LE SANG COULE…

Pour une distraction, depuis longtemps, plein de gens lisent du roman policier, des « polars ». Quand j’étais plus jeune du prolifique (six par année !) Georges Simenon et son sympathique et goguenard et brillant « inspecteur Maigret », si placide. Dans les années 1980, j’en ai publié cinq ou six avec mon Maigret à moi, Charles Asselin. Mon premier ? « Le crucifié du Sommet Bleu ». Un genre (le polar)  qui m’a vite ennuyé. Au départ, il faut installer et calculer tout le plan du récit (la fin surtout !). Ouash, moi qui aime bien me surprendre en cours de création.

À  ma chère bibio de Sainte Adèle, rue Morin, la grosse part du budget « achats-de-livres » va à ces histoires de sang et de fics. écrits par des dames souvent désormais. Livres à succès et, donc, fréquentes demandes des lectrices (et lecteurs) d’ici. Frouch !, tout le gros du fric public est investi dans cette sorte de…littérature (hum!). Romans traduits souvent de l’american-english.

Parfois donc j’ai besoin de distraction et, récemment,  me voilà plongé dans du Mankell. Avec son Maigret : l’inspecteur Wallender (vu à la télé ). Aussi, l’an dernier,  plongeon dans les célèbres « Milinénium », avec une punk délabrée adjointe de l’enquêteur. Et voilà que, tout dernièrement, plongée dans le fameux Ellory. Un populaire auteur de polars sophistiqués. Je sors de « Les anonymes », sa récente ponte. Oh la la  ! Ellory s’englue dans cette mode infâme du « complot ». Genre du Bergeron-échevin qui croit que les tours du World Trade Center à Manhattan furent bombardés par des provocateurs américains ! Afin de pouvoir attaquer davantage les musulmans intégristes ! Vous voyez le genre niais, une connerie rare qui amena le cinéaste Oliver Stone à illustrer un autre « complot-CIA » pour faire assassiner JFK (le titre de son film).

Dans « Les anonymes » Ellory déclare : « Il y a que deux fléaux au monde : la puissance de la CIA  et l’argent du Vatican à Rome. » Tel quel ! Ce Robert Miller, Maigret de Washington, traque un tueur en série. Le Jonh R., un agent de la CIA démissionnaire, pris de remords car il a assassiné une cinquantaine de gauchistes communisants (au Nicaragua, à Cuba, au Mexique, en Asie, en Europe de l’Est).  Ce tueur d’État, culpabilisé tue à Washngton de ses anciens compagnons. Une soupane folle, une poutine ridicule. B’en, ça se vend comme pains chauds. Le lectorat serait friand de ces récits à « complots ». Les anonymes » donc, une histoire bien pleine d’invraisemblances et qui se lit malgré tout. La recette ? Des détails piquants, rebondissements et fortes surprises…Bref, on tourne les pages. À la fin, on est déçu gravement. Bof, on y gagne un happy end à la rose sauce Walt Disney. Très cul-cul—la-praline. Le talent des Ellory ? Un don pour tricoter du gros suspense sordide en forçant le réel et on s’en fout, on lit. Un don ? Oui. Une distraction ! Et passe à la caisse, tripoteur des vérités, tu l’as bien mérité va.

3 réponses sur “LE SANG COULE…”

  1. @ M. Jasmin
    Je vous encourage à lire « Les prophéties du pape Jean XXIII »
    Auteur : Pier Carpi
    Édition : Jean Claude Lattès/Williams-Alta 1976
    Collection : J’ai Lu

    ——–croit que les tours du World Trade Center à Manhattan furent bombardés par des provocateurs américains ! Afin de pouvoir attaquer davantage les musulmans intégristes——–

    Quelque soit la qualité du roman, le complot pourrait bien s’avérer exact.
    Ce ne serait pas la première fois que les u.s.a. utiliseraient une excuse pour aller
    fourrer leurs nez dans les affaires des autres. Et, aux états-unis, comploter c’est comme faire la cuisine ici.

    La première annonce de cet attentat, à la télévision, comportait un élément qui
    ne fut plus mentionné par la suite. Cet élément était incriminant.
    Les deux tours que vous mentionnez, se sont écroulées en mode démolition.
    N’importe quel édifice, s’il suffisait d’y mettre. au hasard, des charges explosives, pour le démolir, s’effondrerait de façon anarchique et provoquerait des désastres sur son pourtour. Il est difficile d’admettre qu’une tour s’écroule de cette façon de façon naturelle, encore moins deux tours et dans le même évènement.

  2. J’ai une bibliothèque d’au-delà de 2000 livres. Elle comporte du ridicule et de l’intelligent. Quelques uns sur l’archéologie romantique. Entre autre, 400 volumes science-fiction/anticipation. Alors là, les invraisemblances sont nombreuses. J’ai un livre sur la sexualité qui a été écrit par un homme et une femme. Tous les deux avaient un doctorat. Ce qu’ils ont écrit était sûrement des vérités au moment de leur parution, il y a 40 ans. À la lumière des plus récentes études sur le même sujet, quelques énoncés me paraissent maintenant pas trop brillants.La lecture d’un livre est, entre autres, instruire, la détente ou mieux l’évasion du quotidien. Les différents styles ne plaisent pas à tous.
    Vous voyez que moi aussi j’utilise une prose péremptoire….:D..:D..:D..:D…:)

  3. Galilée, excommunié. Il est parfois judicieux d’utiliser des fables pour énoncer des vérités. Ou encore le style de Nostradamus. Le don de l’écriture n’est pas donné à tous. Finallement j’aime mieux, moi-aussi, lire un texte bien construit.

    ———-Ce tueur d’État, culpabilisé tue à Washngton de ses anciens compagnons.—–
    Ça ressemble beaucoup à l’histoire de l’attentat du président Kennedy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *