CANARDS, CHIEN ET CHAT, ET PUIS LIRE


Avoir vu quatre canards au rivage, qui tournent en rond, contournent des parties glacées du lac. Piégés ? Déséquilibrés ? Ils ne s’exilent donc pas, des sédentaires attachés à nos lieux ?  Mystère. La météo varie tant en décembre; oui ou non, la glace va-t-elle mettre sa nappe blanche sur l’eau noire ? Un matin, oui, c’est pris, le lendemain, redoux, c’est le lac liquide partout.

Plus d’oiseaux ! Ah, revoir encore de ces boulettes plumées qui voltigeaient tout autour, c’était une fête.. J’ai beau aimer les petites bêtes, je garde l’œil ouvert. Tiens, l’Empire Desmarais —Suncor— se retire ( bien tard) de la Syrie du Assad-le-tueur. Attente impatiente des commerçants du nouveau régime ? Non, il n’y a pas que les canards dans la vie, devoir rester informé, lire deux quotidiens par matin). Ces hypocrites lamentations des relationnistes stipendiés. Cette Cynthia Vanier, rédactrice esclave chez SNC-Lavalin qui avait rédigé un rapport louangeur sur la « sainte famille Kadhafi ». Un milliard en contrats. Cynthia, dans la déroute du tyran, s’activait pour l’installation au Mexique —et à Toronto— d’un fils-héritier du dictateur. La voilà en prison au Mexique !

Quoi encore ? Avoir entendu ces prudents l’autre soir chez Miss Bazzo (déguisée en travesti) à Télé-Québec. Oui, ses chers chroniqueurs en face à la (mignonne) ministre Lemieux. Pas un mot sur les  « enveloppes brunes » de la collusion aux bureaux du parti libéral. Pleutres, couards ! Voir aussi un Stéphane Roy, autre valet plumitif chez Lavalin,  qui questionne : « Cynthia Vanier ?, comment pourrait-on dealer avec ce nouveau gouvernement Lybien ? » L’Isabelle Hachey (La Presse), candide reporter :  « Mme Vanier a été naïve. » Ouash !

Je guette un écureuil énervé car visé par le matou voisin. Puis j’observe ce chien errant tout excité par un toutou de laine blanche et mal tenu en laisse. Dehors, dedans. Oui, je lis tout : ce retraité d’une multinationale donnant un sermon en tribune libre (La Presse) : « Oublier donc le français, dit René Miglierina, le monde réel est anglophone partout en OCCIDENT ». Ce René recommande d’ouvrir la Loi 101 mais pour y fourrer les droits de l’anglais ( tel quel). Faudrait jeter l’espagnol, l’italien et l’allemand ? De la merde, Molière, Cervantes, Dante et Goethe ! Ensuite, lire qu’un criminologue, Ribordy, ridiculise la loi sur les armes à feu que le Bonhomme Harper veut scrapper. « Nullité, gaspillage, dit Ribordy. Ailleurs, lire Sophie Durocher, jugeant Véronique Cloutier, rancunière qui boude le Journal de Montréal. La chroniqueure nous recommande : « Derrière l’État-Desmarais », livre de Robin Philpot. Le silence partout sur cet écrit, celui d’un Alain Gravel (Enquête), d’un Guy A Lepage. Louche cela non ? Mais soudain, dehors, roulent des bosquets de brume. L’horizon de nos collines tout enveloppé de tulle, marquisettes de ballerine? Rues et routes fantomatiques, le village en est spectral ! Plein de nuées vaporeuses et qui bougent … beauté scandinavienne en Laurentides. Rentré et lire : « Que cinq ans avant la catastrophe écologique, a^près ce sera l’agonie de notre planète »! Eh  maudit !, est-ce que je lis trop ?

 

 

2 réponses sur “CANARDS, CHIEN ET CHAT, ET PUIS LIRE”

  1. Madame Minoune, la chatte du voisin,
    ce matin traversait à la croisée des chemins,
    plus lentement que d’habitude, c’est sûr,
    elle traînait derrière elle sa progéniture.
    Prenant une pause pour les attendre,
    un sifflement et un cri se firent entendre,
    un faucon nichant sous le Pont de Québec
    s’attrapa un petit et se le mit au bec.
    Surpris, étonné, mon impuissance fut telle
    que je ne put que verser une larme pour elle.
    Parfois il se cachent derrière les apparences
    des rapaces qui ne pensent qu’à leur panse.

    Ce n’est pas vous qui lisez trop cher maître, ce sont les autres qui ne lisent pas assez… Ma grand-mère maternelle disait : on a beau être ici en attendant, en attendant on est ici, prend un torchon et aide moi pour la vaiselle… Elle avait un sens pratique la vieille. De cela je retiens notre propension toute québécoise au chialage, aux coups de barre émotifs, à l’ammolissement politique, au jemenfoutisme généralisé.
    Pour un qui fait sa part, dix réclament la leur, laquelle ?
    Levons donc la tête vers le ciel au lieu de ramper, peut-être y verrons-nous notre drapeau ! peut-être y reconnaîtrons-nous la Fleur de lys ! peut-être nous souviendrons-nous mieux !
    J’ai vraiment et de plus envie de chausser des souliers de politiciens, le profitantisme et l’avachisme commencent à m’exaspérer.

    Sur les trois, Madame Minoune en a réchappé deux,
    espérons qu’elle a appris pour le mieux…

  2. 2e envoi … le temps des fêtes, je présume!

    ===ridiculise la loi sur les armes à feu que le Bonhomme Harper veut scrapper===
    Le contrôle des armes à feu ??? Une farce monumentale!!!
    Cette loi contrôle uniquement les armes légales, propriétés de gens honnêtes. Elle rend tout simplement les contrebandiers plus riches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *