PETIT VOLEUR MASQUÉ !

[NOUVEAU: LE CHAPITRE 4 DE «BRANCHES DE JASMIN]

Une devinette. Indices : dès qu’on lui voit la binette, on l’aime. Il fut l’objet de bandes dessinés, de films. Animal bien mignon. Tant qu’on a pas eu affaire à lui concrètement, on ne se méfie pas. On a mal au cœur de tant en voir, ensanglantés, sur nos voies publiques.

Trop loin du mont Royal, dans Villeray, mon quartier d’enfance, jamais on n’en voyait… ni le bout de la queue ni le bout de son minois rigolo avec son masque -ce loup- tout noir. Vous devinez ? Installé en Laurentides, je fis connaissance intime avec lui : le raton-laveur. Racoon, dit l’anglo. Il n’est plus seulement l’amusante -rayée- boule bien fourrée, c’est aussi un vidangeur effronté. Déception car on aurait envie de le garder dans son jardin, un si joli chat sauvage ! Mais hier encore… chanterait Aznavour.

Hier encore, ça grouillait fort dans mon bac noir. Tu soulèves le couvercle et qui y est prisonnier ? Un raton-laveur. Envie de le libérer car il te regarde tout affolé. Te voilà hésitant…c’est que tu te souviens qu’il y a peu de temps, était répandu tout autour de ta poubelle-sur-roues, des détritus : coquilles d’œufs, os de jambon, brins de salade, deux pleins sacs de plastique déchiquetés. Son dégât. Il te regarde innocent ce vilain goinfre salisseur, au fond du puits noir, le museau en l’air, il te dévisage, remue frénétiquement, attend que tu l’aides à s’en sortir quoi. Le « vidangeur masqué », cette fois, n’a donc pas pu se sortir du noir local à rebuts ménagers.

SE MARCHER SUR LE COEUR ?

C’est clair -grand cœur- si tu lui rends la liberté, il va revenir la nuit prochaine et réussira encore à expulser tes déchets, à les répandre autour du balcon. Dilemme. Refermer le couvercle et attendre le passage du camion municipale : Crunch ! Quoi faire…disait Lénine dans un célèbre pamphlet. Quoi faire en effet ? Je me marche sur le cœur, je referme ma boite noire. Il y a des limites à la tolérance. Aucun arrangement, petit et joli vidangeur incivique ! Je pars m’acheter les journaux du matin au Calumet en face du cinéma et je dirai : « Tantôt j’ai trouvé un racoon dans mon bac. » Le fidèle M. Taillon : « Méfiez-vous du microbe de la rage mais sont-ils assez kioutes ces petites bêtes-là ? » Encore ? Éloge du si mignon racoon ! Je ne dis rien sur mon « renfermé » ! Je rentre petit déjeuner avec un doute en passant près du bac : Y est-il encore ? Je me penche, j’écoute. Pas un son, rien ! S’est-il évadé ? J’ouvre. Il y est et me voit. Son muet appel « au secours ». Lui laisser une video poker per pcplay free kenoaprire un casino onlinecasino italia gratis3d rouletteenquete casino on netgiochi slotsamerican roulettegiocare casino onlinevideo slotsplay casinoeuropa casino onlinequestionario bonus casinocasino livecasino gioco virtualecasino on line concasino gratis slot machinemigliori bonus casinotrucchi per video pokervideo poker machinecasino no depositcome giocare alla roulette,roulette per giocare,giocare roulettesistemi gioco roulettecasino on line gratiscasino poker gratisslots machine gratisvideo poker da scaricare gratisgiochi jack black in lineagiochi blackjackroulette casino,casino on line roulette,roulette da casinowww rouletteroulette da scaricare gratiscasino on line roulette,roulette on line,giochi on line roulettecasino on net comcasino virtuale,casino virtuale per giocare senza soldi,giochi casino denaro virtualecasino en lignewww casino comrisposte casino on netbonus dei casinoroulette strategycasino 10 euro gratiscasino baccaratgioco roulette gratisweb casinocasino on line,casino on line italiano,casino on line con bonusvideo poker machinescasino en lineastrip roulettewww casinoroulette systems dernière chance ? Peut-être a-t-il pris conscience qu’il peut être fatal pour lui de s’introduire dans le « trou noir » et qu’il ne récidivera pas ?

PRIÈRE AU GRAND MANITOU ?

Un simple charité : pencher ma boite noire mais l’image fréquente des déchets répandus me revient. Soyons ferme. Va à ton grille-pain, au café , aux journaux, « cœur dur » ! Je sors la confiture et, oui, je songe à cette si jolie souris grise…que j’ai tué froidement…mes vagues regrets parfois.

À l’heure du lunch, nouvelle sortie et je n’ai pas le courage d’ouvrir le bac, de le revoir. Je file en vitesse, -lâche va !- pour une visite chez Ratelle-père-et-fils, Barbiers des sportifs et je dis :« Ça grouillait ce matin dans mon bac noir, un voleur aux yeux masqués y gigotait ! » Le père Ratelle goguenard : « Non mais c’est-y assez mignons ces petites bêtes, hein ? » Encore ça ! Je me ferme, me laisse raser sous drap de Coty dans le fauteuil à bascule : une huître.

Revenu, j’ouvre pour un coup d’œil : il y est, racoon recroquevillée, désespèré, immobile. Il ne me jette pas même un regard, c’est qu’il devine ma fermeté : « Fais ta prière au grand manitou ! » Il y a un bon dieu pour les tueurs candides de mon espèce : je ne souffrirai pas longtemps car c’est demain matin l’enlèvement rituel des ordures. Le soir venu, je pousse donc la poubelle à roulettes au bord du trottoir. À l’aube : fin de sa brève existence sur terre et…j’éprouve un léger -très léger- point au côté. Furtive vision d’une souris grise. Niet ! Qu’il veille en son noir « jardin des oliviers. »

Ce soir-là, à Artv, documentaire sur les bêtes, mes émissions bien-aimées. On y cause, d’Australie, de la disparition de certains marsupiaux et me voilà comme attendri. Je ne cesse plus de penser à mon prisonnier masqué au fond du bac. Je n’en peux plus, me lève. Vite, mon manteau, foulard et tuque et je sors dans la nuit, me penche le bac noir au raz du trottoir : sors misérable !

J’attend, je guette : rien n’en sort. Il n’y était plus et aveu, j’en étais content. Demain matin, aucun intrus masqué car j’ai mis une vieille brique, lourde pesée, sur le couvercle du bac. J’aurai la conscience en paix au prochain docu télévisé sur les animaux.

2 réponses sur “PETIT VOLEUR MASQUÉ !”

  1. Quel beau texte Monsieur Jasmin!

    Nous nous reconnaissons tous dans vos écrits et c’est une qualité exceptionnelle que vous maitriser à merveille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *