Ô LUNE DE STE ADÈLE !

La lune, je ne l’ai jamais tant vu depuis que je vis « dans l’nord ». Je ne compte plus les soirs, les nuits — et sur les quatre saisons où la charmeuse m’a montré ses charmes, sa blanche lumière. Pourtant la lune se montre partout. Eh bien, mystère, je l’ai vu bien rarement quand, plus jeune, j’ai habité ma vieille rue St Denis, Ahuntsic et puis Bordeaux, enfin, rue Cherrier et rue Querbes. C’est rue Morin que je peux la contempler tant que je veux. Le ciel fascine, c’est entendu et j’ai eu un télescope qu’hélas je n’ai jamais su manœuvrer !
Plus loin que la lune, accès au cosmos bientôt ? Oui et j’i hâte. Écoutez bien ça : il n’y a pas très longtemps, des hommes de science viennent d’envoyer un message vers… Disons, le lointain. Expédié de Porto Rico (à côté !), notre message est parti vers trois soleils proches dans cette constellation. Pourquoi cet envoi ? C’est que nous avons reçu un message, nous, d’abord et, on ne savait pas trop comment réagir, impolis que nous sommes ! Ce message sonore nous arrivait de la constellation du Sagittaire ! Clair que c’est bien éloigné de ma chère lune ! Ce signal venait de gens —humains de quelle sorte, êtres vivants évolués de quelle espèce ?— qui vivent donc hors des planètes de notre galaxie. Un astronome, Jerry Ehman, prof à l’université de l’Ohio, dit que le message a duré 72 secondes. C’est bref mais, attention, Ehman dit qu’il état trente fois (30 ) plus fort que tous les signaux du cosmos de jadis.
Restons aux aguets bien que ce signal envoyé va mettre entre 50 et 150 ans avant de parvenir chez « madame Sagittaire » ! De quoi est-il fait ? Trois choses : 1- 10,000 Twitts, 2- des documents de Geographic magazine, 3- des vidéos de vedettes d’Hollywood ! Afin que nos amis inconnus sachent que ce stock est « intelligent », il ont encodé à répétitions. De ces trois soleils en Sagittaire, il faut savoir que les astrophysiciens —télescope Arecibo— ont pu cibler des planètes habitables comme la terre. Vu ce fort signal de 72 secondes, certains savants espèrent que cette nouvelle tentative —notre 10 ième— sera la bonne. Un rabat-joie parle d’un message venu « d’un trou noir », issu donc d’une collision entre galaxies. Zut
Amis lecteurs, vous avouer que de 1970 à 1975, je fus grand amateur de mondes parapsychologiques. Une passion brève qui m’apportait du plaisir. Le peu de matière « en cette matière »…car on raconte sans cesse les mêmes phénomènes m’éloigna de ces curiosités. Ce signal reçu —hors-notre-galaxie— de 72 secondes, c’est pas rien, m’a comme réanimé un brin ! En attendant un écho venu de Sagittaire, dans nos jolies collines, je me couche très rarement sans regarder le ciel pour saluer dame-lune dans mon coeur, tout reconnaissant pour sa lumière envoûtante. Elle m’est un vrai baume quand un ami meurt. Tel, cette semaine, l’époux de « la grande Françoise », mon vieil ami du Lac Marois, Jean Faucher. Que « La lumière des Lumières » reçoive son âme !

4 réponses sur “Ô LUNE DE STE ADÈLE !”

  1. « ce signal envoyé va mettre entre 50 et 150 ans avant de parvenir chez « madame Sagittaire » »
    C’est assez particulier, comme comportement!
    Nous n’avons pas exploré notre globe dans son entier, pas plus la lune!
    On va à la pêche dans l’océan galactique sans trop savoir ce qu’on y prendra!
    Des requins ou des dauphins?

  2. Grand-papa disait: « Veux-tu voir la lune?» Eh oui, le vieux truc de la manche de gilet et houps de l’eau dans la figure! À l’enfance, on disait que la lune était habitée par un petit scieur, visible par clair de lune. À l’école, on disputait les jeunes rêveurs, toujours dans la lune. En amour, adolescents, on était prêt à décrocher la lune pour notre amie de cœur…Puis vint la lune de miel.

    Un aîné me disait un jour que le jour, il parle avec les vivants; le soir et lors d’insomnie, il jasait avec ses morts, rendus de l’autre côté de la lune. Paraît-il que l’âme des mourants se lavait dans l’eau bénite, déposée sur un petit meuble près des mourants…et aujourd’hui?

    Astronomie simpliste, mais bien concrète des petits terrestres que nous sommes, devant notre si vaste univers. Le purgatoire, le ciel, l’enfer de notre enfance sont sur quelles planètes? Et si chacun de nous était une petite planète, habitée ici bas par notre petit monde? Le dernier voyage nous propulsera vers quel univers?

    Oui, grand-papa, je veux voir la lune…un jour!

  3. « Pourtant la lune se montre partout. Eh bien, mystère, je l’ai vu bien rarement quand, plus jeune, j’ai habité ma vieille rue St Denis, Ahuntsic et puis Bordeaux, enfin, rue Cherrier et rue Querbes. »

    Comme les signes astrologiques dont l’ascendant prend plus de place ou même
    domine dans la deuxième partie de nos vie ( 45-50 ans ), la prédominance d’une
    partie de nos personnalités, dénommées visuel et auditif, alternent dans la même
    période ou à peu près. Je me suis surpris à écouter les paroles d’une chanson.
    Jusqu’alors seule la mélodie m’accrochais. J’étais donc visuel. Dans le trio, chant,
    orchestration, paroles, les deux premiers forment un tout prédominant.
    Don, M. Jasmin, vous étiez, sans aucun doute, un auditif.
    Il ne faut pas négliger la pureté de l’air de nos montagnes du Nord.
    C’est incroyable le nombre d’étoiles que nous arrivons à discerner, lorsqu’on fait du
    « camping/bivouac » au réservoir Baskatong!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *