CE LEPAGE-DES-DIMANCHES ? UN JOURNALISTE ÉMÉRITE

L’ancien clown, farceur du groupe « Rock et Belles oreilles » a mué. On s’incline devant cette mutation car « Tout le monde en parle » est une réussite. Voilà donc un jeune bouffon (très applaudi) métamorphosé avec les années en animateur. Mieux, en excellent « questionneur ».

Encore humoriste à l’occasion. Guy-A Lepage —qui passe tout de suite après les lassantes grossièretés du monde de Serge Chapleau— est devenu un confesseur —très laïc— et extrêmement courageux. Le talk-show ordinaire exige son bavardage mondain, léger, Lepage dépasse ce rôle convenu en efficace informateur surdoué. Il domine donc tous les dimanches soirs, sans orchestre, sans chœurs, sans danseuses. La télé Lepagienne n’a rien à voir avec la facile concurrence du monde « la variété », zone clinquante. Où il est facile de rassembler. Chapeau donc à ce talent qui sait amener parfois des moments d’une forte émotion ! Ses tableaux dominicaux étonnent sans cesse, un carrousel plein de vie, des vues imprenables sur une société en mouvement.

Certaines séquences hertziennes dérangent les conservateurs, les prudes. Bref, les bien-pensants car Lepage est capable de propos d’une raideur féroce ! C’est un esprit libre et on doit féliciter son diffuseur —la SRC, une télé publique— qui lui accorde cette liberté inégalée. Certes, il y a —rarement—des moments de dérapage, personne n’est parfait. Soudain, un zest de démagogie. Une vulgarité inutile. Une boutade inappropriée, Lepage reste pas un fort efficace « résumeur ». Un « livreur de bilans semestriels ». Ses récentes entrevues avec le candidat Couillard et puis ma chère « Pauline » sont des modèles parfaits. Revoyez-les, ce sont des morceaux d’anthologie télévisuelle. Il dure ! C’est un record de longévité dans les annales ! Il faut lui lever notre chapeau, je lui lève tous les miens de chapeaux : de romancier, de columnist (ici à « Pays d’en Haut »), de critique d’art et même de dessinateur ! On a dit : «  la nouvelle grand’messe populaire ». On pourrait dire aussi  l’indispensable « pow wow » nationale ou « la place publique face à l’église » mais de tout un peuple. Reste un fait singulier : voici un hâbleur de cirque qui a su se changer en « Grand Reporter », en un journaliste fécond. « Simple bonimenteur », diront de méchants contempteurs ? À ce haut niveau de popularité, Lepage doit en avoir. Eh bien, ses facéties —gags ou horions— sont des condiments bienvenus; si vous n’êtes pas du genre « fesses serrées ». Lepage peut faire illusion car il fait ses devoirs (d’information) et il est appuyé par une équipe fiable dont son indispensable complice (venu des « Belles Oreilles »), Maître Ducharme et cette mystérieuse et emblématique « Manon ». Celle qui semble gérer tout le flux des images. Quel plaisir de reconnaître un éclatant succès ! Tenez, sans chauvinisme, on a le droit de déclarer Lepage bien supérieur à ce farfelu de Paris, Therry Ardisson. Non ? Lepage peut être féroce, il n’est jamais méchant mesquinement. Ni méprisant. Il est hors cliques, hors chapelles. Sans préjugé. Nous avons la chance d’avoir ce causeur —pas salonnard du tout. Ah oui, chapeau, très bas !

 

 

 

 

Une réponse sur “CE LEPAGE-DES-DIMANCHES ? UN JOURNALISTE ÉMÉRITE”

  1. « Tout le monde en parle »

    Ce fut la dernière émission-télé que j’ai regardé, il y a quelques années.

    C’est, en effet, une réussite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *