LA NEIGE ENCORE ?

 

Je sors de ma piscine comme chaque jour et, voyant la neige qui tombe, je m’écrie : « Oh non ! Pas ça, pas encore de la neige ! » Scandale. Autour du porche de l’Excelsior, cris de protestation. Plein de visiteurs venus de Paris me font de gros yeux. ! « Allons, l’ami, c’est si joli. Nous, on est venu justement pour ça, l’abondance de neige ! »

Depuis des années, je m’en suis rendu compte, « un tourisme d’hiver » se développe. On m’explique qu’il faut organiser, c’est couru et apprécié, des forfaits « sports-hiver-québécois ». J’ai appris de mes joyeux parisiens qu’en deux petites journées, ils ont pu se payer une « trotte » de traîneaux à chiens, « ah, mais nous étions dans un roman de Jack London, vous savez ! », aussi un idyllique bourlingage de « ski de fond » sous d’immenses haies de sapins ! Et puis : joie féconde et bonheur total : « On a fait de la motoneige loin de vos villages, en pleine brousse blanche ! »

L’engin —du père-Bombardier—est une vraie « folie » de bonheur pour ces jeunes citadins bobos de la mégapole la plus visitée du monde, Paris. « Ah bin, taberrrnacle (sic) que c’est jouissif votre ski-doo ! » Ça gloussait de « fonne », vous savez. Quand, cette semaine, veille du premier jour du printemps, j’ai vu tomber toute cette (dernière ?) neige, j’ai pensé au grand bonheur de ces « cousins » du vieux continent en visite dans… « nos quelques arpents de neige » selon la maudite expression du maudit Voltaire conseillant à Louis XV de ne pas trop investir en Nouvelle-France menacée par l’Anglo-saxon rapace !

Voyant, quittant le domaine de l’Excelsior, ma « toute excitée » horde de motoneigistes néophytes, si joyeux, vraiment enthousiastes, chevaucher de si belle humeur leurs engins à chenilles, j’ai pensé à nos enfances québécoises. À nos grands plaisirs d’accueillir de nouvelles giboulées. Il y a qu’avec les années, le Québécois finit par se lasser de ces « jolis flocons » qui forment. Hélas, de pesant, de très lourds congères. Qu’il faut pelleter. On doit nous comprendre à Paris.

Ça suffit quoi ! Que vienne le printemps. On est prêts tous à entendre les rauques et stridents cris des noires corneilles. Il y aura ensuite ces si jolis oiseaux familiers dans nos jardins. Il y aura les bougeons qui s’ouvrent. Il y aura le soleil plus fort et le simple petit bonheur de « marcher en souliers. Eh oui! Ça tient à si peu ? Eh oui ! Rappelez-vous, les anciens, grand bonheur tout simple, gratuit, sortir en robes ou en chandails légers, un certain jeudi précédant Pâques. Aller, frénétiques, « faire les sept églises ». Rituel, petit pèlerinage annuel —garçons et filles, pouvoir fleureter en masse— en souvenir des « sept plaies du Christ. Mort en croix et vendredi, l’église endeuillée, musique dramatique à l’orgue, trois prêtres se couchent, lampions et encens, tristes chants de gorge, cagoules violettes aux statues.

Sursun corda… ! La vie ! Avec dans l’air dominical grand concert. Volées des cloches de toutes les églises. Dimanche, la résurrection de Jésus et, pour nous tous, la résurrection de nos pulsions très humaines, bien laïques, bien en chair. À la craie de plâtre, vite, aller tracer en lettres géantes, au coin de la ruelle sur une palissade de vieilles planches : « CLAUDE AIME RAYMONDE ! » On est fou quand on a quinze ans, non ?

JEUNES GENS, LE MONDE EST BON !

« Il était une fois des gens heureux… », dit la belle chanson de Venne pour le film Les Plouffe. Vu le flot de pourriture chez la Juge Charbonneau, des téléspectateurs glissent dans la morosité : « Tout est corrompu! » Une saveur de boue à cochon dans la gorge. Je dis que les médias —journaux, radio, télé— intéressés avant tout par ce qui va mal, ce qui pue, sont coupables de ces foules désespérées. Les bonnes nouvelles —découvertes utiles comme intéressants progrès— n’amènent pas d’importantes audiences. Montrons les pourritures citoyennes et, alors, des lots de belles jeunesses sont dégoûtées.

Non, non, chers jeunes futurs citoyens engagés, résistez à cette image truquée, unidimensionnelle. N’écoutez pas seulement ces noirs tableaux mais oui, au delà des manchettes de sang et de crotte, le monde est beau. Il faut me croire, le monde est bon et il y a des gens heureux. Jeu sordide, nos informateurs n’illustrent que pourritures et turpitudes car « Les monstres attirent la foule ». Le monde des gazetiers ( même via internet !) veut cela, la foule ! Ensuite, vendons nos espaces bourrés aux tonitruants marchands !Ils mettent des nappes imbibée de sang sur leur table d’ignominie, détaillons le dépeçage d’un étudiant chinois par ce dément gravement aliéné, Luka Rocco Magnotta.

Yam,yam !, se pourlèche l’annonceur des désespoirs, des noirceurs, maniaques à gages pour divulgation morbide, pour agrandisseur des images du « mal » ! Au boulot, besogneuses courroies dociles, la Galipeau, le Bruneau, la Thibault, la Nadeau ! Volontariat sordide du « noir », à sa seule affiche le Frankenstein Hannibal Lecter ! Il y aura foule, prévisible. Non, non, jeunes gens, ces moulins aux horreurs sont rares, partout autour, observez bien : le monde est bon, avant-hier, il y a la couturière à mi-côte-Morin, d’un dévouement charmant, hier, ce vendeur itinérant aux frais scampis me fait voir sa joie, ce matin, cette maîtresse d’école en congé aide ses voisins très âgés, mon vendeur d’imprimés au Calumet me sourit chaque jour, Robert de l’École Hôtelière, si serviable, tout dévoué, madame Groulx et sa fille, indispensables auprès des grands « aînés » de ma sorte, Tom du Pine, généreux en infos, son voisin Desjardins, sans cesse courtois, l’héritière du quincaillier Théoret s’offre sans restriction à son magasin, enfin, à ma pharmacie, on s’efforce de concocter remède utile à mon glaucome ! Sachez résister, chères jeunesses. On veut vous noyer au fleuve glauque du « journal » et « téléjournal », dans son courant putride, chargé que d’infos véreuses, Oui, oui, le monde est bon.

Je ne favorise pas l’autruche, oh non, c’est essentiel de tout savoir mais je conspue l’abus et le sens unique, le silence sur « ce qui fonctionne bien ». Je l’ai proclamé publiquement : s’il y a 7 % de pédophiles dans le clergé, il y a donc 93 % de gens de bien et dont on ne dit…rien, justement. C’est la même exploitation des foules au cinéma, le choix est touffu. À la télé, au menu sensationnaliste varié. Au théâtre, voir « Les morbydes », au 4-Sous. Ça vient de loin, Quoi pour remplir les amphis chez les anciens Grecs ? Meurtres, assassinats. Cher Sophocle. Au TNM, Reine Jocaste crie :« Te crève pas les yeux Œdipe, mon fils, mon amour ! » Les monstres attirent les foules. Bon le monde ? Près de moi, j’ai vu Lynn, Murray, Claire et Daniel, tout faire pour ma Denise —vieille comme moi— lui installer un nouveau foyer à Saint Jérôme, loin de sa demeure abandonnée rue Saint Évariste. Que de soucis et de bons soins…le monde est bon ?

 

 

Décès d’un céramiste surdoué

Mon petit camarade en céramique à l’École du meuble, Maurice Savoie, vient de mourir chez lui, à Longueuil. Paix, paix, paix… à ce modeleur de terre cuite « émérite » ! On peut se souvenir de lui en croisant dans le Métro (aux entrées des Morgan’s et Eaton) ses magnifiques hautes fresques d’argile cuite et décorée. Une briqueterie étonnante, des portiques hors du commun. Inoubliable aussi : sa collection de si beaux oiseaux d’une céramique émaillée inouïe !

Le docile, sage élève, Maurice Savoie, mince, souple, maigrelet élégant, était d’un caractère timide. Studieux, il se cherchait déjà un style bien à lui. Indifférent aux modes de l’heure, à un certain modernisme, il couvait en lui une création vraiment personnelle. Tournant le dos aux luttes en cours à cette époque , mon petit camarade, un jeune homme de peu de mots ne nous permettait pas de deviner qu’il deviendrait un créateur original, souvent fécond aux créations singulières.

Que ses oiseaux, d’une glaise légère, l’accompagnent au paradis promis !

Publié dans Le Devoir, 13 mars 2013

NOUS : TÉLÉSPECTATEURS MÉPRISÉS !

De plus en plus, la télévision devient un tonitruant magasin. À Ottawa, Il n’y a plus aucun contrôle des commerçants et notre télé est devenue un souk criard, un centre commercial à gueulardes insupportables. « Brault et Martineau » est en tête de cette fanfare démagogique. Le directeur qui devrait modérer ces abus, M. Blais, est le grand complice de ce dévergondage. Le CRTC ne « surveille » plus rien. Il dort.
Nous tous, citoyens qu’on veut abrutir, devons riposter et ma protestation est une invitation : tous ceux qui s’indignent de ce « laisser aller » du CRTC, doivent exprimer leur indignation. Les « ondes publiques » sont la propriété de tous les citoyens. J’invite à protester par tous les moyens, tribunes diverses ou via les réseaux sociaux. S’imaginant « qu’on s’en aperçoit pas », le CRTC est devenu un mollusque et les grossiers cris des vendeurs de produits divers se multiplient avec les années.
Monsieur Jean-Pierre Blais, président du CRTC ultra tolérant, sachez que nous avons la nette impression qu’on en arrive à organiser une télévision où les émissions (souvent fort captivantes) servent de bouche-trous, insultes grossières à tous les créateurs, M. Blais. Aux producteurs, auteurs, comédiens et artisans surdoués souvent. Il faut espérer qu’on va maintenant y mettre un frein, du moins légiférer. Assez de ces serrés bombardement abrutissants !
Nous ne sommes pas bêtement contre toute information commerciale, utile et bien faite, montrée à un rythme modéré. Mais les incessantes sauvages interruptions actuelles sont une grimace aux auditoires populaires. Ce mépris flagrant doit absolument cesser, M. Blais. L’État a un rôle à jouer, des règlements de civilité à établir. Ce CRTC endormi doit stopper cet insupportable carnaval visuel et sonore —aux décibels mis en mode « compression » pour obtenir davantage de bruit marchands. C’est connu. Ce grossier tintamarre, toléré par le CRTC, doit être combattu. Le public de la télé n’est pas constitué d’abrutis.
Levons-nous tous, je supplie ceux qui me lisent de s’ajouter à ma protestation. Le CRTC a comme mission de discipliner tous ces interrupteurs compulsifs qui défigurent le bel ouvrage de nos créateurs. Soyons infectieux : priez vos parents, ami, voisins, de protester partout. Il en va de notre bnne santé…télégénique, non ?
Si, comme moi, vous appréciez les talents inouïs de la sauveurienne, Fabienne Larouche (« 30 Vies, Trauma »), les talents des « femmes en prison », des avocasseries de « Toute la vérité », ou du superbe « O » avec Nadon le superbe, des policiers Bossé et Legault, de « Mémoires… » et j’en oublie… vite, écrivez à ce chef endormi, M. Blais, chef du CRTC, à Ottawa. Cela sans le timbre obligatoire !

Ai-je publié un chef d’oeuvre ?

C’est samedi matin, on roule vers la gare des autobus où un minibus (que je raterai) conduira à Hull 35 écrivains vers leur Salon du livre. Raymonde conduit la Honda noire, j’ouvre Le Devoir et comme promis, je vois la page du Cahier-Livres qui m’est offerte. Je vois la photo de moi, au 1111 rue Berri devant le porche de ma vieille « École du meuble » où j’ai obtenu (en 1950) un diplôme de céramiste. Mon « chauffeur privé », Raymonde, m’écoute lisant la critique « dithyrambique », extrêmement louangeuse du journaliste Cornellier pour mon récit maintenant en librairie : « Anita, une fille numérotée ». Je suis bouleversé car Cornellier parle d’un chef d’oeuvre ! Rien de moins, alors, imaginez mon émoi. Soudain, Raymonde fond en larmes et se stationne.

Vous qui, ici, me lisez chaque semaine, sachez que les artistes —théâtre, peinture, danse, etc.— sommes fragiles. Que nous guettons avec appréhension les opinions critiques sur ce que l’on pond, que les blâmes font mal mais que les éloges, publiques et aussi privées —merci pour vos courriels— nous fortifient, nous stimulent aussi, nous encouragent à continuer.

Les mots chauds, si enthousiastes de Cornellier dans Le Devoir de samedi dernier, me paralysèrent, j’étais comme assommé et il m’a fallu 48 heures pour m’en remettre et, enfin, le remercier. À mon grand âge, on se pose des questions. Est-ce que j’ai toujours d’assez bons ressorts, assez de jus, pour encore savoir bien raconter un pan de vie. Avec « Anita… », un souvenir embarrassant de ma jeunesse ? Cette fois —est-ce mon cinquantième livre ?— puis-je narrer avec un bon talent cette brève histoire d’amour adolescent. Cette folle passion pour une jolie jeune Juive, blonde aux yeux bleus, rescapé d’un camp nazi, devenue étudiante en céramique avec moi à cette École du meuble ? L’éditeur (XYZ) a lu et vous a dit « Oui, on le publie » mais est-il épaté ou s’il veut seulement vous joindre à sa vaste écurie d’auteurs ? Le doute, ce maudit démon ! Voilà qu’un journal prestigieux titre : « Anita »,  c’est un chef d’œuvre ! »

Soudain, vous dégringolez dans les souvenirs d’un gamin de Villeray qui rêvait, hésitait —comme tous les ados—, devenir céramiste ou comédien ? Annonceur de radio ou… écrivain, quand il n’y a pas même un seul livre chez vous, quand les parents prudents s’inquiètent de votre avenir. « Un artiste dans notre famille, Seigneur !, il va crever de faim. » Vous, fils de petit restaurateur, vous savez bien le danger des illusions mais vous aimez tant raconter des histoires depuis celles (d’horreur) racontées le soir, tard, dans la chambre-double de vos cinq sœurs, les empêchant de dormir. « Marche vite dans ta chambre, mon escogriffe », me criait maman.

Et puis, un jour, cet hebdo de Villeray qui accepte vos premiers articles. Maintenant c’est l’hebdo d’ici qui accueille vos écrits chaque semaine : boucle bouclé ? Si personne n’aime ce que vous pondez, c’est la fin d’un rêve. Bien chanceux, voici que, 50 ans plus tard, ce Louis C. , jeune lecteur emballé, publie des éloges vertigineux et affirme « urbi et orbi » que cette Anita de vos dix-huit ans, eh bien, « c’est un chef d’œuvre » ! Je suis sur un nuage. Le lirez-vous ?