SOUCOUPE SANG ET OR !

Le vent avait détaché mon pédalo, il m’attendait sur la plage municipale, en m’y rendant avec la chaloupe de Jean-Paul Voisin, je vois quoi rivage des Cobetto ? Une lumineuse soucoupe nageuse ! La jolie ronde carpe grosse comme une soucoupe, à ailerons de feu, aux couleurs de l’Espagne, jaune et rouge, or et sang !

Ce dimanche, assis au fond de la chapelle de la rue du Chantecler, venu en curieux, examinant l’unique vitrail, je repensais à cette flamboyante soucoupe, à cette flamboyance.

Un « lévite » de cette Église unie commentait avec modestie un acte des apôtres. J’étais bien.

Être vraiment attentif c’est bien mieux voir ces six (6) beaux gros bouleaux blancs; portail chez Simony en face de chez nous. C’est sourire en revoyant le beau dessin d’un placard avec l’écriveur Grignon buissonner dans l’herbe adèlois. Je songeais à sa prudence de timoré quand il nia dans ses textes (radio et télé) le nationalisme ultra fervent de son « gros curé » Labelle ! Quel menteur dénoncé par l’historien chez « Le Bigot », ce même dimanche matin.

Vite, on a réinstallé « le poison » de Loto-Québec (état maffia, va !) rue Morin, le tabagisme étant disparu dans l’incendie. Ces « one arm-bandit-gobe-sous », le poker vidéo est pire que le pire venin social imaginable. État bandit, va !

Encore cette semaine, Serge Sourire à l’École Hôtelière, pousse ses divines tartes au sucre en rigolant. Serge se fiche de mon méchant cholestérol ? Me voit-t-il au plus vite, sur le dos, aux Salons Guay (!) à côté. Le ventre trop sucré mis dans la soie mortuaire ? Quoi : « Le Petit Chaudron » de la poétesse Aveline marqué « Fermé ». Incroyable cela, j’y allais à sa bonne soupe il y a plus d’un demi-siècle. Mais j’aime aussi, beaucoup, la soupe riz-poulet du bon vieux St-Hubert BBQ. Eh consolons-nous ! J’y pense : m’acheter vite une bonbonne de gaz « profane », voici revenu l’été et le bon temps des calmars sur grill alla Raymonde ! Yam !

Cette semaine,  retour au flanc du Mont Royal quand nous allions voir de bons films en 1950 à ce « Ciné-club de l’Université ». Cette fois, on y allait voir notre amie du Lac Marois de Sainte-Anne des Lacs, la comédienne émérite François Faucher. Vendredi,  elle recevait rien de moins qu’un doctorat d’honneur. Ô fallait voir sa fierté à la petite Élias (mariée à Jean Faucher) élevée par une mère seule, venue du Paris difficile du temps de la guerre. Elle nous donnera quatre petits québécois pure laine ! Françoise a lu à voix émue et forte a très  légitime fierté et fut applaudie très fort. Évidemment, la cérémonie m’a fait songer aux bouffonneries de Molière, Françoise n’y pouvait rien. Ces toges robes noires, ces chapeaux mortiers à pompons et glands agités, ce pourpre cardinalice (Turcotte y était) , ces broderies…oui, j’ai vu Molière vivant. La grande actrice, familière des classiques, devait y être sensible, j’ai bien vu ses sourires.

Je cicatrise lentement du majeur fendu (cet accident bête) ! Mon jeune Dufour-Toubib, vendredi,  m’apprend qu’il s’en va. À Fort Lauderdale. Il n’aime pas le froid ! Il a d’abord dit « adieu » à la clinique de St Sauveur et il dira adieu à celle de la rue Beaumont ! Bon.  Lundi, au CLSC d’ici, un infirmière (et ma lectrice)  me dit : « Je pars. À la retraite ». Tout le monde me quitte, merde ? Je suis retourné au rivage, ai revu ma belle soucoupe sang et or et fus consolé.

2 réponses sur “SOUCOUPE SANG ET OR !”

  1. Tout le monde vous quitte ? je vis le même problème ici. Mon infirmière du CLSC vient de prendre sa retraite, les médecins à l’hôpital de Joliette sont toujours en vacances ou en congrès, etc…
    Un pédalo qui se décroche tout seul ? vandalisme peut-être ? Avez-vous des ennemis, mon cher Claude ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *