VOIR UN FAMEUX LÂCHE !

Toutes les mères monoparentales vont aller chez Duceppe voir l’acteur Robert Lalonde (formidable)  en gars qui a fui ses responsabilités ? Et tous ces lâches qui ont levé les feutres (comme dit Paul Arcand)face à l’enfant qui va naître oseront-ils y aller ? Je sors d’un spectacle, bien mené par Michel, avec un entrain rare. J’ai eu moi-même, comme tant d’autres, à prendre une décision grave à vingt-deux ans. Je ne me suis pas sauvé. J’ai fait face et j’ai pris épouse. Dans ma famille il y a eu une de mes soeurs qui, hélas, fut la victime d’un tel salaud, un fuyard, pleutre, couard. J’ai pleuré pour elle un certain matin, ayant appris la fuite du lâche.

Allez-y; vous verrez, dans un loft, un fascinant décor de  Olivier Landreville, où vit Tobias, une ex-vedette vieillissante. Oh le jeu fascinant de Lalonde ! Un jeune couple s’y amène . Elle —une Marie-Chantal Perron d’un grand talent— se dit une intervieweuse.  Lui, policier dans la vie, son mari, se dira son assistant. Mais c’est un piège tendu à cet ex-illustre  chorégraphe. Mike —excellent Alexandre Goyette— croit que le vieux danseur est… son papa. Qui a fui. « Un sale läche », va-t-il s’écrier. Oh, grand silence dans la salle chez Duceppe, je vous jure ! Imaginez la tension. Imaginez les péripéties en découvrant les questions piégées du couple et les réponses vaseuses de ce « père-fuyard ». Allez entendre et voir le désarroi de ce fils qui cherche son père, orphelin de mère maintenant, qui va crier sa haine à cette star d’antan ayant choisi « la carrière ». Au diable, ses responsabilités.

« Ma mère, seule, s’est échinée 40 ans durant pour se débrouiller et assurer ma vie ». L’auteur, Stephen Belber, nous a tricoté un suspense qui conduit à des scènes émouvantes. La jeune épouse de ce « fils sans père » se fait volontiers complice de son jeune mari — car sa quête du père pourrit sa vie. La violence habite ce garçon abandonné à la naissance, « ma vie sexuelle est abolie », va-t-elle avouer au carriériste hédoniste. Menteur, l’ex danseur-étoile va tout faire pour taire la vérité, parlera des années folles de 1960 et ’70, du hippisme, des mœurs libres, de la  bisexualité à la mode en son milieu, etc. Peu à peu, ce bohémien new-yorkais —qui conserve ses ongles coupés dans un vase !, qui se tricote des chandails colorés !—  ce fuyard de toute paternité se fera démasquer. Le vieil homme, en fin d’interrogatoire torturant (ils en viennent aux coups !), demandera pardon, sera vraiment navré, se montera absolument désespéré. Un irresponsable (mères monoparentales, oui, ils le sont tous !) qui regrettera amèrement l’abandon jadis de cette belle jeune danseuse, partenaire de danse et amante.

Comme la majorité des gens, je préfère le cinéma au théâtre. J’y suis entraînée régulièrement par une compagne de vie très « théâtreuse », mais,  je dois l’avouer, lorsque c’est bon au théâtre, il n’y a rien, absolument rien, pour battre ça. Tenez, seulement cet étonnant jeu corporel, inouï, de Robert Lalonde (le papa indigne), est une merveille. Lalonde s’est composé une silhouette frétillante, d’une trépidance cocasse, la souplesse d’un chat effrayamment madré. Son « Tobias » fait montre durant tout le spectacle d’une souplesse (un ex-danseur renommé n’est-ce pas ?) qui émerveille.

Je suis sorti du Théâtre Duceppe songeur. J’ai bien fait de ne pas fuir, une petite fille adorable a enchanté ma vie de jeune homme. Ma sœur abusée a bien raison d’être encore très fâchée de B., « son » cavalier fuyard. Il a bouleversé sa jeune vie. Il l’a obligé à donner son tout petit enfant à la « célèbre » jadis, Crèche d’Youville… tant il y avait de lâches à cette époque. Et de nos jours ? Allez voir ce MATCH chez Duceppe, je vous en prie.

 

2 réponses sur “VOIR UN FAMEUX LÂCHE !”

  1. Quand les enfants qui gravitent encore dans notre monde discourent en lançant que c’était la belle époque il y a 50 ans, ils sont dans l’ignorance crace de biens des choses maladroites cachées comme autant de secrets de famille.
    Les petites filles qui se sauvaient de l’inceste en rentrant en religion, les curés qui trahissaient le secret de la confession quand ça faisait leur affaire, les enfants hors mariage qu’on devait placé chez les bonnes soeurs en vue de l’adoption, les lâches et pleutres de tous acabits mariés de force pour un
    les collusions entre le cardinal Roy, orgueilleusemnt surnommé le prince de l’église et Duplessis pour le pouvoir, l’argent et la renommée… passons !
    Merci de vos commentaires sur la pièce, je ferai un détour probable lorsque je serai de passage dans la grande ville.

  2. Pièces de théatre style biographie d’anonymes… Certains évènements dans la vie nous touchent plus que d’autres.
    Une religion, comme d’autres, ayant à la base, le pardon, l’amour, la charité…
    quelle blague!
    C’était pour les autres, pas pour les ministres et sous-minitres.
    Sans ce comportement d’hypocrites, de pareils scénarios ne se seraient
    jamais produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *