« PAPA A RAISON ! »


 

Débat actuel : Radio Canada à Montréal, trop nombriliste oui ou non ? Ecoutez ça jeunesses : en ce temps-là (on dirait l’évangile ) le bien cher « P.E.T. » d’Ottawa, hystérique, crachait sa haine du Réseau français de Radio Canada). « C’est un nid de séparatistes », vociférait-il ! Les patrons montréalais frissonnaient et le PET en remettait : « On va fermer ça, Radio Canada, on va diffuser des images de vases chinois ! » Le boss de la SRC française voyait son job perdu ! Un personnel tout séparatiste, allons, des machinistes, des techniciens, votaient Caouette et Samson, créditistes anti-souveraineté.

Ce PET riche, héritier des garages Champlain (une chaîne), et du célèbre Parc Belmont, était informé. Vrai, des auteurs, des artistes divers, des réalisateurs militaient, plus ou moins clandestinement, pour un Québec libre. À la section « nouvelles et affaires publiques » feu Marc Thibault, père de Sophie à TVA, grand patron en était constipé et ultra nerveux. Aussi l’on congédia pour l’exemple et intimider, ces Gérald Godin et autres indépendantistes imprudents, comme Louis Bourdon, époux de madame Harel.

Jeunesses, ces années 1970, « C’était un temps déraisonnable », comme chantait Léo Ferré. Or, actuellement, un gang de zélotes « harperriens » s’énerve encore et accuse le Réseau français de Radio-Canada : « Bande d’égoïstes, de nombrilistes ! » Il faudrait, chaque soir, jaser sur toutes les provinces de la fédération et cessez de ne commenter que les affaires québécoises car le Québec ça les ennuie à Halifax et à Vancouver ! Certains sont aveugles, bouchés. Québec n’est pas « une simple province ». Même Harper a été forcé d’en convenir, il y a « nation ».

Un bon paquet de red-necks, blokes ignares, veut revenir au temps où le téléjournal d’ici, faisait un topo d’un faucon piégé à Regina ! Ou d’un vieux cabot égaré dans le port de Sydney. Il y a peu, dans nos gazettes, un M. Théoret, franco ontarien, braillait : « Nous, habitants de Sudbury, Radio Canada français nous ignore ! » A-t-il accompli un ouvrage mémorable ? Non. Rien. Le Réseau français est au service de la majorité, point, barre. Les Québécois francophones vivent à 82 % au Québec. Face à ces braillards les patrons du Réseau Français doivent encore s’énerver. Après Trudeau, la peur des harpéristes —avec menaces de vases « Ming » ? Y a-t-il une critique à faire ? Oui. Bien loin de Vancouver ou Halifax, celle de ne pas assez nous renseigner sur Inde ou Chine, sur ce Brésil qui monte, sur cette Grèce qui descend. Le monde, on en sait si peu sur l’univers des hommes.

À propos de cette panique folle des années 1970, feu Gérald Godin, alors journaliste, me racontait : « Faut voir ce cirque aux infos, observer notre boss, Marc Thibault (le père de Sophie à TVA), pas croyable, le bonhomme Thibault a un chrono vissé aux doigts et joue les Salomon. Peu importe le poids des événements, il gueule : «  Equal time, le petits gars ! Ce mois-ci, les Libéraux ont eu 152 minutes et le P.Q., 154 minutes ! Faut donc vite accorder deux minutes à Robert Bourassa ou à Trudeau. » Quelle bêtise d’avachis terrorisés !

Alors, ces jours-ci, reprise donc des lamentations. Qui se joint à ce concert québéphobe ? Nos demi assimilés, nos anglaisés, nos américanisés. Diable, les Québécois crachent 33% d’impôts pour ce Réseau français, non ?

 

 

 

Une réponse sur “« PAPA A RAISON ! »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *