J’AI FAIT UN RÊVE ! ( I HAD A DREAM)

Pour les assimilés (volontiers aliénés) à la culture pop des USA, vanter notre culture est toujours un signe d’étroitesse. Pour ces suiveurs-des-USA vous êtes un régionaliste. L’insulte. Ils s’exclament : « Sors de ton cocon, deviens international ! » Ils disent aussi: « universel » Une farce. Pour touts ces dociles publicitaires, courroies de transmission (surtout à La Presse, Gesca-Power), les Cormier, Cassivi, Hugo Dumas, Sarfati (aux voyages payés) et j’en passe, « internatioaliste » c’est USA-only. (Los Angeles, Holywood, New York). Chez eux, jamais d’information sur la culture (pop ou non) de l’Espagne, de l’Italie ou de l’Allemagne. Pas un mot !

À moins que de ces créateurs percent. Aux USA. Tous sont des valets-des-amerloques. Moutons de l’Empire-USA.

Or, j’ai fait un rêve ! C’est permis de rêver, non ? J’ai imaginé que Boston, et peu à peu, tout le Massachusetts, quelque part au 19 ième siècle, aurait pu être envahi d’énormes masses d’émigrants. Tous venus de ma chère Italie, et, résistants comme nous au Québec, ces populations installent la culture italienne partout au sud de nos frontières, Maine et New Hampshire compris tiens.

Quelle bon plaisir ! Voyez-vous ça : à quelques heures de route, nous tous en visiteurs plongés dans cette « Nouvelle Italie ». Non plus dans un de ces états semblables aux 55 autres. Pour moi, un bonheur total !

C’est imaginable certes mais ça n’est, hélas, qu’un doux beau rêve ! Imaginez maintenant des hordes d’émigrants venus d’Espagne, foules immenses et qui s’installent un peu plus au sud, disons Connecticut, New Jersey, Maryland. JY compris la Virginie ! Un grand état nommé Nouvelle Espagne ! En une dizaine d’heures d’automobile nous nous retrouverions en visite parmi la formidable culture espagnole et cette autre (avec l’italien) si jolie langue, musique, chants, architecture, théâtre et cinéma. Leurs us et coutumes quoi. Quelle variété et vive la diversité, oui ? À bas l’uniformité si ennuyeuse.

Nous irions souvent. Comme tant de nos touristes du sud nous reviennent, adorant « la vie française » au Québec (il y en a plein). Olé « Novo Spania ». Oui, il est permis de faire un rêve ? Tenez, allons encore plus avant dans cette fabuleuse hypothèse des migrations massives : il serait arrivé le même phénomène pour les Allemands (Pennsylvanie ?), pour les Polonais, pour les Grecs. Pour les Portugais. Cela n’aurait-il pas été formidable ? L’hégémonie « impériale » USA anéantie et adieu aux rouleaux compresseurs de ce gros paquet d’états à peu près tous semblables. Adieu, à tous les carrefours des villes, aux répliques si assommantes, quand on voyage, à tous ces Colonel Machin et Hamburgers-McDo ! Fini les conformités commerciales abrutissantes partout à notre sud, à ce plat territoire culturel sauce « pareil au même ». Car, allez à Philadelphie ou à Chigago, à Miami ou à Tampa, au Texas ou au Colorado, partout c’est « us et coutumes identiques » Partant, l’ennuie, un vaste assommoir. Pour nous amuser, rêvons d’une grande formidable « Nouvelle Europe ». À nos portes. Vastes lieux pour devenir « vraiment » curieux universels. Plus des consommateurs dociles du gros bloc-USA, comme les Sarfati, Cassivi, Hugo Dumas, tant d’autres dociles publicitaires des USA.

.

.

 

 

Une réponse sur “J’AI FAIT UN RÊVE ! ( I HAD A DREAM)”

  1. « d’émigrants venus d’Espagne, foules immenses et qui s’installent un peu plus au sud, »

    Plus besoin d’imaginer! Ça se passe aux USA. Lisez au sujet du Nouveau Mexique.

    Nous avons, au Canada, les Chinois qui prennent de plus en plus de place et de terres.
    Comme je dis toujours: »Un jour, nous aurons tous la peau brune et les yeux bridés! »
    Aĩe,Aĩe,Aĩe, Anglais et Français s’expriment avec un maximum de 26 caractères!
    J’imagine difficilement mes descendants utilisants quelques milles caractères, comme
    les Chinois, pour s’exprimer. J’ai quelques ascendances dans mes origines, et mon fils
    beaucoup plus et plus récentes, mais nous parlons et écrivons le Français et l’Anglais.
    Dans le futur, la langue commune de tous les terriens, sera forcément celle qui découlera
    de la paresse naturelle des êtres humains. Une langue qui excluera, les accents, les accords,
    les genres et les singulier/pluriel! Comme vous le dites, Claude: »C’est permis de rêver, non ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *