MOREAU AU FOND DE LA CLASSE !

 

 

Il n’avait pas vingt ans en 1963 ce jeune blond trouble-fête venu d’Ahuntsic qui jouait au pitre populaire dans la dernière rangée de l’amphithéâtre de l’Institut des Arts appliqués. Là où je tentais d’enseigner l’Histoire de l’art moderne. Partout on entourait ce brillant trublion, on l’admirait et je devrai reconnaître ses talents le jour où je le surprendrai à m’imiter cruellement dans un couloir juste avant mon cours. J’avais ri.

Tout jeune, Jean-Guy Moreau —qui vient de partir pour rejoindre Serge Grenier au Paradis promis— voulait se faire potier ! Il était donc à l’IAA, étudiant en céramique. On pouvait déjà prévoir un jeune artisan « comique » dans son futur atelier de tourneur de pots. On sait bien qu’avec ses amis d’Ahuntsic (Charlebois et d’autres), Moreau abandonnera vite l’argile pour plutôt « modeler » d’étonnants portraits.

Ses dons, parfois renversants, vont le conduire à une puissante renommée, incontestée, dans le domaine de l’humour québécois. Sa galerie de figurines bien vivantes —hors de la glaise cuite et figée— lui mérita, et très rapidement, une très solide réputation. Une gloire même et qui va durer longtemps.

Ensuite Moreau, sorte de prestigitateur renversant à l’occasion, marionnettiste épatant, traversera, les décennies défilant, des hauts et des bas. De jeunes bougalous le bousculeront, c’est fatal. Peu importe, ce « sculpteur en éphémérides » —et c’est la cruelle loi du genre— restera dans les mémoires. Moreau a su dépasser l’imitation étant très capable de créer, d’articuler, de mettre e scène, de brèves pièces dramatiques autour de ses « personnages ». Ses « victimes », dont l’ex-maire Drapeau, étaient flattés alors de faire partie d’une vaste galerie bien désopilante, aux sketches intelligents allant bien au delà de la simple caricature.

Claude Jasmin

(écrivain et ex-prof à l’IAA)

Une pensée sur “MOREAU AU FOND DE LA CLASSE !”

  1. Oui Moreau était drôle. Quand j’ai appris ça, ce matin, j’ai été surpris comme on l’est toujours avec les morts qu’on a connu, pourquoi lui et pas moi? J’ai travaillé, peu de temps, avec Moreau et Charlebois à la Caisse Populaire St-Nicolas mais leur exubérance ne faisait pas l’affaire! Beaux souvenirs de folie disjonctée.

    p.s. que pensez-vous de ce blog qu’un juif hassidique veut créer? Auriez-vous des sujets à lui proposer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *