TAS D’HYPOCRITES VA !

Lettre ouverte à Marc, mon webmestre, lisez-la :

« Cher Marc, pendant que tu te chauffais la couenne, avec ma fille, Éliane, ta femme, entre un bout de mer de la Caroline du sud et un joli camping dans un boisé de grands pins, tu fus volontairement coupé des nouvelles d’ici. B’en, imagine toi toute une affaire : on a sorti que les juges du Québec sont des « favoris », oui, quelle honte hein ? Des juges nommés par le parti au pouvoir. Qui ignorait ça ? Personne Marco, tu le sais bien. Tu parles d’une grosse nouvelle ? Quand tu vas rentrer, demain je crois, tu vas voir ça : l’air rempli de cette « hénaurme » nouvelle. Une farce?, les juges seraient des créatures politiques, des « récompensés » du pouvoir.

Tu vas voir : radios, télés, journaux en font (encore aujourd’hui) leurs choux gras. Non mais… Qui ignorait le grenouillage avec nominations ciblées. Un temps des Rouges, un temps des Bleus. Bleu longtemps sous le tyranneau  despotique, Duplessis. Marc, dis moi qui ignorait ça ? Personne. Nos gens des médias sont à cours de scandale ? Voilà que le chef de nos fédérats rouge, M. John Charest de Westmount, le cheuf, a nommé un enquêteur. Un juge retraité venu des maritimes, un bon ami de Jean Chrétin (même cabinet). Cet arbitre fut nommé « suprême juge », jadis. Ce Monsieur B, a accepté avec ou sans fou rire ?. Pas de danger que Sieur Bastarache déclare : « La paix, me dérangez pas, ç’est comme ça depuis l’aube des démocraties ». Il va se ramasser un peu de fric.  Ce sera un show de plus, théâtre de marionnettes ridicules. Les nouveaux Bernard Derome, en jupons ou non, ls voix des CBC-SRC, TVA, RDI, LNC, prendront encore les citoyens pour des cruches, depuis que je suis p’tit gars, j’ai su que ces postes de juges (et autres jobs de prestige) sont des « fioles ». C’était le mot : une fiole. L’avocat ambitieux s’achète une « carte d’un parti », milite, ramasse du fric et guettera son tour.  Un jour, bingo !, le job steady payant. Vieux comme le père Noé. La gammique depuis bien avant Lesage, Lévesque, Bourassa. Au pouvoir, on se nomme « entre nous » et chacun son tour.  Ici, à Ste Adèle, j’observais le fanion « Mulroney » qui battait au vent du lac « Votons Mulroney », chez un  voisin « m’sieur-le-juge » ! Toi Marc, ton « mon oncle »juge bleu,  fils de député duplessiste, ne fut-il un bon juge bien honnête?

Alors, welcome home Marco : aux écrans domestique, tu vas assister à une mascarade. D’hypocrites. Une « séance paroissiale » et notre Lapierre (TVA) dépasse son sosie, De Funès, en grimaces. Bouffon. Le téléjournal est un cirque où l’on mime le  grimpage de rideaux: « Messieurs dames, c’est effrayant, le « pouvoir » nomme juges, ses amis ! » Le populo rigole de voir putasser les médias pour des crottes d’écoute. Pas un événement une vieille patente, le « patronage. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *