UNE GÉNÉROSITÉ INTÉRESSÉE ?

Le chat sort du sac. Chaque année quand la capitale de cette fédération (qui n’est pas vraiment un pays) sort son gros sac de fric pour se fêter, eh b’in c’est aux Québécois que va le gros de la tirelire. Les autres régions de cette fédération ? De la schnoutte. Des miettes. Ah ! Pourquoi ça ? Cette injustice évidente. Que l’on semble tolérer un peu partout. Quoi, nos bons p’tits zamis confédéré devinent-ils qu’il faut fermer les yeux (et sa trappe); mieux, qu’il faut bourrer de pognon ce sacré Québec, plein de réticents, de méchants nationalisses,  si on veut pas …Mmm, vous savez bien, s’il fallait, non mais s’il fallait qu’un bon jour, ils se votent majoritairement un pays bien à eux. Vous connaissez tous cette peur, cette frousse, cette hantise.

Alors, les Canadians, ils ne comptent pas, moins en tos cas. Avec les restes, des pinottes, qu’ils se fêtent un p’tit peu. La réalité c’est que ces gens d’un océan à l’autre (sauf nous -et notre drôle de langue- au milieu), ils n’ont pas grand chose à festoyer. Craignez rien, ils vont pas brailler, ils chialent pas l’diable, même si, à chaque année, Ottawa commet un effarante injustice dans le partage de la mazoune pour pavoiser, danser et chanter. Silence !

Quoi donc ?  Les habitants du Manitoba ou de la Nouvelle Écosse n’ont pas besoin (ni grande envie ?) de commémorer le beau grand Canada ? On dirait. Le Québec, pas davantage, alors là, danger, on va lui enfoncer nos bébelles dans la gorge à ces oies bien connes, les frenchies ! Oui, le chat, oui, est sorti cette année…  du sac fédéral.

Évidemment…  ? Car, évidemment, c’est chez ces maudits frenchies, il y a comme un résistance et le bonhomme carnaval-fédérat se questionne sans cesse : pourquoi donc que le Québécois se sent si peu Canadian ? Eh oui, c’est la vieille et perpétuelle question : on se ressemble pas, on a  pas les mêmes goûts, us et coutumes, références, etc. À  part les assimilés inconscients de la  fascination commune aux USA. Car, soyons lucides, Canada est synonyme, in english, de USA !  Québécois le moindrement fiers, solides, normalement enracinés, solidement indentifiés, b’en, on a pas le même tempérament, et tout le reste. Et surtout, surtout : on a pas la même langue. Ceux qui séjournent un peu longtemps en dehors de notre patrie (à Toronto, à Vancouver, ou à Halifax peu importe) découvrent vite cette réalité. « On est à l’étranger. On est pas chez soi ».

Oh, oh, oh ! Voilà donc bien où « le bât » de l’union à tout prix blesse, l’union à fêter…hum, ça branle. Futile de nos arriser d’argent, gaspillage. La culture (Coco ministre Moore !) c’est le sang de la pensée. Le sang d’un peuple. La culture populaire comme la grande culture. Ajoutons pour les intellectuels anglos et innocents comme Ignatieff ceci : elle a fondu notre égalité de 1867, on est devenu  une minorité au Canada. Donc, aucun intérêt. Mis, ici, on reste plus de 80% de la population, nous sommes des majoritaires. Une nation forte, un peuple consistant. Alors… quand ce Ignaretieff (sic!) rêve de trains d’est en ouest, il déraille l’intello exilé revenu. Québec a besoin de vrais échanges, de marchander, de se divertir, de découvrir mais du nord au sud, de Québec-Montréal à Boston-New York.  Les trains du Russe Blanc ers Windsor, Ontario, c’est une bêtise grave, un gaspillage, un songe creux.

Quant à ces argents répandus, recevons cela en rigolant. Des drapeaux, des commandites, etc., ça se jette aux rebuts !

Une réponse sur “UNE GÉNÉROSITÉ INTÉRESSÉE ?”

  1. Malgré cette belle plume larmoyante, funeste sur la minorité de notre identité qu’on entend depuis des lustres n’est plus d’actualité. C’est triste! C’est vrai! Mais c’est ainsi…sauf pour les Gourous de la souveraineté qui ne se sont pas adaptés ou qui font semblant de nier l’évidence. Ce qui n’est pas tellement fou de leur part quand même puisqu’en y continuant de parler ça assure certaines vies politiques.
    Et ce qui n’est pas tellement fou est d’attaquer Igna (re)tieff si gratuitement dans ces jours-ci puisque pour la 1ere fois depuis 5 ans, ce fameux Monsieur fait mal au Bloc dans les sondages (37% contre 31%)… et pire encore dans la forteresse Bloquiste qu’est notre province (Québec), donc je trouve normal qu’on le diabolise en ce moment (c’est de bonne guerre).
    Suivez dans ces jours-ci l’armada d’attaques et d’injures que déploiera Gilles Duceppe.
    Comme je le disais c’est normal tout ce comportement humain.
    Le hic est qu’on nous fait croire que les méchants et des sans-cœurs se trouvent toujours de l’autre bord de la route et jamais de notre bord.
    Une des raisons pour laquelle ce vieux rêve n’a pas su rajeunir, parce que ce rêve là envoie toujours et toujours des chicanes d’ados, genre: « mon père est meilleur que ton père ; c’est de ta faute si je ne suis pas beau et ça serait toujours de ta faute. »
    P A T H É T I Q U E…

Répondre à Brice Roméo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *