DE MARILYN MONROE À SOPHIE THIBAULT !

 

Ma peur de perdre, —non pas l’ouie, ni même mes jambes pour circuler— la vue ! Ne plus pouvoir lire, ? J’en crèverais. À tous ceux qui ne lisent aucun livre, je vous implore de changer. Lire c’est ne jamais s’ennuyer. Jamais. C’est si facile et ça ne coûte rien; grâce aux biblios publiques. Mes lectures, depuis longtemps, ont souvent une fin tragique :la mort. Je lis tant de biographies. Quatre ou cinq « histoires » par semaine. Voici un échantillon de mes lectures récentes, suggestions parmi des milliers « à pleines tablettes » !

USA : « La chute de la CIA ». Quelle chute ? Un espion retraité, (Robert Bauer) raconte ses périlleuses missions et déplore que la CIA actuelle se consacre dorénavant à la technologie (drones, etc.), congédiant les agents « humains ». Lecture captivante. « Marilyn et JFK », sur la chute d’une bien jolie « tête de linotte », phamaco-alcoolique psychosée. Une star d’Hollywood qui rêvait de devenir « First Lady », à la Maison Blanche ! Lecture fascinante.

France : « Françoise » (Giroux, un faux nom) par Laure Adler, le récit poignant d’une turco-juive qui reniait sa judéité et qui deviendra vedette des médias. À vingt ans, elle fêtait avec des officiers SS nazis au Ritz puis sera une Résistante molle. Elle fonda L’Express avec son « homme marié » (JJSS). Si ambitieuse qu’elle sera ministre. Lire aussi « Christine Ockrent ». L’autobiographie d’une Belge émigrée à Paris, s’exilant d’abord à New York (sera de la prestigieuse émission « Sixty minutes »). Elle rentre à la télé de Paris pour y devenir la Sophie Thibault. Cette autobio raconte l’effrayante « jungle » du milieu. Les « coups de jarnac » pleuvent. Lisez cet instructif plaidoyer.

Québec : « La Fille du secret », effrayant « récit de vie » de Jill Côté narrant un père indigne, musicien raté, drogué, ex-beatnik de province (Gaspésie) exilé montréalais. Un bohémien détraqué et lié à la secte des « Rose-Croix ». Vie écrasée avec une mère alcoolique dans un taudis d’Hochelaga. Un conte noir, hélas, pas toujours cohérent. L’écrasement en jeunesse. J’ai lu aussi lu cette semaine, deux bouquins d’entretiens  : « Paroles d’hommes » et « Paroles de femmes ». On y entend Denis Arcand, son pessimisme et sa lucidité « noire ». On y trouve le chroniqueur emeritus, Pierre Foglia, culpabilisé « jusqu’à l’os » d’avoir négligé sa progéniture, papa sans aucune fibre paternelle. Y jase aussi l’animateur de télé, Guy A. Lepage, franc et décapant. L’autre volume (femmes) confesse une Michaëlle Jean blessée à mort par sa patrie abandonnée, Haïti, dont elle désespère. Ses propos font voir une intelligence hors du commun. S’y trouve notre vaillante « Pauline 1ère » qui y tient des propos significatifs en diable. Enfin, lisez sur une Diane Dufresne qui s’y montre une « femme de caractère » revenue de loin. De très loin.

Lisez « Se guérir » de la célèbre naturopathe M.-L. Labonté. Ça verse hélas dans le verbiage connu. Mais la brillante « questionneuse », Denise Bombardier, « Tête froide et coeur tendre », pose une autre brique à sa fameuse statue. Des aveux francs comme à l’accoutumée. L’ouvrage préféré ? « Telle mère, quelle fille ! ». Jamais, jamais vous ne la verrez (aux Actualités de TVA) comme avant d’avoir parcouru ce livre ! Sophie Thibault, populaire présentatrice, raconte une jeunesse écrabouillée, déboussolante vu l’infirmité de sa maman en fauteuil roulant (sévère sclérose en plaques). Sa drôle de mère, auteure, participe au bouquin, un livre « mère-fille » très bien écrit, décoré de traits d’humour noir, un destin tragique.

Si un seul (ou une) de mes lecteurs décidait d’aller emprunter un livre (ou des) en bibliothèque pour une première fois, qu’il m’écrive un mot au journal. J’en serais si heureux !

 

« AU CIEL, AU CIEL, J’IRAI LA VOIR UN JOUR ! »

Ma jeune camarade de Saint Sauveur, Fabienne Larouche, est une scripteure de télé qui a du génie. Sans doute assistée par  son conjoint psychologue, Nadeau, son nouveau « 30 vies » est lancé sur les chape aux de roue avec l’aide de « la » Guilbeault, surdouée actrice en névroses dynamiques. J’ai le chapeau bas à la main, chère Fabienne.
Deux flops annoncés ? Oui. 1-  Labrèche et Dorval sur Le Plateau. Une bonne idée mais gaspillée que ces nouveaux « ridicules savants ». Les Bobos, C’est TROP. Trop de mots. Ce qui est exagéré devient insignifiant, dit l’adage et, hélas,  l’auteur  Brunet s’y fourvoie. 2- le nouveau Claude Meunier avec son couple montré sur trois générations. Deuxième Flop. Maintenant deux succès annoncés ? 1- « Tu m’aimes-tu », sketches pétaradants, captivants. 2- Homeland avec sa belle agente « comploteuse » membre de la CIA. Un départ efficace, brillant, prometteur. Ma Raymonde, réalisatrice des feuilletons de VLB retraitée, toujours passionnément curieuse des nouveautés dramatiques et, ainsi, me force à tout regarder. Elle a bien raison d’estimer très fort, « En thérapie ». Tous les soirs à ARTV. À  l’heure des infos. Le solide acteur, Papineau y est en effet d’une crédibilité envoûtante.
Virée en ville cette semaine : d’abord, mercredi, pour aller à la Tohu de la rue Jarry ( coin Iberville) admirer cet étonnant funambule, du visuel, acrobate inouï et…petit-fils de Charlie Chaplin. Thierée, son nom. 90 minutes en compagnie d’un énergumène en haillons dans une cabane branlante. Le hobo frétille face à un menaçant requin rampeur, puis à un superbe « éléphant blanc », enfin, à une cigogne agressive. Un scénario flou hélas, aucune émotion mais énorme admiration pour ce gesticulateur frénétique. 90 minutes d’un cirque théâtral hallucinant.
Jeudi soir, première chez Duceppe, de « Thérèse et  Pierrette ». Un ancien roman de Tremblay, habilement ré-arrangé par le brillant Denoncourt. Rideau et surgissent sur la scène quelques robes noires, des « pisseuses » à cornettes. Des aimables dont la renversante nonne-portière infirme jouée brillamment par Josée Beaulieu, aussi deux touchantes lesbiennes placardées (voir Lynda Johnson parfaite). Faut voir cette effrayante, « mère supérieure » ultra sadique —fascinante Sophie Clément. Elle terrorise, rue Fabre, ces fillettes en robe de couvent, des pré-ados. Dont une mignonne —brillante Catherine de Léan— qui, candide, s’amourache d’un pédophile culpabilisé; une « suiveuse » aux dents croches —excellente Marie-Éve Milot; une « bacaisse, virevoltante blonde toutoune —très excellente Geneviève Schmidt. Enfin une laideronne —émouvante Sylviane Rivet-Beauséjour. Un spectacle réussi.
Jeunesses d’ici,  allez-y pour découvrir tout un pan, pénible et savoureux à la fois, de notre récent passé québécois. Vieillesses, courez-y pour vous souvenir, en riant souvent aux éclats, d’une exécrable époque full cléricale. La fin de ce vaste tableau commémoratif vaut de l’or. Vous verrez s’édifier un de ces immenses « reposoirs de Fête-Dieu » d’antan. Avec même l’ange flottant dans les airs, une joie féroce pour les yeux que cette piété des naïfs de mon  jeune temps. Absolument pathétique ! Cette apothéose visuelle est complètement sidérante de quétainerie; bravo talentueux Denoncourt !
Rentée au village adèlois et découverte, samedi, d’un « frette » de novembre, eh merde !

.

LA COURTOISIE, L’AFFABILITÉ. OUI ?

 

 

Dans nos existences, on rencontre parfois des « faces de beu », des visages-de-bois, c’est fatal. Par exemple, tout récemment, pour un simple oubli de faire un arrêt (coin de rue paisible à deux pas de chez moi ), va surgir en trombe, avec coup de sirène, dans votre entrée une jeune gendarme toute démontée, très tendue qui sort sa voiture à gyrophare et qui, vraie furie, vous sommera : « Restez dans vote char, svp, compris? Vite, allez vous rasseoir dans votre voiture, vite ! » On aurait cru à l’arrestation du meurtrier du récent assassinat du pharmacien Quenneville survenu au bas de la Côte Morin dont dame Justice ne parle pas.

Or, la courtoise, je la rencontre à chaque fin d’après-midi, au magasin de notre École Hôtelière, rue Lesage. Oui, la bonne humeur a un nom : Serge. Il n’est pas qu’un vendeur, il saura expliquer aux visiteurs certaines denrées parfois sophistiquées. Mon cher Serge de Saint-Donat donne même des conseils appropriés, si on lui demande. Car Serge n’a rien d’un inopportun encombrant, au contraire. Ainsi, de tels individus, socialement bien adaptés, font partie intégrante de la joie de vivre pour le citoyen. Un triste monde, imbue d’une fonction et névrosé, constitué de « chevaliers-à-la-triste-figure », nuit à la simple joie de vivre.

Retour de la métropole-aux-casseroles où en quelques jours nous avons assisté encore à des rencontres théâtrales étonnantes. Celles offertes par le Festival trans-Amérique. Nous voyez-vous aux coins des vieilles rues Plessis, Panet et Visitation, dans l’Ancienne usine de confitures —sa haute cheminée résiste— admirant cinquante (50 !) « gesticuleux », déchaînés tournoyant dans une passacaille aliénante ? Étonnante foule sur une scène ! Olivier Choinière réussit à cette Usine-C à illustrer —en steppettes et un chant monotone— la sombre folie d’une foule moutonnière. On rit jaune. Ensuite, dans une ancienne piscine, rue Cherrier ( ex-La Palestre) voyez-nous zieutant un laideron et une minette, « toute dépoitraillée » disaient les anciens. Étrange couple qui court, rampe, s’accroche, se fuit en contorsions (banales ou surprenantes). Elle, toute échevelée, lui, avec une queue de rat comme l’illuminé Raël; c’est Clara Furey (fille de Carole Laure) et Benoit Lachambre, gesticulateurs frénétiques déplaçant sans cesse deux meubles mobiles : un piano droit et un « dummy » de piano à queue. Oh les poses excentriques ! Enfin, rue Henri-Julien, imaginez-nous, elle et moi, mais l’aficionado c’est ma compagne, observant un étrange manège à douze personnages, morbide et très bizarre « réunion de famille. » Une généalogie pourrie dialoguée par Emmanuel Schwartz : « Nathan. » Sorte de sinistre « caucus » où l’on évoquera, sur trois générations, des mufleries graves, des tromperies, des incestes et des crapuleries, enfin des trahisons. Belle famille !

Une parenté tarée, chaîne lugubre où jamais on ne croise un affable « Serge de l’École Hôtelière », c’est à dire pas la moindre petite lueur d’humaine courtoisie. Comme, hélas, avec la gent policière parfois.

 

CORNEILLE, CANARD, CHAT ET HIPPOPOTAME !


Une corneille immense rôde sans cesse autour de notre maison. Un sombre présage ? Coups d’ombre si proches de nos caboches. L’oiseau de charbon guette quelles proies ? Des nids de mésanges dans nos cèdres, des petits pics dans nos sapins ? Tellement mieux appréciée, cette demi-centaine — oui, oui— de canards aux parcours capricieux. En « va-et- viens » mystérieux au milieu du lac Rond par ce dimanche à la juillet. Et, même jour, contournant quais, chaloupes et pédalos, un noble couple « aux reflets d’argent », oui, M. Trenet. Lui, fier canard aux atours royaux, elle, plus modeste et qui le suit ou, soudain, le précède. Idyllique vision d’un couple endimanché.

Revenu de voyage, le vieux cocu jaloux —dans « L’école des femmes » de Molière— questionnait sa très jeune fiancée. Elle réplique : «  Quoi de neuf ? Le petit chat est mort ». Rue Morin, une vieille dame (de mon âge quoi) me questionne :

« M’sieur, le petit chat noir est mort, les voitures lui passaient dessus, j’ai rangé sa dépouille près du caniveau, savez-vous à qui il appartenait ? » Je ne savais pas. Mais j’ai souvent contourner ce beau p’tit minou sans instinct aucun hélas ! Vie trépidante à sainte Adèle, hein ? Un peu moins que dans la métropole où (des adultes !) la police des Libéraux (Tremblay-Charest) est payé « temps-double » pour fesser, gazer, matraquer la jeunesse étudiante et certes illusionnée. Ces « hommes-faits » foncent maintenant sur les terrasses des restos, grosses poivrières en main ! La barbarie en 2012 !

Parlons culture tiens. Trois femmes d’exception, trois actrices, au « Rideau Vert », au « Go » et ici, au « Pine » (loin des « batteurs d’enfants ». J’ai vu un trio de talents féminins époustouflant en la même semaine. (1) Geneviève Charest dans « Une vie…normale », torturée de psychose vu la mort précoce de son fils. Qui marchera (en d’envoûtantes chansons, Yorkey et Kitt) vers sa fatale…lobotomie. Ne ratez pas cette « comédie tragique » d’une vitalité musicale entraînante. Y a-t-il un seul temps mort ? Non. Mise en scène de « la » surdouée Filiatrault ! (2) Trop tard (des reprises un jour ?) pour voir jouer Violette Chauveau dans « Une vie pour deux. » Violette Chauveau dans son monologue de la fin, haletant, comme « expiré » (à la lettre) montre du génie et je pèse le mot. Enfin, (3) ici, en bas de la côte, pathétique débat d’une jeune épouse au mari soudain «  travesti » ! Ce jeune transsexuel est joué à la perfection. Dans «  Laurence anyways », Suzanne Clément s’empare de sa poseuse gesticulante névrosée « Sophie Paquin » (célèbre série télé) pour en extraire cette femme bafouée en détresse totale souvent face au singulier destin de son couple rompu. Troisième film du jeune Dolan, vous verrez un stimulant (un peu trop long) essai. De nombreuses éblouissantes séquences, pas moins fantastiques que les meilleures du regretté Michel-Angelo Fellini.

Je termine en riant : une vieille (comme moi) résidente dans la « Collins » du boulevard Gouin-est, souffrant de maux de ventre, guérie, expliquera aux siens : « C’est à cause de l’hippopotame dans Rivière des Prairies ». Stupeur de tous ! Hein, quoi ? Elle va partout annonçant le phénomène inusité, jusqu’à temps que les parents apprennent qu’on lui aurait dit : « Vos maux c’est à cause de « l’eau pas potable » dans Rivières de Prairies. » L’eau pas potable » alias : « lhip-po-po-tame. » Souriez.

 

 

QUOI, DORMIR, RÊVER, SHAKESPEARE ?


 

Cette nuit, bruits et un rat-con, rat-coon, rat masqué… a rejeté nos deux briques au yable et ouvre le bac noir !

La faim !

Un midi, un écureuil, tout maigre, tout frétillant, guette un oiseau nouveau-né !

La faim !

Bof, pauvres petites bêtes adèloises ? Mais il y a les humains : pire sort, atroces famines en certaines contrées d’Afrique. Contraste avec ma passion pour le règne animal et ces magnifiques documentaires à la télé ( ARTV, TV-5, Télé-Québec) où toute vie se résume à un mot : LA FAIM !

MANGER et puis se reproduire ensuite.

Ici, dans notre ciel, derrière le joli neuf resto « So-Thaï » —carrefour Morin-Chantecler— aux mets asiatiques extra-savoureux, apercevoir une bien noire corneille —bec et griffes ouverts— chassant un malingre petit merle.

Manger ?

Impossible d’ignorer tous ces travailleurs jetés à la rue (Aveos-Air-Canada et cie ), ni ignorer la Syrie déchirée. Nous autres bons petits bourgeois des jolies Laurentides allons-nous nous charger des malheurs du monde entier ? Non ? On regarde à la télé —en rotant le bon repas pris— nos sympathiques hordes étudiantes qui crient dans le noir des soirs déambulatoires : « JUSTICE ! » Et c’est plein d’adultes nostalgiques :« C’est beau, c’est bien, nos jeunes découvrent la lutte pour la démocratie ! » Que celle ou celui qui n’a jamais regretté son cher « jeune temps » jette une première pierre à ces mélancoliques.

Or, ici, « dans l’nord », à l’abri des problèmes métropolitains (ô trafic !), les Laurentidiens que nous sommes vivent une existence bien paisible. Une impression seulement car on n’ignore pas tant de destins broyés. Mal cachés dans les replis verdissants de nos jolies collines. Soyons certain d’un tas de misères, ici comme partout.

Je viens de recevoir —éditeur indispensable, Michel Brûlé des « Intouchables »— le récent bouquin de l’esprit libre, Norman Lester. Dernier COUP DE POING et je vous avais vanté le premier, eh bien, courez l’acheter. C’est encore un riche puits d’odieux scandales aux couleurs variées. Ça va du pourpre pourri au violet sinistre, du noir atroce au gris à se pendre ! Que de sordides découvertes stupéfiantes. Ce petit-juif-rosemontais, Lester, c’est l’anti-censure par excellence, lisez-le pour ne pas crever con idiot et innocent.

Être informé c’est être libre, dit-on, ça ne nuit pas mais notre impuissance enrage. La corruption des ingénieurs( élite instruite dévoyée), des bâtisseurs, et, hélas, de nos élus « enveloppés de brun ». Ô fatras à collusions mafieuses. Vite, vite, madame Charbonneau, à vote maillet ! Hélas, la langueur tolérante du citoyen mou exacerbe. Quoi faire ? Quitter ta jolie colline ? Aller en métropole marcher avec la jeunesse ? Ne pas te contenter de surveiller le rat-con juché nuitamment sur ton bac noir, l’écureuil affamé, la corneille tournoyante au dessus de ton cher resto So-Thaïï ? Shakespeare clame : « Dormir, rêver… » Non, Bill, non : s’indigner et agir !

 

 

ALLER AUX VUES ?

 

 

Joie folle, enfant, que nos premiers films montrés au sous-sol de notre église. Quelle évasion ! Bonheur d’aaller à quinze ans, une première fois, au « vrai » cinéma du coin de ma rue, le Château.

Dans notre vaste région de collines, aucun cinéma à partir de Lafontaine, Saint Hyppolite…  Ni à Ste Agathe, ni à St-Sauveur ? Pas un seul grand écran. Rien. Ici, nous sommes chanceux, il y a Tom Farmanian, il y a ses salles de Sainte Adèle ! Quel bonheur pour les cinéphiles. Certes, Tom doit afficher les gros succès populaires. Il a ses frais, tant de factures et de taxes à payer mais, cinéphile lui-même, il offre aussi les meilleurs productions du moment.

Le cinéma Pine est une des bonnes raisons d’aimer vivre par ici. Remercions Tom —qui a été honoré avec justice récemment— son travail acharné nous permet, comme les citadins de la métropole du Québec, de voir le cinéma dont « on parle ». J’y ai vu « L’artiste », gadget très vide —en muet et en noir et blanc et je fais partie de cette minorité (sans doute !) qui a viscéralement détesté ce « navet » (selon notre couple). Mais les p’tits vieux du jury des Prix Oscars, eux, ont été flattés de cet hommage venant des frenchmen voulant saluer (sans scénario structuré) les pionniers d’Hollywood.

Dimanche, au lieu d’aller me balader sur le lac Rond au beau soleil, on a été voir vu le film iranien qui a battu « Monsieur Lazhard ». Je n’ai rien d’un chauvin (aller vérifier) : « La séparation » est un très long et très bavard et très ennuyeux face à face —bien film et bien joué cependant. Un paquet de fieffés menteurs empêtrés dans une querelle bien bête et qui n’en finit pas. L’impression que « La séparation » dure six heures !

Il n’en reste pas moins que malgré des déceptions,  et c’est fatal, nous avons la chance de voir les films « dont on parle ». C’est important. Chaque fois que nous descendons la Côte-Morin pour y aller, on a l’impression, de vacances, l’été, d’aller au ciné Ogunquit dans le Maine, ou en Floride jadis !

Hélas, on me dit que les jeunes visionnent sur le « tout petit » écran de leur ordinateur, connecté souvent au « petit écran » de leur télé, un cinéma, me dit-on, aux centaines de choix. Mais il n’y a rien d’aussi festif que de se rendre à une salle noire, se retrouver solitaires mais solidaires avec les autres. Non ? Hélas, comme la peinture, la musique qui se fait, où la littérature (je le sais trop !) et la danse donc, les créateurs sont méprisés par cette jeunesse rivée à l’ordi. Voilà une masturbation, oui, un onanisme via le web sur le net. On a dit que l’arrivée de la télévision (automne 1952) avait tué les artistes de variété, les cabarets, etc. On peut dire que la venue de l’ordinateur tue aussi. Pourquoi se priver de ces réunions humains où ça tousse, ça remue, ça s’émeut, ça grouille, ça mange du maïs ou de la réglisse, ça vit ensemble, c’est un grand tort. Ne grave erreur. Disons même une forme de déshumanisation —une de plus. De grâce, un effort villageois des alentours, allez au cinéma  Pine. Ceci n’est pas une pause « publicitaire », c’est un appel en faveur d’un minimum de vie grégaire, de vie humaine normale pour une existence un peu communautaire.

Tenez, allez vite voir « POLISSE », un vrai petit chef d’œuvre de madame Maïween qui est aussi excellente actrice dans son film. Un captivant récit sur des faits vécus dans Paris. Récits fascinants avec des jeunes gendarmes, tous excellents acteurs des deux sexes. Voyez une jeunesse vivante ! Merci Tom !

 

 

ALEXIS, VIANDE À CHIEN !


Grignon, dans sa bien longue saga laurentidienne fit de son Alexis un symbole de liberté, un fier beau gars privé de son égérie, la soumise Donalda, « vendue » par son père. Il y a un autre Alexis, acteur et auteur, un petit bourgeois d’Outremont, élève d’une école avant-gardiste et qui aura bien meilleur destin qu’Alexis Labranche. Cet autre Alexis, questionné par Dame Pétrowski m’en apprenait sur mon petit camarade de la SRC, Louis.

Cet Alexis, pondeur de « Matroni et moi, s’installe dans la maison d’enfance, fouille « le tombeau » du papa disparu; comment faire « le ménage » des archives ? J’ai confiance. Louis fut un journaliste emeritus de la jeune télé publique et son fils devra raconter les débuts de la « Révo dite tranquille ». Hâte de lire cette biographie car n’est-il pas étonnant que notre libération ait eu comme riche source une machine fédéraliste d’Ottawa, Radio-Canada. Le fier Pet Trudeau, d’Outremont lui aussi, voyait notre néo-nationalisme comme « plaie d’Égypte ». Il s’écrira : « On va mettre la clé dans cette boîte, Radio Canada, ce nid de séparatistes ! » Ce fut l’annonce de « radio-cadenas » ! De nos jours, Radio Canada a précarisé tous ses employés et « presque tout » est confié aux « privés ». Rien à craindre. Le Radio Canada de feu Martin fut une efficace machine, essentielle à notre nationalisme nouveau.

Son papa, comme tant d’autres, fut de ceux qui devaient calculer les coups portés. Rivaliser d’astuce pour participer au neuf nationalisme qui n’avait plus rien à voir avec le nationalisme duplessiste, clérical et conservateur. Pauvre Trudeau, le dénommé « Réseau français » était un « foyer actif » de nationalistes. Duplessis était hanté par la haine du socialisme, Trudeau, lui,  par ce fringuant Québec nouveau « Deux frères » au fond, Pet et Maurice ! Alexis racontera ce brillant Louis et en viendra forcément à raconter ce beau cortège libérateur.

Cet Alexis-là, jeune choyé, va se passionner pour le théâtre, existence risquée, il va s’associer avec Robert Gravel, le fondateur de la LNI et puis auteur. Robert n’a pas connu la jeunesse outremontaise, il venait d’Hochelaga Maisonneuve. C’est rue Parthenais, angle Ontario, qu’il installera son toujours excitant théâtre. Alexis, jeune, dit Petrowski, dévorait les écrits de Tolstoï mais Gravel s’adonnait, houblon en main, à ses chers « jeux-de-société ». Mort jeune, Gravel inventera une dramaturgie à l’hyperréalisme étonnant, forts textes.

Rue Parthenais, désormais y officie Alexis. Parfois en pièces exotiques bien éloignées de l’essentielle quête d’identité. Le papa d’Alexis, journaliste hertzien donc, fut un ardent acteur et observateur en nos batailles libératrices là où il y avait plein  de collabos fédérats parmi des valeureux « résistants » et, fort  imprudents, certains se firent congédiés. Brutalement. Gérald Godin, Louis Bourdon, aussi un Norman Lester. Paradoxalement ce Radio Canada d’antan, toujours guettée par l’État fédéral, fit naître l’actuel Québec moderne,  Fier-Pet fut cocufié.

 

 

VOYAGE AU BOUT DU SOMBRE !

Rouler vers Saint Jérôme, voir cette timide première neige dans l’éclairage d’un réverbère, aussitôt repenser au terrible film, LE VENDEUR. Ne ratez pas ce film effrayant de sombre quand l’excellent Gilbert Sicotte, en veuf triste, joue à la perfection le populaire dealer de chars à Dolbeau-fin-du-monde. Impeccable incarnation d’un homme perdu sur qui va s’abattre un fatum pire encore.

Rouler vendredi matin vers le Marché Jean-Talon et voir, dans la fine neige, cette énorme tache de sang.  Agonique raton frappé ? Repenser à tous ces sangs répandus dans LA PEAU QUE J’HABITE. Un furieux film d’Almodovar relié à Bunuel, à Salvator Dali, à Gaudi-le-fou quand un chirurgien plasticien (excellent Banderas) est un furieux Docteur Frankenstein. Merci cher Tom pour les bons films ! Vendredi matin, me voilà bien ému, entouré de caméras-télé, assis exactement là où je venais patiner le soir pour enjôler des patineuses de quinze ans comme moi. Alors je raconte à Reddy et Bokar Diouf  —« Des Kiwis et des hommes »— la patinoire–des-amours juvéniles et puis les quatre (4 !) églises de mon enfance. Santa Madona della difezia, à deux rues. Holly Family coin Faillon. Saint Cécile, rue de Castelnau, où le génial Claude Léveillée priait, pieux. Enfin celle —orthodoxe copte ?— du jeune René Angélil, Syrien, Libanais ?,  juste à côté de la Casa Italia.

Entrez-y à la Casa : voyez une émouvante expo-photos des « Fils d’Italie », nos voisins ritals, en innocents admirateurs du dictateur El DUCE, Benito Mussolini (qu’on peut voir monté à cheval devant son pape à Madona della difesia. À dix ans, j’étais plongé, rue Jean-Talon,  en pleine guerre mondiale (durée : 20 minutes !). Juché sur le balcon chez Deveau, on observait terrorisés l’attaque armée de la Casa par soldats et polices avec brefs tirs de mitrailleuse ! Eh oui, en 1941. Rouler enfin vers ma nouvelle petite patrie, ici, stopper à Saint Jérôme juste en face de ce si bel ancien Palais de Justice devenu un musée d’art moderne. Allez voir les images inouïes du moderne et surdoué peintre Marc Séguin. Une terrible galerie de fantômes mystérieux avec faisan mort, loup cervier pendu. Ô l’étonnante salle de spectres envoûtants ! L’art en Laurentides se montre enfin ? Certes, allez visiter cette vivante « Maison des arts » à Val David. Et il y a galerie d’art à Saint Sauveur-la-pétillante. À Sainte Adèle ? Trois galeries dans la célèbre Côte Morin : La Galerie 85 —aussi mon encadreur préféré. Il y a la galerie de (ex-sript de Radio-Canada) Nicole Brown et de Vevey, son homme. Toute neuve, voici la jolie galerie Anthracite, tenue par deux rieuses belles filles bien accortes. Mort, Jean-Paul Riopelle au ciel de Sainte Marguerite, sourit aux anges, ses alentours s’ouvrent à l’art actuel !

Toi, fout le camp, sombre novembre. Installe-toi décembre et, avec la neige à venir, quand le soleil reviendra, n’oubliez pas : nous avons ici la plus belle lumière du monde ( disent les experts). Vite, la grande patinoire sur le Rond ! J’ai dit à ma fille qui s’en va à West Palm Beach avec Marco, mon webmestre : « Chaleur oui mais piètre lumière, ma pauvre Éliane ! ». Elle rit, me dit, jouant sa Corneau : « Père jaloux, fille épanouie ! »

Non mais…

 

UN CANARD PERDU, UN FIER CHAT ET VIEILLIR

Mon cher Jacques Brel chante que… le ciel y est si bas qu’un canard s’est pendu… » Je revois mon canard solitaire, comme perdu, égaré, il rôde, plonge et replonge, disparaît parfois si longtemps sous l’onde… suicidaire ? La Florida —où ma fille Éliane s’en va hiverner—  ne l’attire donc pas ?

À un de nos feux de feuilles mortes, visite du Souverain pontife chat (de ma voisine). La lourde bête me frôle : pas un seul regard, je l’appelle, ne se retournera pas d’une oreille ni d’une moustache; l’indifférence absolue. Cheminant lentement vers le vieux saule : noblesse ! Pas un chien au monde resterait aussi superbe, les chats sont des princes.

De sa petite rue St-Michel à Val David, mon fils Daniel n’est pas un indifférent et veille sur son géniteur. Le 10 novembre, cadeau d’anniversaire : bouquin du docteur Benetos, gériatre connu, 280 pages pour un « L’ABC DU CENTENAIRE », Laffont éditeur. J’y retrouve le menu connu : pas de tabac, pas d’alcool, faites de l’exercice et méfiez-vous des « recettes-miracles », aussi des gourous et autres gamiques en psycho-pop, enfin des substances « à la mode », chinoises, etc.

L’hérédité ? Lâchez tranquille « popa et moman » : que 20% en garanties et si tu fumes sans bouger, rivé aux écrans, oublie tes parents en grande santé ! La vitamine « D », oui, oui, mais le yaourt, surévalué dit Benetos. Le vin rouge?,  oui. Le blanc, non ! Ni bières, ni alcools, du caca ! Du botox pour madame ? Pourquoi pas ? Du Viagra pour monsieur ? Oui si on a le coeur en forme ! Mais, avant tout : marcher, skier « à fond » et en collines, vélocipédaler aussi, et « crawler ». Nager quoi ! Le gériatre de Nancy insiste : « Faites rire et riez. Le plus souvent possible. Fameux médicament, dit-il, et  gratuit.

Oh : le bref récit de mon camarade Gilles Archambault, lu avant-hier, m’a fait éclater en sanglot dès la page 35. Des deux d’un vieux couple uni, « celui qui reste…vit en enfer », chantait Brel, encore lui, l’immortel. Déception : je reste de glace en lisant ( Prix Renaudot!) la vie de Édouard… « Limonov », signé Carrère. Assommant. D’un ennui grave, Carrère, « fils de famille parisien », s’entiche d’un déboussolé né en Ukraine, filant à Moscou. Une gouape. Ganache à grands coups de gueule d’anarcho-fasciste. Bien long récit (Moscou, New York, Paris) avec du« name droping » éhonté. Potinage mondain. La critique (ici et ailleurs) ? Bien complaisance.

Je rentre maintenant —800 pages— dans une autre vie racontée. Celle de Gaston Miron, animateur —poète parfois—et infatigable prédicateur de notre liberté. Ça débute en Laurentides au temps de la Grande Crise mondiale ! Sainte Agathe commerce. Pierre Nepveu, le raconteur, se montre méticuleux, un travail d’obstiné, soucieux d’exactitude. Son vrai nom « Edgar Migneron » ! Eh oui !, des curés durs de la feuille allant vite en besogne. Sur sa stèle, vous verrez les noms de ses ancêtre tous analphabètes. Miron, laid, généreux, prophète,  ex-religieux enseignant, nous parle encore : « il fait un temps de cheval gris qu’on ne vit plus/ il fait un temps de château très tard dans les braises/ il fait un temps de lune dans les sommeils lointains ». Je suis à la page 40, j’ai le temps.

 

 

* (Gilles Archambault: « Qui de nous deux », récit, 120 pages, Boréal)

COUP DE « POING… À LA LIGNE »

 

Ce bouquin (aux Intouchables)  signé Norman Lester, j’y reviens, est à mettre sous le sapin. Ainsi vous en saurez davantage…

1- sur : les agents de la CIA en Afghanistan au temps des « méchants » Russes, qui enseignaient le terrorisme. Mais oui, à piéger des voitures, à fabriquer des bombes artisanales ! En somme, la « technologie du terrorisme » puis, les Russes partis, ces « initiés » se transforment en « fous-d’-Allah » armés à Kaboul et vont fonder  Al Qaïda ! Tel, en 1993, ce Youssef à Manhattan, viendra ce Mohammed et les DEUX TOURS! L’enfer ! Et la vicieuse « ISI » au Pakistan. Dites merci à la CIA.

2- sur : les militants-Libéraux de Jean Charest ? Un « parti d’anglos-ethniques » avant tout, écrit Lester, et il se dit déçu de son ex-camarade (Radio-Canada), Christine St-Pierre, qui ira s’y creuser une niche.

3- sur : apprendre que Chrétien stoppa net l’enquête sur nos soldats dégueulasses en Somalie (1993), cette sordide affaire révélée par un médecin-soldat écoeuré : nos troupiers torturaient volontiers des prisonniers somaliens. Vite : dissolution de ce  régiment aéroporté et, paf!,  plus d’enquête

4- sur : la francophobie hurlante face au renvoi de 10% de ROMS,là où ils sont un demi-million. C’est 750 millions de gitans dans les Pays de L’Est avec plein de racistes  anti-Romanichels, surtout en Roumanie.

5- sur : le tabou à propos d’un odieux génocide à TerreNeuve.  Amérindiens exterminés, tous, les Béothuks. En 1829, disparaissait le tout dernier Béothuk. Silence. Tabou.

6- sur : l’Angleterre où diminue sans cesse l’historique et vénérable religion «l’Anglicane ». Qui fut d’abord une sorte de secte catholique (!) farouchement anti-papiste. Cette église où des femmes ou des homos peuvent devenir prêtres, agoniserait. Ainsi Tony passa chez les « cathos »

7- sur : le zèle farouche d’une Sheila Coops pour l’arrosage de fric sur tout le Québec —« commandites ». Un zèle approuvé nos anglos et nos demi-assimilés québécois… dont McClean osera publier que ce pourrissement est « génital» ( « ces Québécois ont la corruption dans le sang ».)

8- sur : Ferraras de la RCMP publiant que Trudeau ne craignait nullement le FLQ en octobre 1970 mais une certaine sympathie dans le peuple, effet du manifeste lu à la télé. Lester écrit qu’Ottawa savait —et très bien— qui était le auteurs à chaque enlèvement.

9- sur : le fameux « Lieutenant Casey », va-en-guerre fou, et l’auteur d’un massacre de 50 civils vietnamiens. D’abord la prison puis, après 24 heures de tôle, on changea Casey en héros national qui fut médaillé par Nixon

10- sur : le syndicalisme devenu petit-bourgeois, corporatisme égoïste, les agents inconscients de l’actuelle stagnation. Oh ! C’est le cher Richard Martineau, captivant chroniqueur à LCN et au Journal de Montréal qui va apprécier. 11- sur : son dernier scoop (2001) à Radio-Canada, : « Qui est Gilles Breault alias Mouamar ? ». Norman Lester avait osé raconter ce Beault, payé par la RCMP, qui joua le provocateur (masqué en islamiste) nommé : Joseph Mouamar ! Qui voyage à Khartoum, rencontre, oui, Ben Laden, (1996), va en Afghanistan et au Pakistan, en France aussi. Puis notre Tit-Gilles Breault rentre au Québec, farouche Arabe anti-sémite. Breault va expédier des «menaces à la bombe », par exemple, au Cégep Rosemont, en stations du métro, On veut voir s’amener des illuminés,, il n’en vient aucun ! De Paris, un célèbre traqueur de terroristes vient à Montréal pour le questionner (le célèbre juge Bruguière). Affolée, notre « police à cheval » va le cacher au Motel Universel, rue Sherbrooke. Le scandale éclate, enquête torchée nommée « Châle », un léger blâme à la RCMP, des excuses à Paris et pouf!, affaire étouffée. Ah oui, lisez ce «  Poing à la ligne ».

 

 

 

 

(30)