MARS ET VOIR FILER L’EAU VIVE !

Voici le printemps dans dix jours, voici venir le temps des fontes totales et dernières. Sans être obsédé d’ondinisme, avouer le plaisir à prendre d’aller voir l’eau filer, rugir ici, gémir là, courir à toue épouvante, se déchaîner. Aller voir les folles ,le excitées cascades en aval du Lac Raymond, celles Chemin du Mont Sauvage, au bord de la 117,  ou derrière une jolie berge plus au nord, échevelé, folles.

Quelle chance nous avons par ici. Pas loin, proche de la Cabane à Eddy, grimper un peu, deux minutes,  et découvrir ces flots rageurs, toute cette eau énervée. Le bonheur non ? Marcher à l’ouest de Mont Rolland et admirer les fous remous si vivants dans la Doncaster. Ou bien, rouer à l’est, y revoir les flots inouïs, panaches fantastiques, fluides du déchaînement  proche de l’ex-usine Roland. Les oreilles bien remplies des vacarmes des fons, bruits de la délivrance finale. L’eau comme cri de liberté !

Oui, quelle chance. Tant d’endroits sur cette terre où les gens n’ont aucune chance de voir les eaux printanières s’écrier « vive la vie vive » et se jeter, les chevelures blanches dans l’air sur des lits de rochers inégaux. J’aime. Certes il y a l’inestimable Chute Montmorency (plus haut que le Niagara, mais oui) juste à l’est de Québec. Site désormais fort bien aménagé —avec pont, passerelle, parc, escalier— beauté rare qui fut peinte tant de fois par notre premier vrai artiste québécois, l’exilé allemand surdoué Cornélius Krieghoff !

J’ai vu un jour, célèbre dans l’univers, la cataracte sublime du Niagara. Sorte de plaque tectonique fracturée et visible ! Installé sous ses trombes, le visiter, parmi les touristes du monde entier, c’est d’un effet absolument hors de l’ordinaire, vrai ! Vous êtes vivant dans une littérature insensées, du Jules Verne ! C’est un spectacle que l’on n’oublie plus.

Mais vous saurez rêver encore en regardant dans les yeux ces cascades autour d’ici. Elles nous sont intimes, sont nos familières, nos proches quoi, nos  jeunes partenaires, nos voisins délinquants et sauvageons, qui stimulent nos sens. Allez y voir, essayer, vous verrez, il y a contagion. Ça s’attrape ! Oui,  cela se communique, on s’en va ensuite avec, en soi, une charge positive, une dynamo neuve qui s’est greffée à nous,

vous le constaterez avec joie. C’est « si pas loin », la Rivière à Simon ou la rivière aux Mulets, la Doncaster ou La Nord, pas vrai ? Debout paresseux, allez vous y asseoir, quinze,  vingt ou trente  minutes ! Une médecine gratuite efficace ! J’y puise chaque fois une énergie supplémentaire.

Ce plaisir vient de loin : de « l’eau-de-pâques » quand mon pieux papa me réveillait aux aurores et que nous partions en tram avec 4 fioles vides pour aller cueillir l’eau vive sous le Pont Viau, au bout de la rue Saint-Denis au rivage de la Des Prairies; j’aimais déjà l’eau qui court débarrassée des glaces enfin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *