UN SI VIEIL ÉCUREUIL !

Dans la côte Morin, un peu plus bas que le Café Citrus (aux si soignées sandwiches), là où il y eut, en briques rouges,  la « petite » école du village, j’ai un face à face avec une bestiole qui fige. Une première : jamais je n’ai vu un si vieil écureuil. Au pelage d’un gris très uniforme comme de fer usé, mat. Je vous avais causé du tout blond, si blond, trop blond… voici donc son pépé. Ancêtre très lointain de blondinet ? Diable, quel âge peut bien avoir ce pépère à queue panachée ? 100 ans !

La petite bête, juchée sur sa muraille pierreuse me fixe avec des yeux…disons  totémiques, un regard malin mais comme las, celui de qui a tout vu quoi. Bizarre impression, je vous dis. Je l’ai déjà avoué : mon ignorance de la faune, que je  regrette. Combien de temps vit un écureuil. Maximum ? Cet aïeul perché qui me considère apparemment sans aucune méfiance, a-t-il connu le temps des charrettes à chevaux dans la célèbre côte du village ? A-t-il connu le temps des raquettes du temps des chemins jamais déblayés ? Ce vieux rat gris cocasse a-t-il pu gambader dans le jardin adèlois du grand-père de Claude-Henri Grignon ? S’est-il déjà perché, gargouille vivante, au faîte de la si jolie église de clin de bois (j’ai vu une photo au St Hubert BBQ) pour observer les paroissiens, rue Lesage, stationnant leurs boggies entre les hauts congères ?

Je l’approche, il ne bronche pas d’un poil gris, je discerne des paupières ridées, une sorte de pelade sur son crâne, des joues trop creuses, des pattes bien frêles aux poils absents ici et là, des griffes épointées, certaines manquantes, une maigreur aux flancs, sa queue comme ébréchée, dépoilée…mon Dieu, achève-t-il sa vie ? Toujours ce regard si las, minéral, tortuesque, la mine de celui qui est revenu de tout et qui ne craint plus les humains. Est-il conscient d’être rendu, comme on dit, au bout de « son rouleau d’écureuil » ?

C’est fou mais mon tête à tête muet avec ce si vieil écureuil m’a rendu songeur. Comme tout le monde, je cherche à garder le bonheur qui est la quête de l’humanité depuis avant Socrate. Rentré chez moi avec l’image de ma vieille sage bestiole, je lis sur un célèbre gourou né en Inde, exilé aux USA. Deepak Chopra est le conseiller de maintes vedettes étatsunienne. Ce gourou possède des téléphones modernes, cause et jase sur Twitter et y a un demi million d’abonnés ! À Montréal avec Sylvie St-Jacques  de La Presse, il lui dit  qu’un certain « 11 septembre », déviant vers une centrale nucléaire à 20 milles des fameuses Tours, il y aurait eu, non pas 3,000 mais 500 000 morts ! Chopra (qui souhaite un accord « spiritualité et technologies ») croit au bonheur planétaire. À quelle condition ? Abandonner les religions organisées et les identités nationales. Ô le vaste programme ! Cher vieil écureuil, ce Chopra est-il tout gris de polis, avec une queue-de-cheval de même ton ?

 

 

Une réponse sur “UN SI VIEIL ÉCUREUIL !”

  1. Dans son milieu naturel, l’écureuil gris peut vivre en moyenne plus ou moins 6 ans même si certains individus peuvent dépasser les 10 ans. Par contre en captivité, à l’abri des rigueurs du climat, du manque de ressources et des prédateurs, il peut vivre entre 15 et 20 ans.
    Source : http://www.csaffluents.qc.ca/animalier/ecugnome.htm

    Abandonner les religions organisées et les identités nationales. Ô le vaste programme ! Cher vieil écureuil, ce Chopra est-il tout gris de polis, avec une queue-de-cheval de même ton ?
    J’ai entendu dans un film une phrase similaire à celle-ci :
    Les religions divisent et la spiritualité rassemble.

    L’inquisition et la lapidation d’une femme qui a osé conduire une auto.
    Même valeur « spirituelle » avec 1000 ans d’écart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *