« AU CIEL, AU CIEL, J’IRAI LA VOIR UN JOUR ! »

Ma jeune camarade de Saint Sauveur, Fabienne Larouche, est une scripteure de télé qui a du génie. Sans doute assistée par  son conjoint psychologue, Nadeau, son nouveau « 30 vies » est lancé sur les chape aux de roue avec l’aide de « la » Guilbeault, surdouée actrice en névroses dynamiques. J’ai le chapeau bas à la main, chère Fabienne.
Deux flops annoncés ? Oui. 1-  Labrèche et Dorval sur Le Plateau. Une bonne idée mais gaspillée que ces nouveaux « ridicules savants ». Les Bobos, C’est TROP. Trop de mots. Ce qui est exagéré devient insignifiant, dit l’adage et, hélas,  l’auteur  Brunet s’y fourvoie. 2- le nouveau Claude Meunier avec son couple montré sur trois générations. Deuxième Flop. Maintenant deux succès annoncés ? 1- « Tu m’aimes-tu », sketches pétaradants, captivants. 2- Homeland avec sa belle agente « comploteuse » membre de la CIA. Un départ efficace, brillant, prometteur. Ma Raymonde, réalisatrice des feuilletons de VLB retraitée, toujours passionnément curieuse des nouveautés dramatiques et, ainsi, me force à tout regarder. Elle a bien raison d’estimer très fort, « En thérapie ». Tous les soirs à ARTV. À  l’heure des infos. Le solide acteur, Papineau y est en effet d’une crédibilité envoûtante.
Virée en ville cette semaine : d’abord, mercredi, pour aller à la Tohu de la rue Jarry ( coin Iberville) admirer cet étonnant funambule, du visuel, acrobate inouï et…petit-fils de Charlie Chaplin. Thierée, son nom. 90 minutes en compagnie d’un énergumène en haillons dans une cabane branlante. Le hobo frétille face à un menaçant requin rampeur, puis à un superbe « éléphant blanc », enfin, à une cigogne agressive. Un scénario flou hélas, aucune émotion mais énorme admiration pour ce gesticulateur frénétique. 90 minutes d’un cirque théâtral hallucinant.
Jeudi soir, première chez Duceppe, de « Thérèse et  Pierrette ». Un ancien roman de Tremblay, habilement ré-arrangé par le brillant Denoncourt. Rideau et surgissent sur la scène quelques robes noires, des « pisseuses » à cornettes. Des aimables dont la renversante nonne-portière infirme jouée brillamment par Josée Beaulieu, aussi deux touchantes lesbiennes placardées (voir Lynda Johnson parfaite). Faut voir cette effrayante, « mère supérieure » ultra sadique —fascinante Sophie Clément. Elle terrorise, rue Fabre, ces fillettes en robe de couvent, des pré-ados. Dont une mignonne —brillante Catherine de Léan— qui, candide, s’amourache d’un pédophile culpabilisé; une « suiveuse » aux dents croches —excellente Marie-Éve Milot; une « bacaisse, virevoltante blonde toutoune —très excellente Geneviève Schmidt. Enfin une laideronne —émouvante Sylviane Rivet-Beauséjour. Un spectacle réussi.
Jeunesses d’ici,  allez-y pour découvrir tout un pan, pénible et savoureux à la fois, de notre récent passé québécois. Vieillesses, courez-y pour vous souvenir, en riant souvent aux éclats, d’une exécrable époque full cléricale. La fin de ce vaste tableau commémoratif vaut de l’or. Vous verrez s’édifier un de ces immenses « reposoirs de Fête-Dieu » d’antan. Avec même l’ange flottant dans les airs, une joie féroce pour les yeux que cette piété des naïfs de mon  jeune temps. Absolument pathétique ! Cette apothéose visuelle est complètement sidérante de quétainerie; bravo talentueux Denoncourt !
Rentée au village adèlois et découverte, samedi, d’un « frette » de novembre, eh merde !

.

3 réponses sur “« AU CIEL, AU CIEL, J’IRAI LA VOIR UN JOUR ! »”

  1. Je déplore qu’on puisse, comme du revers de la main, balayer le travail d’un artiste en des termes incisifs. Il y en a pour tous les goûts.
    On peut exprimer ses goûts, ne pas être d’accord… bien sûr!
    Mais de là à descendre le travail d’un autre….. pas d’accord!

  2. N’ayant pas la tv, j’ai visionné sur Internet les 3 émissions Les Bobos et franchement, j’ai bien rit. Bien sûr y a quelques longueurs mais Labrèche est très drôle ainsi qu’Anne Dorval…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *