DES ASSASSINS PARMI NOUS ?

Mon titre était un titre de film. Quoi ?, des tueurs parmi nous ? Ceux de la monoculture à la mode mondiale, à Paris comme à Rome, du « american only » ! Des assassins, des collabos, des masochistes ces reporters qui vantent Usa-Only. Des assimilés. Voyez La Presse samedi qui vient. On y tue notre identité. Les jeunes reporters s’en sacrent du français. Ils se répandent en généreuse « promotions » de l’empire de l’anglomania. Droit au suicide ? Les Desmarais, les proprios, ne voient donc pas qu’ils nuisent à leur journal qui est « en français » ? Car ces jeunesses embrigadés iront bientôt aux publications en anglais. La Presse finira par en crever. Mais j’aurais préféré parler de nos écureuils qui sortent de partout…

Même inquiétude à Berlin, à Madrid ou Rome? Paris-la-lâche  est déjà toute gangrené. Les résistants québécois que nous sommes (2% sur ce vaste continent) sont des cons finis aux yeux de nos « bénis-soumis » du USA-Only. Ils nous pissent dessus. La Presse samedi prochain ? Multiples promotions en amériquaineries : chansons, films, télé. Voyez les tounes in engliche dans nos séries de télé ! La Brazeau, la Larouche : lâcheuses mollassonnes souhaitant la mort annoncée de notre identité. Plein de lâches vautrés dans l’ anglo-uniforme. Ô tueurs de la variété du monde ! Les p’tites connes sauce « Picard » comptent sur nos courroies de transmission. Auto-raciste donc auto-mépris…oui,  de nous-mêmes. J’aurais mieux amé vous raconter d’ étonnants grands papillons jeunes….

On va vous dénoncer assassins de notre identité. Ces déracinés sur-aliénés crachotent : « Bande de passéistes, d’anciens ! » . La nouveauté pour eux c’est « Fêtons l’impérialiste mondial. N’y a de « bon bec » et de « bon pas » que « bec amerloque » et « pas étatsunien » Combattons : non merci, pas de notre « Louisianisation », de lente agonie. Mercenaires, souitchez donc carrément à l’angloétatsunisation ! Mais…je reviendrai vous chanter la beauté des vols fous de nos colibris….

Applaudissez les « p’tites Picard », ces arrivistes ambitieuses quêtant les « piastres » d’Uncle Sam. Sales renieurs, exilez-vous donc carrément. Débarrassez le Québec. Devenez de vrais amerloques, rien de plus triste que la déculturalisation à pas de tortue. Fanatisés de films, de la télé, des chansons-USA, un peu de  courage, formez vos milices et essayez donc de nous faire taire, les « pauvres cons » qui tiennent aux multiples cultures de cette planète. Têteux de La Presse (les Renaud, Journet, Dumas, Cassivi, Repentigny et alli), rampez carpettes rédacteurs d’éloges à voyages payés. À New York ou à Los Angles.  Collabos des Amerlots, dociles ANGLOBALISATEURS, votre REFUS GLOBAL s’ouvrirait par : « Place à notre mort culturelle ! » Tristesse…mais je vous raconterai bientôt le flirt étonnant de ma marmotte avec un vieux chat orangé…promis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *