PLAN ESSENTIEL : DEVENIR DES « COLLABOS »

Jadis un mot  honteux : être un « collabo ».

Avec Suisse française, Belgique française, avec la Martinique et la Guadeloupe, avec toute Afrique française et surtout avec « LA » France, oui « surtout », où vivent 60 millions d’individus qui parlent le français. Tentons de nous unir. Des « collabo » à fond ? Oui, devenons tous des « collabos », des peuples —de la francophonie— qui se tiennent, (genre USA et Australie et Angleterre, etc.) Des peuples qui se sentiraient liés…étant des gens en danger face à l’hégémonie maudite de l’anglais.

Folie Notre indifférence —entre parlants français— nous tuera peu à peu. Il est tard. À quand le réveil ? Salutaire, que dis-je, indispensable. Si nous savions nous concentrer davantage sur nos rapports avec toutes ces contrées soeurs, si nous avions l’intelligence de mieux nous informer sur ces populations qui parlent tous en français…mais non. Des  suicidaires. Nous suivons seulement les us et coutumes, les moeurs, les « shows » des « amaricains » pour parler comme le con colonisé inventé par le sacreur de Falardeau, cet Elvis Gratton de merde et il y avait de quoi sacrer.

Idiote posture de notre part, à quatre pattes devant le moindre filet de talent quand il émane des États-Unis. Et on voit cette creuse et bête fascination à Paris, hélas ! Des snobs inconscients ! La radio-US, la télé-US, les magazines-US et les journaux-US, que nous servons —examinez nos médias— comme dociles courroies de pub et de promotion. Lisez bien, cette fiente d’inconscients —nos reporters-à-genoux à voyages-payés— ne diffusent, publicisent, répandent, promouvent que les produits-USA. La moindre faribole née chez nos riches voisins du sud est illustrée. Seulement eux ont le bon pas et sont de bon bec. Idiotie totale.

Pendant qu’au sud triomphent dans le monde ces xénophobes, ces racistes, ces indifférents à toutes les autres cultures du monde, autarciques constipés égocentriques. Exceptions : les maigres ghettos des instruits en chics universités à murs de lierre. Ces bourrés de fric aux USA  crachent sur les autres cultures. Tout ce monde aliéné reste à plat ventre. Personne pour protester si, par exemple, notre canal  TV 5 ne télédiffuse pas «  La Cérémonie des Césars » Silence dans notre lanterneau !  Bêtise, des deux bords de l’océan. on dirait de francophobes.

Tous en collabos donc pour mieux connaître tous les talents en français. C’est notre seul salut, Québécois. Organisons une « résistance » qui importe autant que la Résistance du temps de l’occupation nazi. Ces mecs-à-fric qui sont à Shakespeare ce qu’est la Poutine au Foie gras, ces éternels « G.I’s culturels », bottés, avec guns aux ceintures ont grand besoin de se faire ouvrir aux arts d’ailleurs dans le monde. Résistons au méga compresseur mondialiste anglo-saxon. On est pas chanceux, USA est notre tout puissant voisin. Le finlandais parlé, écrit —ou le suédois— n’ont pas cette malchance, résistent un peu mieux au nivelage. Nos journalistes,  stupides équarrisseurs participent volontiers à l’acculturation des jeunesses.

Ce voisin est « le » leader partout en Occident, les USA représentent un ensemble économique d’une force inégalée.

Forcément sa culture populaire règne sur toute la terre. Sa langue, liée à sa force économique gigantesque, jouit d’un prestige mondial. Oui, cette emprise géante nivelle, assombrit, appauvrit même, rejette souvent, ignore avec superbe, toutes  les autres cultures. Le prestige, l’influence des produits culturels-US est liée intimement à la gigantesque patrie des « amerloques », on est 2%, eux sont  350 millions d’une même langue. Pas une langue menacée ça, un empire, une machine infernale. « Résistance », j’écris ton nom partout…

 

4 réponses sur “PLAN ESSENTIEL : DEVENIR DES « COLLABOS »”

  1. Quelle fougue ! Quelle verbe ! Quelle montée de lait ! Vous le savez, vous n’êtes pas le seul à tenir ce discours dénonciateur d’un avachisme culturel qui nous force à marcher à quatre pattes pour nous faire traire. Qu’on se donne la main entre franco ? On peut toujours rêver…
    Coincée dans un remblai de neige, ils étaient 10 voisins à fouiner en cachette derrière leurs stores mal fermés pour voir comment j’allais m’en sortir tout seul, et vous croyez sincèrement qu’ils feraient plus d’efforts pour soutenir des francos d’outre-mer ou d’outre-terre ?
    Résistons quoi à quoi cher maître ? Aux capitalises qui ont fait main basse sur nos médias ? Aux asiatiques qui achètent tranquillement et hypocritement nos terres et nos usines ?
    Mis à part les purs et durs, quel artiste ne rêve pas d’être plus connu et reconnu ? Plus célèbre ? Plus riche ? Et ne comptons pas sur les sans-sous que nous sommes pour percer le marché, il faut aller là où est le fric, même s’il est sale, même s’il pue, même si les risques de repères culturels sont évidents.
    En contrepartie d’une obéisssance servile et en consommant à outrance, non pas ce dont on a besoin mais ce que les «autres» nous proposent comme nécessaires, on nous offre le rêve américain aseptisé de ce qu’il est, une dualité qui navigue entre la faillite d’un système qui se renfloue en imprimant de l’argent neuf et en augmentant sa dette, encoer et encore…
    Collaborons ? Mais à quoi donc ? Vous connaissez autant que moi ce petit peuple qui est le nôtre, qui se voit plu sgarnd qu’il ne l’est et qui n’a pas le courage de se tenir debout. Il y a tant de jalousie et d’envie parmi nous que nous sommes aveugles, nous ne voyons que ce que fait le voisin et ce qu’il a, nous le voulons aussi.
    Dans un village tranquille, quelqu’un a eu l’idée géniale d’ouvrir un restaurant country, au bout d’un an, comme l’affaire semblait marcher, il s’en est ouvert trois autres et finalement, ils ont tous fermés. Ce genre d’exemple fait légion chez nous, j’en ai moi-même fait les frais ; pas de quincaillerie une année, trop l’autre suivante. Pas de magasin de sport …
    Le seul endroit où je vois une possibilité, c’est de miser sur ce que nous avons de commun, mais encore il faut prendre la chose au sérieux. J’en suis convaincu, tout passe par la langue. Mais encore… le protectionnisme est tel que de percer les murs étanches des autres culture est une tâche ardue.
    Je ne sais pas pour vous M. Jasmin, mais pour un auteur de fables comme moi, être édité dans la francophonie est un rêve, le seul qui pourra me permettre de vivre de ma plume.
    Je marche droit, je tiens le cap, j eprends soin de ma langue, je défends ma culture, mais, puisqu’il y a un mais, souvent j’ai l’impression de faire cavalier seul.
    En attendant, puisque mon deuxième livre de fables sera lancé au Salon du Livre de Québec, j’écris et je rêve en couleur. Qui sait ? Peut-on aller loin sans rêve ?

  2. Bonjour,
    Pour y ajouter une couleur, résistance-anti-schiste, vous pouvez placer un carré rouge à la fenêtre (maison et auto). À la boutonnière, vous qui avez le dos droit!
    Merci et au revoir!

  3. « l’hégémonie maudite de l’anglais. »
    —-Encore 60 ans et ce sera terminé.
    « Folie Notre indifférence »
    —-Pour le commun du mortel, à mon avis, plutôt de la méconnaissance.
    « le moindre filet de talent quand il émane des États-Unis »
    —-Avec la publicité, la plus petite grenouille devient un boeuf
    « Ces bourrés de fric aux USA crachent sur les autres cultures. »
    —-Ils subiront un jour un orage de salive
    « autarciques constipés égocentriques »
    —-hum!…autarcie par intention mais gonflée comme une fragile
    —-baudruche dont chaque individu me donne l’impression d’être
    —-plus épais…:D..:D..:D…que la baudruche
    « Ce voisin est « le » leader partout en Occident »
    —-Mais les fils vivront ce que leur mère à vécu : la gloire et le déclin
    —-Ce qu’ils faisaient dans les siècles passés avec leurs armadas
    —-et leurs guerriers, ils le font maintenant avec l’argent.

    Serons nous mieux nantis avec les Asiatiques????
    —-Je ne suis pas pro-américain ni pro-asiatique mais pro domo
    —-pour ma cause : un jour nous serons tous terriens gouvernés
    —-par des sages plutôt que gouvernés par des sales !

  4. @Claude Jasmin

    Le programme de gestion des textes a détecté un doublon lorsque j’ai
    tenté de le réexpédier sans préambule

    « l’hégémonie maudite de l’anglais. »
    —-Encore 60 ans et ce sera terminé.
    « Folie Notre indifférence »
    —-Pour le commun du mortel, à mon avis, plutôt de la méconnaissance.
    « le moindre filet de talent quand il émane des États-Unis »
    —-Avec la publicité, la plus petite grenouille devient un boeuf
    « Ces bourrés de fric aux USA crachent sur les autres cultures. »
    —-Ils subiront un jour un orage de salive
    « autarciques constipés égocentriques »
    —-hum!…autarcie par intention mais gonflée comme une fragile
    —-baudruche dont chaque individu me donne l’impression d’être
    —-plus épais…:D..:D..:D…que la baudruche
    « Ce voisin est « le » leader partout en Occident »
    —-Mais les fils vivront ce que leur mère à vécu : la gloire et le déclin
    —-Ce qu’ils faisaient dans les siècles passés avec leurs armadas
    —-et leurs guerriers, ils le font maintenant avec l’argent.

    Serons nous mieux nantis avec les Asiatiques????
    —-Je ne suis pas pro-américain ni pro-asiatique mais pro domo
    —-pour ma cause : un jour nous serons tous terriens gouvernés
    —-par des sages plutôt que gouvernés par des sales !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *