LES YEUX DANS LES YEUX

À ma quotidienne saucette hydrothérapique, à cette auberge L’Excelsior, une fin d’après-midi : un face à face rare. Je cuisais en homard dans les tourbillons de la ronde cuvette et qui j’aperçois par une bow window ? Un raton laveur bien grassouillet qui gratte dans la vitre. Je sors du bain et je cours vers lui. Je me penche et, les yeux dans les yeux, nous avons échangé. Monsieur Raton Laveur avait son fatal loup  noir, masque vénitien sobre, comme baissé sur les joues, on aurait dit qu’il avait les yeux comme un peu sortis de la tête. Lassé de ne pas pouvoir me gruger les doigts que je lui tendais volontiers, il se détourna du vieil homme en maillot de bain  pour aller et venir dans la neige juché sur un podium ce service où se voyait une poubelle au couvercle branlant. Hélas pour lui, vide !

Rentré, je fouille dans les coupures que m’expédie Marielle, ma sœur et documentaliste. Seigneur ! Patrick Lagacé —de l’Empire convergent La Presse-Desmarais— patauge en « citoyen du monde », vous savez cette niaiserie à façade mondialiste pour s’engluer au fond dans le monde anglo-américain —qui est $$$, tout puissant. Lagacé joue le surpris quand la SSJB —Luc Savard, patron— affirme que « Arcade Fire », groupe anglo qui vit et enregistre à Montréal (louangé à Los Angeles et à Londres) ne serait pas accepté au spectacle national du 24 juin. Bébé-Pat est très choqué. Tous les connaisseurs de ce milieu « rock-pop-rap-etc » savent que, désormais, ce groupe va filer vers les grandes messes sauce anglo-américain. Et tant mieux pour eux. Tout le monde sait bien aussi  que le 24 juin fête la résistance française sur ce continent de 350 millions d’anglo-américains.

C’est clair mais le Lagacé, déguisé en mondialiste à gogo,   préfère singer le grand étonné et  sort « maudite ceinture fléchée ». Il sermonne des gens simplement logiques, raisonnables. Lagacé —un franc-farceur— va jusqu’à comparer la SSJB avec le racisme anglo qui nous jetait jadis « Speak white ». C’est tout simple et normale que la fête soit française le 24 juin. À 100 %. Ces tarlais, ces bêtas de la tolérance « zozo »  et de l’accommodement « toto » me font ch… suer.

Même Empire-Gesca : Alain Brunet avance que notre gala québécois  —ADISQ—  n’est qu’un spectacle de paroisse qui nie la réalité « cosmo » de Montréal. Paul Arcand le regrette aussi, dit Brunet-Courroie-USA. Ce docile publiciste des amerloques en devient un raciste inverti. Il se méprise. Le reporter Émilie Côté —même Empire—  flatte ce cultural businessman à « branding commercial », Simon Brault,  qui jouit de ce  « Montréal, ville cosmopolite ouverte. » Faux : rien des autres cultures du monde, c’est toujours l’aliénante foire anglo-saxonne. « Cosmopolite » mes deux fesses !

Ajoutons ce petit boss colonisé aux lettres ouvertes de La Presse —il pense qu’on s’en aperçoit pas, cher Vigneault— qui publie surtout les aliénés, place aux Michel Lebel ( des Laurentides hélas) affirmant qu’on est « tous des  xénophobes déguisés ». On dirait le québéphobe Mordecaï Richler. Lire un  certain J.F. « Imitons nos émigrants et parlons notre langue en famille ». Tel quel ! On s’incline pas par respect mais par envie de vomir !

2 réponses sur “LES YEUX DANS LES YEUX”

  1. Le règne de Luther et de ses fils prendra bientôt fin [ voir « Les Prophéties du
    Pape Jean XXIII », auteur Pier Carpi ]. Prophéties faite lors de son intronisation
    à l’ordre des Roses-Croix.
    Entre autres.–
    a) La deuxième Élizabeth verra s’écrouler ce que la première a bâti.
    Indice d’importance : la flotte de navires anglais = dépassée par l’aviation à
    travers le monde. Presque terminés l’esclavage et le vol des richesses des autres.
    b) Les esclaves d’aujourd’hui seront les maitres éclairés de demain.
    Indice d’importance : L’éclosion de l’économie de l’Asie

    Une de mes arrière-grand-mères était Irlandaise. Une de ses phrases favorites dont
    je ne me souviens plus trop des paroles exactes, mais avait le sens suivant :
    « Sortez du lit avant les anglais si vous voulez vivre vieux ».
    Bien que je sois moins agé que vous de 15 ans, M, Jasmin, il y a peu de chance
    que j’assiste à la pleine débandade de ces abuseurs. Je le regrette beaucoup. Je ne
    devrais pas me réjouir du malheur des autres mais lorsqu’il s’agit de justice et de
    sa victoire, j’exulte sans remords.

    Pas besoin de laxatif, lorsque je suis constipé, je songe à ce qu’ils ont fait comme
    merde dans le monde…..esclavage et génocides….remède efficace.

  2. Donc pas étonnant que nous ayons encore des problèmes avec la cohabitation.
    Une meute de chiens ne peut pas partager le même territoire qu’une meute de chats.
    Nous voyons, à l’occasion, un chat et un chien vivre dans le même local.
    Et qui a raison? Ni un ni l’autre.
    Ça fait des siècles que ça dûre cet antagonisme. Je crois que ç’est dû à nos façons
    de penser et donc de parler. La construction des phrases dévoile beaucoup.
    Ils s’expriment à l’aide de 80% de notre langue, le français, mais en le prononçant
    différemment. Exemple : tous les termes scientifiques contruits de Grecs et de Latin.

    Conséquemment, notre fête nationale, la St-Jean-Baptiste, pourrait inclure des
    Irlandais, par esprit de solidarité. Elle ne pourrait inclure des anglais sans en
    détruire l’esprit. Ce que probablement souhaitent insidieusement les anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *