une croûte infâme, fin des entretenus perpétuels, adieu ! « Y a de la place en usine », clamait une chanson. Ah, si j’étais ministre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *