AOÛT : ÉTÉ QUI FILE ET SAGESSE

 

 

« Ah vous! On vous entend plus gueuler. Terminées le polémiste ? » Ça m’arrive de telles rencontres car on s’étonne de me lire, ici, gentil et affable. Chantre béat de la nature laurentidienne. Il y a eu d’abord cette relative surdité qui m’a frappé il y a une dizaine d’années, forcément, ce sera la fin des invitations en médias de « M’sieur-grande-gueule ».

Il y a eu aussi —ô vieillir— la découverte du bon statut de « sage » (relatif cela). Arrivé à un certain âge, les grands combats, les farouches luttes se relativisent —c’est le mot clé. En vieillissant une personne un peu équilibrée se rend bien compte de la vanité de maintes querelles; du côté « éternel retour » oui, cher Frederich Nietzsche !

Alors, oui, plaisir fécond nouveau chez l’ex-batailleur, la découverte de petites joies bienveillantes, ressourçantes stimulantes aussi. Oui, oui, ce bon bonheur bien vrai de chanter —en chroniques paisibles— les beautés, modestes ou grandioses, de la p’tite vie ordinaire : la nature, les petites gens, les us et coutumes de son entourage quotidien.

Jeunes gens qui manifestez —enragés noirs ou seulement scandalisés— bravo ! Sortez dans la rue et criez, dénoncez, enflammez-vous, c’est un signe de vraie jeunesse, de bonne santé civique. Ne lisez pas ceci : vous aurez 80 ans un jour et vous sourirez de vos emportements. Sans les renier. Une vie comporte des moments, des stades, des tempos mais malheur aux jeunes gens amorphes, indolents, jamais inspirés, jamais fouettés, jamais emportés le moindrement, jamais révoltés, ils auront une fin de vie à la mesure de leur triste désintéressement; ils feront « de vieilles âmes » tristes, mornes, vivant « leurs vieux jours » dans une sorte de limbes, de vie plate, d’existence incolore. Le salaire, la pension des mous !

Le bonhomme Charest a donc osé « jouer aux cartes » en plein été et voilà la nuée des vains commentateurs en liesse.

Ouash !, la redondance effroyable. RDI et LCN, une vraie farce plate où l’on répète jusqu’ à la nausée le moindre pet lâché, le moindre rot, la moindre grimace, le moindre petit mouvement. Quelle pitié. Les citoyens, pas fous, constatent ce vide, ce faux remuement.

La vie actuelle par ici, en pays développés, partout en occident, est une affaire d’administration. Adieu idéologies ! Adieu idées neuves. Une simple affaire de budget, d’impôts et de taxes à contrôler ou non. La nation offerte aux comptables, et, pour colorer le tableau, avec des petits cris, de soudaines accusations, un mot de travers… Mais pas de place pour les idées, alors le socialiste Québec-Solidaire semble obsolète, hors circuit et sympa. Les Libéraux de Québec, empêtrés de corruption, promettent calme et développement, c’est tout entendu. La CAQ de l’ex-péquiste et entrepreneur Legault fait voir « les deux pieds sur terre » et je voterais bien pour eux mais, rien à faire, un vieil indépendantiste comme bibi va chez Marois ou chez le petit nouveau. Une cause est sacrée. Mais le reste c’est la niaise foire. Criailleries qui me dérangent, cirque ennuyeux.

Vite, le 4 septembre, Seigneur ! Comptez-vous les « administrateurs » et la paix ! Silence, j’ai mes livres à lire (et à écrire), moi, mes bons films à visionner (Télé-Québec et ARTV). Mes petits bonheurs : oiseaux fous, fleurs folles, canards, tous nos vifs nageurs sillonnant le lac de bord en bord en combinaison noires, vrais Spidermen, Batmen ! En ce moment, on roule, rentrant —rituel annuel— du si bel Atlantique en Maine, j’avais l’ennui de mon village me taraudait.

5 réponses sur “AOÛT : ÉTÉ QUI FILE ET SAGESSE”

  1. Mais il y a aussi les Verts, par je ne sais quelle folie, il y a tout au plus 2 ans, les ronds de cuir ont fermé quasiment toutes les organisations de conté, et depuis ce printemps, les nouveaux administrateurs, puisque la chose est traitée comme un business, ils courent les candidats, on m’a même proposé la présidence de mon conté qui n’a plus un sous, plus de membre, pas de candidat, plus de contacts et puis… si je paye tout de ma poche et que je récolte des votes, l’argent alloué par le gouvernement ira aux ronds de cuir, ça fait que… pas plus cave qu’il faut non plus.

    Ben oui, allons aux urnes pour que rien ne change de toute façon !

  2. D’une décennie plus jeune, j’emprunte à votre sagesse, tout en me disant que certains conservent jusqu’à la fin le verbe dans lequel ils ont coulé le plus clair de leur vie. On n’a qu’à penser ici au cas d’un Michel Chartrand.

    Par ailleurs, je laisse à Nietzsche le soin de justifier ses idées assez particulières, dont l’éternel retour n’est pas la moindre ni la plus facile à avaler. Chacun choisit plus ou moins librement sa façon de vivre, sans nécessairement rêver d’en tirer une sorte d’impératif universel rétroactif aussi problématique, peut-être marqué au coin de l’inachèvement…

    Gagnez vos élections, le paradis à la fin de vos jours, et au plaisir de vous lire encore.

  3. Bien dit, Claude! Ca m’interesse la fin des jours des autres. La fin des miens arrive itou! Raconte encore la-dessus. J’ai un correspondant qui a 95 ans. Il me raconte tout.. et c’est tres interessant. Il a des problemes de vessie, n’arrive presque pas a s’arreter de pisser, ne peut plus marcher, a perdu un oeil, a perdu sa femme il y 5 ans, etc. Il est poete et continue a ecrire et a une lucidite remarquable. Mais la polemique, la passion ca peut aussi fait vivre. Bonjours d’icitte en bas a Cape Cod.
    G. Tod

  4. préoccupez-vous pas trop de vieillir monsieur jasmin mais bien de rester actuel. quand on retourne à nos classiques, on ne se badre pas de savoir si tel a 20 ans de plus ou de moins que l autre, mais bien de vérifier si sa pensée à résisté au temps. la jeunesse pffff… l intemporalité…

    ceci dit, navrée d apprendre ici vos problèmes d ouie… pourtant bien daccord avec vous sur la cacaphonie des médias. on dit que le peuple a les dirigeants (et nécessairement médias!) qu il mérite, mais ici, je les trouve tous déphasés. mais vrai qu on a grandit bien vite!!! ils n ont pas suivis, pas compris. chères chaires de … rejoignez nous dans la maturité nationale. non, c est pas un nouveau parti, ou peut-être un partis pris : notre avenir sur de nouvelles bases.

    belle fin d été monsieur jasmin – je vous lirai avec intérêt.

  5. ce qui m enrage le plus présentement dans la couverture des médias de… la campagne électorale, par exemple. on est très occupé à déclarer un vainqueur lors des débats. mais c est le contenant et non le contenu qui prime ! un tel a gagné parce qu il est un menteur assumé tandis que l autre est demeuré(e) pantois(e) devant le mensonge assumé du debater qui a compris qu au poker électoral, on gagne ses points au débat médiatisé quitte à les perdre au pieuses vérifications posthumes. posthumes, car on marche avec un micro sur les cadavres – les jeux sont faits. ah jeux électoraux. comment se fait-il qu un chef de parti ose mentir in-pu-né-ment en soirée électorale en sachat qu il va s en sortir. qui va leur dire qu il ne sagit pas de théâtre mais de parlement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *