ROMANS INTERROMPUS | ÉCHECS OU RECHERCHES ?

Un temps, jeune, je cachais mes embryons de romans. N’en parlais à personne surtout. Mon secret. Une sorte de honte ? Oui. Fringant, vouloir passer pour un gagneur, un qui filait toujours droit au but sans fléchir.

Vers 1995, devant déménager d’une maison familiale vers un petit condo, traînant une trentaine de boites de « papiers » divers —photos, correspondance, poèmes de jeunesse, projets de cinéma, de radio et de télé— j’ai offert mes paperasses aux archives de la Bibliothèque nationale. Là, rue Holt, à Rosemont, Jacques Prince me dit : « Avez-vous dans vos cartons des romans inachevés ? » J’ai dit en riant : « Oh oui, pas mal ! » Lui : « Ah, c’est formidable cela, merveilleux!»

Étonné de sa joie, je découvrais l’intérêt de ces bouquins avortés, abandonnés en cours de gestation. En effet, ces avortons peuvent signaler un aspect —hélas dévalorisé— de l’activité scripturaire, d’un pondeur compulsif dans mon genre.

Des chercheurs en littérature québécoise, un jour – quand? en 2050?— tripotant le « Fonds-Claude-Jasmin », à la B.N. (je serai mort !) trouveront utiles ces « essais et erreurs », ces tâtonnements. Pour mieux comprendre mon itinéraire?

Petite bibliothèque des romans interrompus

  • Le recommencement
  • Le Testament
  • L’EXILÉ (Ernesto)
  • L’ écume ou la mise à nu
  • POUR TUER LA LITTÉRATURE

    Mais, en 2001, je décidais de stopper « la littérature », le fictif (plus ou moins dabs mon cas ). Je voulais abandonner à jamais « le » roman. J’avais donné. Je croyais moins au « besoin » des romans avec tant de cinéma, tant de télé dramatique, médias populaires très capables de narrer « des histoires », de fournir de la fiction aux Québécois.

    Pour mieux m’y décider j’ai donc publié mes « adieux » dans « Écrire : pour l’argent et la gloire » aux Éditions Trois-Pistoles. Ensuite, cohérent, j’ai commencé à tenir mon journal sur Internet, poussé par Marc Barrière, le brillant installateur de mon site. Le tome 2 (« Tuer le temps ») sortira au Salon de Québec très bientôt.

    Comme je le disais récemment dans ma « Conversation » avec Denise Bombardier à TV 5 : « Oui, un journal pour tuer l’écrivain en moi, tuer la littérature ».

    Y REVENIR POURTANT, COMME MALGRÉ MOI ?

    Seuls les imbéciles ne changent jamais d’idée ? J’étais comme taraudé par une vieille idée, un vieux souhait d’il y a bien longtemps : parvenir un bon jour à faire un roman très important pour les Québécois, un ouvrage disons… emblématique. Un bouquin qui raconterait l’essentiel. Un seul. Avant de disparaître.

    Projet d’importance et, je reste lucide, presque risible par son ambition. Nous rêvons de cette façon les littérateurs. Oui, j’y repensais encore, en 2002 : « inventer un livre qui compte ».

    Aussi candide —ou illusionné— que quiconque, je me disais avoir déjà publié quelques livres solides, importants —mes cinq premiers, et cette « petite patrie », et « La sablière », deux ou trois autres— mais…et… pourquoi pas un dernier ? Bien plus fort si possible.

    « Adieu mes adieux à la fiction », et me voilà donc replongé. Plongées suffisamment sous-marine ? Galères voguant au pays du « ça », mister Freud ? Vous le voyez ici, ce sera trois, quatre, cinq… essais. Il y en aura d’autres ? Je ne sais pas. Avortement chaque fois. Non, ce n’était pas assez bien parti. Pas assez fort. Je mettais les freins. Je refermais ma machine et rangeais ces « débuts » ( débris ?) —sur ce site web.

    À lire pour observer un chercheur naïf.

    Faux départs ? Mais oui. Et après ? Aucune honte niaise ne m’habite désormais. Ici, l’écrivain mis à nu. La fragilité montrée quoi.

    C’est dit : sur des bouts de papier, dans mes calepins du diariste, je note encore et toujours des idées pour ce roman final.

    Ah, trouver « le » bon filon un de ces jours !

    Je suis un vieux navigateur en eaux calmes mais je guette. Quoi ? Un orage surprenant ? Une tempête excitante ? Un récif coriace ? Un rivage éblouissant ? Une caverne nue. Des grottes où nul n’a mis les pieds ? Une étonnante riche terre vierge ? Je guette, mine de rien.

    Je garde ma voile ouverte au cas où…

    Claude Jasmin

    (mars 2003)

    2 réponses sur “ROMANS INTERROMPUS | ÉCHECS OU RECHERCHES ?”

    1. Cela me rassure de savoir que l’un des grands a ressentit ce que j’ai ressenti souvent, moi aussi! Par contre, même si j’ai eu d’éloquentes éloges de mes professeures de jadis (Mme Campeau, Mme Lortie, Mme Martin… pour n’en nommer que trois – mes préférées! Je verse dans la nostalgie très, très souvent…) je me cherche toujours une ou un véritable mentor. Serait-ce d’ailleurs une « womentor » au féminin? Je verse plus souvent dans la langue de Shakespeare sur mon blog qu’autrement aussi… Tout en faisant ample usage de mes autres langues!

      Car, voyez-vous, Monsieur Jasmin – je fais comme vous! Je garde ma voile ouverte – au cas où! Mieux vaut tard que jamais, à tous les cas, et cela va aussi pour mon commentaire en retard de trois ans… Ouille! Mais je viens juste de découvrir que vous aviez un blogue! Martineau, Mistral et vous – finalement, je ne perds pas mon temps sur le net après tout (je blogue depuis 2004).

      Les esquisses de romans elles accumulent la poussière pendant ce temps-là – des conseils là-dessus? Ils seraient les bienvenus!

    2. Est ce que vous avez le livre Ethel et le terroriste .

      RÉPONSE DU WEBMESTRE

      Plusieurs librairies usagés le vendent: voir le site suivant qui est malheuresement en anglais mais qui répertorie aussi les livres en français en cliquant ici

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *