« J’IRAI PISSER SUR VOS TOMBES », BORIS VIAN.

À la première occasion, moi aussi, j’irai pisser « au pied » du monument de l’ange « au pied » du mont Royal. Monument en faveur de ce maudit verrat de Cartier. Pas Jacques le découvreur mais Louis Hyppolite Georges-Étienne, Celui que le « con-servateur » Harper veut nous voir fêter face à son 200 e anniversaire de naissance.

Ce triste vire capot, ce Cartier, fut d’abord un actif Patriote de 1837-38 souhaitant une république libre mais il va défroquer et se convertir à l’idée d’un beau grand Canada ! Il dira « Bonjour et bienvenue » à l’assimilation en se joignant aux blokes, le grand manitou chef des fédérats, John Macdonald. Avons-nous le goût, Québécois, de fêter le traître Cartier?

Il y eut d’abord « l’Acte d’Union » en 1840, faisant de nous, l’autre nation… qui doit fiancer les anglos, alors nation minoritaire. Merde : 27 ans plus tard, en 1967, voici donc la nouvelle offre : ce projet de « confédération ». Résultat : notre nation sera emmêlée avec les autres provinces anglos. Une crasse dilution, une noyade planifiée et on aura une seule petite voix, devenant des minoritaires en ce neuf pays. Cela à jamais.

L’homme accroché à l’ange du mont Royal, bronzé, ce Cartier de malheur, va donc contribuer à étouffer l’idée même que nous formons une nation, tentative « d’assassinat politique » quoi ! 1867, effroyable date, pas à commémorer mais à bannir, à détester, à regretter. À Ottawa, l’Harper éructe : « Musique, drapeaux, hourrah pour Cartier ! » Le signataire empressé de cet horrible pacte; les « Père de la Confédération » furent des « les meurtriers politiques des Québécois.

Non mais…Harper et ses sbires fédérats comptent bien sur l’ignorance de tant des nôtres en histoire.

Musique : premier mouvement donc en vue de notre minorisation, à Charlottetown en 1864, en septembre, un mois plus tard, le faux jeton de Cartier est à Québec avec le renforcement du sinistre « pacte ». À diluer » notre peuple. Sans Cartier, zélote diabolique, il n’y aurait pas eu cette « sauce anglaise », épaisse, nommée Confédération, Harper le vante donc. 1867 et on se retrouvait une simple province, une seule, parmi toutes les autres. Combat inégal.

Maxime Laporte, président de la SSJB, a tout à fait raison de crier au scandale, ce Harper, qui pisse lui aussi, par exemple, sur le Prix Thérèse Casgrain, veut organiser la commémoration. Il le sait : sans la fougue fédérastique du Louis Hyppolite Cartier, pas de confédération ! Cette union maudite fait qu’à l’avenir, 2018 ?, Harper pourrait être réélu, cela sans aucun apport du Québec. Terminé désormais, on l’a bien vu, notre ancien poids politique, fini. Ouvrez les yeux les innocents Québécois, on vaut plus rien à Ottawa, au bord du Canal Rideau, in Ontario.

Nos plus jeunes voteurs doivent apprendre qu’être « une simple province sur dix », là-bas, à Ottawa in Ontario, n’offre plus aucun pouvoir. Et que nous serons bientôt quoi ?, 20% parmi les Canadians fédérés. Une insignifiante minorité alors que nous sommes majoritaires chez nous au Québec. Bientôt, dans cette Confédération-à-Cartier nous ne vaudront vraiment plus rien du tout. Les jeunes, face à cette nouvelle situation saisiront, c’est certain, que seule l’indépendance sera notre issue salutaire. Ouf ! Il sera temps !

10 réponses sur “« J’IRAI PISSER SUR VOS TOMBES », BORIS VIAN.”

  1. Les Anglais sont des abuseurs. Ils ont éliminé une grande partie des groupes ethiques amérindiens en les affamant par l’extermination presque totale des bisons. Ils croient avoir bâti un pays alors qu’il l’a été par l’esclavage: les nègres blanc d’amérique au canada, petit « c » intentionnel, une quantité d’Africain et de Chinois pour les USA. Ils ont expatrié les Acadiens pour leur voler leurs terres. Il est relativement facile d’en ajouter……..
    Je crois au Karma et aux prophéties de JeanXXIII, alors, comme on dit: ça leur pend au bout du nez.

    Ci-dessous, le style de la phraséologie est intentionnel.

    Quand on pense que 62% de la population du canada est concentré en Ontario et au Québec.
    Quand on pense que la province de Québec a été morcelée pour aider Terre-Neuve.
    Quand on pense que les Américains ont obtenu l’Alaska et ses resources naturelles pour une bouchée de pain sous prétexte de protéger le continent et cela par un autre anglais.
    Quand on pense que les américains ont maintenant le projet de s’approprier les Territoires du Nord-Ouest.
    Quand on pense que notre avion le « Arrow » et ses plans ont été, « prétendument », détruit pour, encore, une question de sécurité.

    On ouvre la chasse aux loups lorsqu’ils prolifèrent au point de compétionner avec nous pour les différentes chasse.
    Je crois que nous ne nous attaquons pas à la bonne bête!

  2. « tentative « d’assassinat politique » »
    C’est toujours d’actualité!
    Nos contemporains: Pierre Elliot Trudeau, Jean Charest.
    La moitié du premier a agi en Anglais et son côté français s’est fermé la gueulle.
    Le deuxième, tout entier, Conservateur fédéral converti soudainement en Libéral québecois pour jeter le désarrois sur nos séparatistes convaincus en venant affaiblir nos forces par la divisions des votes. Un vrai Père Ovide dans le téléroman « Séraphin »

  3. Je viens de voir sur votre site que la petite patrie sera à l’antenne de ARTV en décembre 2014 et janvier 2015, quel bonheur! que de souvenirs! Je vais le regarder sans faute, je suis tellement contente!!

  4. De mémoire je dis, à propos de la troisième révélation de la Vierge à Fatima, le Pape aurait dit quelque chose comme: « Pauvre Canada »
    J’ai imaginé ce qui suit: étant donné le réchauffement de la planète et conséquemment les mouvements techtoniques supérieurs qui s’ensuivront, il se pourrait bien que la Province de Québec se détache du continent. Oui, de l’imagination, j’admets, mais pas du science fiction.
    Considérant la partie de « crosse » que le fédéral joue contre le Québec, ce serait la seule façon de se débarasser du fardeau de la partie « en glaise » du pays!…Ahhhh, je rêve!

  5. Imaginons qu’un cinéaste québecois français se décide, un jour, à faire un film du type fiction.
    Titre du film: « Le Canada développé par les Français »
    Sujet intéressant à développer et l’effet principal, à moyen terme, s’avèrerait être un message subliminal encourageant les jeunes d’aujourd’hui à préparer et réaliser finalement l’indépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *