COURTEMANCHE : « LE REVÊCHE » NOUS A QUITTÉ.

Le brillant journaliste et romancier Gil Courtemanche est parti à jamais. Il était doué, savait nous résumer les actualités d’ici ou d’ailleurs. C’était aussi un homme sombre.

Depuis son décès des mots difficiles pleuvent : arrogance, méfiance, froideur. Des termes durs pour le définir. Pourtant, un après-midi, en Abitibi (à La Sarre) lors d’un Salon du livre, Gil soudain s’ouvrit le cœur devant un petit public et nous fit part d’un tas de confidences avec une bonhomie surprenante, sur un ton d’une grande chaleur. J’en fus fort surpris, c’étaiut es moments exceptionnels.

Courtemanche avait un esprit libre, avait du caractère, un tempérament à part. À l’aéroport de Rouyn ce rare jour d’abandon, je l’avais accosté en lui disant : « Tu as lu le livre de Robin Philpot où lui, il ose partager également les blâmes entre Tutsis et Hutus, au sujet des massacres au Rwanda, qu’en  penses-tu ?» Mon camarade grimaça, me tourna le dos et s’en alla précipitamment, muet. Il y vit une provocation alors que j’aurais voulu avoir vraiment son avis.

Ma mère disait toujours de ces êtres d’un genre misanthropes : «  Un sauvage ! »  Eh bien oui, Gil était « sauvage ». Je ne suis pas du tout certain qu’il aimait son genre; on aurait dit parfois que c’était plus fort que lui. Quand j’avais voulu le remercier pour sa chaude critique de mon roman « Ethel et le terroriste » (dans un revue médicale), il m’avait jeté : « Ca m’arrive parfois d’être par trop généreux ! »

Bon, écrivons : «  mort d’un type revêche ». En belle saison, on pouvait l’apercevoir très souvent à la terrasse de la rue Bernard au Café République. Il y avait son petit coin, sa table de solitaire, dos l’Avenue du Parc, son ballon de vin, ses cigarettes et le regard haut levé vers le mont Royal à l’ouest. Sa solitude. Dans son dernier roman —autofiction) Gil a romancé sa vie, un grand amour perdu, sa solitude, sa crainte de mourir abandonné.

Nous venons de perdre un chroniqueur politique rare.

Claude Jasmin

(Sainte Adèle)

Une réponse sur “COURTEMANCHE : « LE REVÊCHE » NOUS A QUITTÉ.”

  1. ——–au sujet des massacres au Rwanda, qu’en penses-tu ?——–

    L’expression littérale et litéraire.
    Déformation professionnelle. Trop habitué aux figures de styles.
    Il y a donc vu un sens qui n’existait pas : il a interprété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *