« ANNUS HORRIBILE » !

Nettoyant encore mes paperasses, le vidangeur découvre une année noire : 1987. En un bien beau mois de mai, l’Édouard de ma vie, papa, meurt. 84 ans, mon âge en novembre. Même année, en novembre, c’est ma dévouée Germaine qui s’en va le rejoindre au ciel, que moi je nomme :la lumière des lumières (« lumen de lumine »). 1987 : je viens de prendre ma retraite de scénographe après 30 ans à la télé publique, là où ma compagne de vie, Raymonde, plus jeune, va travailler encore de nombreuses années comme réalisateure. Me voilà donc vieil orphelin et tous les jours, bien seul chez moi.

Bien savoir que dans notre petit marché, un écrivain ne peut tout de même pas publier plus d’un roman par année; et cela me prend un mois seulement, alors 11 mois à faire quoi ? Le temps me sembla bien long en 1987. Je présente en 1987 mon dernier « téléthéâtre », mon dixième, réalisé par feu André Bousquet, il s’intitule « On est tous des orphelins », un combat. Dans une arène, un père en courroux, « un homme de peu de mots », comme tant de nos pères, force son fils à mettre des gants et c’est alors un combat cruel, cet ex-champion boxeur (bien joué par Jacques Godin) s’exaspère d’un fils coureur-automobile en Formule 1, qui refuse de suivre ses traces. À la fin épuisés, ils pleurent ensemble.

Sur son lit de mort à Jean-Talon, en mai 1987, papa me reprochait encore de n’avoir pas fait un prêtre ! Puis, deuxième carrière, me voilà animateur de télé à TQS, un neuf canal. Ensuite la radio. À CKAC avec, disparue !, Suzanne Lévesque. Et ce sera cinq ans à CJMS avec Arcand. Enfin un an avec Serge Bélair, disparu aussi. À la fin, me voilà « débater » polémiste. À TVA avec Bureau. Cette fois ce sera mon « adieu aux armes » cher Hemingway. Devoir descendre à St-Jérôme, tard le soir, et faire face au camion-antenne de TQS au garage de « La porte du nord » À ma piscine du Excelsior : « On voit plus M. Jasmin, nulle part ! »  Oui, stop et fin car, misère humaine, je devenais de plus en plus sourd ! Désormais, consolation, je pris vite conscience que « vraiment retraité », c’était la belle vie. Bon débarras, régisseurs énervés, minutages serrés et devoir trouver des arguments de polémiste. La sainte paix et regarder pousser les fleurs, mes arbres, observer les oiseaux, les écureuils, mes rats musqués. Amusé, guetter les sorties de ma grasse marmotte !

1987 était loin. Les années 2000 promettaient de nouveaux progrès quand, à New York, ces deux avions dans des tours ! Conduites par des jeunes d’Arabie saoudite, étudiants en Floride, fanatisés par des imams illuminés à Hambourg en Allemagne. 2001, oui, vraie « annus horribile » et qui se continue actuellement en Irak du nord : ces décapitations par des fous d’Allah. On regarde ces affreux, confortablement assis au salon. Notre impuissanc.t Tous ces alliés ne sachant trop au fond où, exactement, bombarder ces planqués, des musulmans veulent-ils se conformer à leur « Jésus » à eux, ce Mahomet farouche guerrier à cheval du saint Coran, armé qui serait monté en paradis à cheval et armé; rien à voir avec notre Mahomet à nous, ce certain Jésus, prophète à pied, prêchant paix et amour en Galilée.

2014, c’est cette nouvelle guerre mondiale. Enfin des musulmans se lèvent condamnant ces coreligionnaires malades mentaux. Il était temps et la sotte Rima Elkouri (La Presse) qui ne saisit pas bien : « Quoi, écrit-elle, nous tous, Araboïdes, on doit dénoncer ? » Oui. Souvenons-nous de cet Allemand qui écrivait : «  Quand on a vu des communistes, on se disait, moi, je suis pas communiste, on bougeait pas, quand on a vu des socialistes, même indifférence et quand les nazis allemands antisémites sont arrivés au pouvoir, il était trop tard pour agir ». « Debout les morts !, criait-on, gamins, debout les prudents muets, ici au Canada, pays maudit par les djiadistes », certains jeunes fous vont rentrer au pays ( d’origine oui d’adoption) revenant —en Syrie surtout— de certains camps idéologiques. Oh, çà pourrait être —métro, gare, place publique— autre annus horribile, l’horreur.

« J’IRAI PISSER SUR VOS TOMBES », BORIS VIAN.

À la première occasion, moi aussi, j’irai pisser « au pied » du monument de l’ange « au pied » du mont Royal. Monument en faveur de ce maudit verrat de Cartier. Pas Jacques le découvreur mais Louis Hyppolite Georges-Étienne, Celui que le « con-servateur » Harper veut nous voir fêter face à son 200 e anniversaire de naissance.

Ce triste vire capot, ce Cartier, fut d’abord un actif Patriote de 1837-38 souhaitant une république libre mais il va défroquer et se convertir à l’idée d’un beau grand Canada ! Il dira « Bonjour et bienvenue » à l’assimilation en se joignant aux blokes, le grand manitou chef des fédérats, John Macdonald. Avons-nous le goût, Québécois, de fêter le traître Cartier?

Il y eut d’abord « l’Acte d’Union » en 1840, faisant de nous, l’autre nation… qui doit fiancer les anglos, alors nation minoritaire. Merde : 27 ans plus tard, en 1967, voici donc la nouvelle offre : ce projet de « confédération ». Résultat : notre nation sera emmêlée avec les autres provinces anglos. Une crasse dilution, une noyade planifiée et on aura une seule petite voix, devenant des minoritaires en ce neuf pays. Cela à jamais.

L’homme accroché à l’ange du mont Royal, bronzé, ce Cartier de malheur, va donc contribuer à étouffer l’idée même que nous formons une nation, tentative « d’assassinat politique » quoi ! 1867, effroyable date, pas à commémorer mais à bannir, à détester, à regretter. À Ottawa, l’Harper éructe : « Musique, drapeaux, hourrah pour Cartier ! » Le signataire empressé de cet horrible pacte; les « Père de la Confédération » furent des « les meurtriers politiques des Québécois.

Non mais…Harper et ses sbires fédérats comptent bien sur l’ignorance de tant des nôtres en histoire.

Musique : premier mouvement donc en vue de notre minorisation, à Charlottetown en 1864, en septembre, un mois plus tard, le faux jeton de Cartier est à Québec avec le renforcement du sinistre « pacte ». À diluer » notre peuple. Sans Cartier, zélote diabolique, il n’y aurait pas eu cette « sauce anglaise », épaisse, nommée Confédération, Harper le vante donc. 1867 et on se retrouvait une simple province, une seule, parmi toutes les autres. Combat inégal.

Maxime Laporte, président de la SSJB, a tout à fait raison de crier au scandale, ce Harper, qui pisse lui aussi, par exemple, sur le Prix Thérèse Casgrain, veut organiser la commémoration. Il le sait : sans la fougue fédérastique du Louis Hyppolite Cartier, pas de confédération ! Cette union maudite fait qu’à l’avenir, 2018 ?, Harper pourrait être réélu, cela sans aucun apport du Québec. Terminé désormais, on l’a bien vu, notre ancien poids politique, fini. Ouvrez les yeux les innocents Québécois, on vaut plus rien à Ottawa, au bord du Canal Rideau, in Ontario.

Nos plus jeunes voteurs doivent apprendre qu’être « une simple province sur dix », là-bas, à Ottawa in Ontario, n’offre plus aucun pouvoir. Et que nous serons bientôt quoi ?, 20% parmi les Canadians fédérés. Une insignifiante minorité alors que nous sommes majoritaires chez nous au Québec. Bientôt, dans cette Confédération-à-Cartier nous ne vaudront vraiment plus rien du tout. Les jeunes, face à cette nouvelle situation saisiront, c’est certain, que seule l’indépendance sera notre issue salutaire. Ouf ! Il sera temps !

MON ROMAN HOMO

La semaine de « la fierté gaie » s’est terminé et on peut voir le film «  Yves St-Laurent », couturier célèbre, avec droit à mainte séances « physiques » entre des défilés de mode. Les temps changent. Les homos, c’était tabou il y a pas longtemps. EN 1956, Rentrant (pour trente ans ! ) à la scéno de Radio Canada, deux choses. 1-c’est une mini-ONU : deux Russes (dont Nicolas Sologoub qui vient de mourir), deux Allemands, un Hongrois, un Roumain, un Polonais. 2 : J’y découvre une quinzaine d’homosexuels (souvent surdoués) et s’ensuivent des amitiés. Avec confidences, aveux, confessions. Dès 1960, je rédige « le roman d’une passion homosexuelle et je le titre : « Délivrez-nous du mal » —toujours trouvable en biblio.

Je ne suis ni André Gide —« Coriolan »— ni Marguerite Yourcenar —« Mémoires d’Hadrien »— mais je lis dans une revue parisienne, Arcades : « Enfin un tout premier roman franchement homosexuel et, étonnante surprise, il est signé par un jeune canadien-français-catholique du Québec ! »

Les critiques, dont les deux « papes du temps » —J.Éthier-Blais et G.Marcotte— le louangent fort mais l’éditeur René Ferron se désole de voir revenir des boites « non ouvertes » avec : « Nous ne vendons pas cette sorte de littérature ! »

Avant publication, des journaux ébruitent : « Un roman de Jasmin portera sur la question homosexuelle ». Aussitôt des camarades s’inquiètent : « Merde, qu’est-ce tu oses raconter sur nous ? ». Je les rassure. Mon manuscrit fut offert d’abord à Pierre Tisseyre, mon éditeur de « La corde au cou ». Ce dernier le refusa. « Ah non Jasmin !, non, c’est à réécrire, il n’y a pas de chair, on ne les voit pas vraiment en action ! » Étonnement vu que ce Tisseyre « paraît » son jury —oui, oui— d’un aumônier.

« Délivrez-nous du mal » connut un fort bon succès. Tellement qu’un tout jeune cinéaste —Jean-Claude Lord, avec hélas des moyens de fortune en fit un (bien) long métrage Ses deux homos ? Yvon Deschamps —oui, oui !— et Guy Godin. Plus tard, Alain Stanké le rééditera « en poche ». En 2014, « Délivrez-nous du mal » relu, il semblera très éloigné du « brutal » actuel, du vulgaire scandaleux de tant de « quasi-pornos » à la mode. Cela au ciné comme à la télé. Les amateurs de crudités le jugeront trop nuancé car mon roman n’a rien à voir avec le « hard » et fait plutôt voir des sentiments humains avec nuances et délicatesses. Oui, les temps changent.

Dans ma jeunesse, il y avait des sortes de « grandes folles ». Certes rares. Dans mon quartier Villeray un bizarre travesti, au coin de la rue Bélanger, habitait derrière le cinéma Château, un certain Julien dit Juju. Il faisait des « sorties » fulgurantes tous les dimanches après-midi, ricanant, se dandinant dans les files de spectateurs, ultra maquillé, vêtu d’une robe rouge, d’un chapeau rouge, de souliers rouges, muni d’un sac à main… rouge. Silhouette rubescente, toute écarlate et cramoisie et qui surprenait grandement les loustics rue St Denis. Mon père l’avait comme fidèle client de sa gargotte. Je l’entendis un jour, paternaliste naïf : « Juju, Juju, qu’est-ce que ça vous donne de vous déguiser en femme comme ça ? Rien ! Promettez-moi d’arrêter ça, ces folies-là. » Et j’entendis la fausse femme : « Vous avez raison, m’sieur Jasmin, ça me donne rien et on rit de moé, m’en va vous arrêter ça, c’est promis ! » Et le dimanche suivant il remettait ça bien entendu. Oh !, dire encore sur ce sujet, qu’au cinéma Pine, les deux acteurs jouant le couple homo parisien emblématique (dont Galienne en Pierre Berger) dans le film biographique,  « Yves St-Laurent » est vraiment, mais absolument, extraordinaires.

BALEINES ET BELLES RELIQUES

C’était comique à observer. Nous tous, dociles touristes sur ce bateau, courant à gauche, à droite, en avant, en arrière. On écoutait les annonces du guide. Les baleines circulaient. Tous, il en vient de partout : Scandinaves, beaucoup de Français, Belges, Japonais, Brésiliens et Argentins, les « oh » fusaient à chaque apparition. Parois taches blanches, des bélugas. Que l’on nomme « marsouin » par ici. Nous étions, petite troupe plein d’espoir, partis de bon matin. Des barques (zodiacs?) vont plutôt dans le fjord, d’autre comme nous avec notre grosse embarcation, sommes allés traquer ces intimidants « fauves marins  » au large du fleuve. À la fin du voyage (de deux heures et demi) surgissait une troupe bien dense de « loups marins », étonnant gang de phoques.
Une des baleines ( bleue, à bosse ?) décidait de nous suivre, avec des cabrioles étonnantes. « Elles ont une sorte de sonar, ne craignez rien, il n’y aura aucune collision », explique le guide. Bref, une excursion en mer pour ravir ma Raymonde, la grande amateure de baleines.
Évidemment, pour s’y rendre (Tadoussac), il faut se taper des heures et des heures en voiture. Dimanche matin, nous avions décidé d’y aller en mode « voyageur pas pressé ». Par la vielle route, la charmante « 138 », on ne l’a pas regretté. Que de cris de belles surprises en route. Il y a entre Québec et Tadoussac des sites qui arrachent des cris de surprise. Des beautés ! Belle exemple ? « Baie Saint-Paul ». Vraiment, au détour entre, les montagnes, soudain ce fut une vision édénique ! Un magnifique paysage, d’une beauté vibrante, immense, grandiose, rare. Nous sommes descendus au coeur du noyau de ce village adorable où il règne quelques rues villageoises remplies de joie palpable, de bonheur réel —une étonnante ambiance de fête, à l’atmosphère renversante. C’est absolument un endroit mieux que charmant, c’est, Baie St-Paul, un lieu de conte féerique !
Eh bien, oui, ces soudaines et si belles visions campagnardes, renversantes, vont s’offrir une demis douzaine de fois en cours de trajet. Nous étions vraiment comblés. Enchantés.
Au bout du chemin, en arrivant à Baie Ste-Catherine, dans le fjord du Saguenay, c’est un amusant fracas un jeu de ponts qu’on relève qu’on abaisse, c’est l’embarquement (avec aussi des camions de routiers à 25 roues !) pour ce traversier vers la belle Tadoussac. Au bout du compte, nous avons « navigué » sur le fleuve 5 fois ! Cela en comptant, à notre retour, le traversier, oui, de Sorel ! On avait pris goût à ces chalands un peu vieillots, faut-il croire !
Donc, après avoir salué nos « sœurs les baleines » (cher François d’Assise), ce fut le retour à Ste-Adèle. Encore une fois, nous décidons de rentrer sans hâte aucune et nous avons pris la belle et bonne vieille « 132 ». Oh la bonne idée ! Que de villages sympathiques ! Et un étonnant pèlerinage aux architectures authentiques « québécoises ». Parfois : très anciennes. Certes il y a des « adaptations » plus ou moins heureuses, des imitations parfois lamentables, mais, ici et là, dans tous ces jolis villages, nous ralentissions très souvent pour nous mieux pâmer face à de véritables « chefs d’œuvre », des bâtiments d’une beauté renversante, souvent de véritables bijoux d’habitations de jadis, datant parfois de siècles ! Ah oui, Charles Trenet : « On a fait un beau voyage…au Canada », oui, ah oui, on récitait : « Heureux qui, comme Ulysse \ A fait un beau voyage ».

MIKE MORT ?

 

 

 

C’est fou, je l’imaginais immortel ce vagabond céleste, de l’Avenue du Parc, Mike. Un « guenillou » pédaleur étonnant, un chiffonnier en vélo et toujours accompagné de son pauvre chien dans le panier, y ajoutant un chat ou deux à l’occasion ! Mike est mort dans la nuit du 11 février, merci à votre chroniqueure d’en faire un événement, merci Rima Elkouri. « Un trou dans le cœur » disent ceux qui l’aimaient. Dès mon installation dans la rue Querbes, à mes courses, j’avais bien remarqué ce maigre nabot ineffable triporteur. La peau et les os. Mike sillonnait sans cesse le quartier à la recherche de poubelles généreuses, des rues du grand Parc Jeanne-Mance jusqu’au bout du Mile End à l’est. J’ai voulu mieux le connaître, impossible. Deux, trois mots, deux fois, et Mike — Domenico Meduri— se sauvait ! Un sauvage ? Elkouri a appris qu’il fut surnommé, à McGill, Socrate. Qu’il fut jadis boulanger et qu’une « fiancée » avait rompu cruellement. Qu’il avait fui à jamais.

En 1987, je décide de produire une émission pour l’entendre philosopher en patrouilleur des misères, excité, je rêve de faire parler ce voltigeur en pauvreté. C’est Richard Martin —cet inoubliable super actif chef-des-dramatiques à Radio-Canada— qui me donne carte-blanche. Budget adéquat et je fonce à sa familière station-service, coin Mont–Royal, son abri, son refuge. Patatras !, je découvre que Mike baragouine à peine le français, quelques borborygmes ! Dépit et abandon du projet forcément. Adieu le rital en vélo, —à chien et à chats— dans l’Avenue du Parc. Adieu !

 

Claude Jasmin

Écrivain, Ste Adèle.

 

PARLER CHINOIS RUE MORIN ?

 

Quoi, des langues disparaissent ? Êtes-vous au courant que l’Empire des Romains a sombré ? Que celui, tout aussi puissant, des Grecs anciens aussi ? Que la Perse connut la puissance et la perdit ? Que dire de l’Angleterre, puissance toute rétrécie et que dire de cette France puissante colonialiste jetée à terre ? Pensons aux Arabes musulmans, puissants envahisseurs d’Afrique, installés jusqu’en Espagne.

Ainsi, furent réduits, démolis des empires fabuleux, l’un après l’autre. Les petits pays (Québec) dominés, accrochés à ces puissances, se retrouvent-ils chaque fois plus libres ? Un célèbre penseur Allemand, Stephan Zweig, visita le Québec en 1911. Dès son retour, il confia au journal de Francfort, son admiration : « Ces Français d’Amérique du nord sont admirables de ténacité. Ils mènent une lutte héroïque. » Zweig ajouta : « On doit prévoir qu’ils seront assimilés par la culture anglo-saxonne qui est dominante sur tout le continent. » Bang !

En 2014, on peut dire que ça y est, que ça vient et vite. Observez bien la galopante attirance pour la culture populaire toute puissante, musique pop, variétés, télé et cinémas. Pas vrai ? Observez la jeunesse livrée volontariste à cette sauce impériale-USA. Cent ans plus tard, la terrifiante prédiction de Zweig va s’accomplir. À moins d’un sursaut (improbable) on peut compter les années avant l’assimilation aux USA (et ses satellites, Australie, Nouvelle Zélande, Angleterre, Canada-anglais. Le français est méprisé, bafoué en métropole, sous le séduisant joug d’un « vouloir vivre » à la sauce USA ! Résistance ? Nenni et plein de journalistes publicisent et louangent cet univers du puissant voisin. Si tu protestes, ces demi-assimilés diront « vieux schnock ».

Mais attention: les Américains ne sont pas coupables et méchas, non, non, « ils sont ». Jusqu’à leur chute, comme Grecs, Romains, Perses, Arabes, etc. Nos mollusques, carpettes et demi assimilés —les Cormier, Brunet, Elkouri, Cassivi, Dumas, etc, etc.— publicitaires serviles servent de simples « courroies de transmission » à l’actuelle puissance, hélas voisine, USA. L’assimilation est enclenchée et la fatale prédiction du Zweig se concrétisera. Attention : pas de panique, personne ne va en mourir ! Juste une tristesse infinie. « Toutes les civilisations sont mortelles », a dit Paul Valéry.

Lâche et molle comme Montréal, à Paris aussi on se vautre allégrement dans « l’anglo-way-of-life », parlant franglais avec complaisance, pâmé des produits made in USA. Tout comme ici, résistance zéro. Consentement joyeux, une sotte vanité, idiote acceptation. Un signe ? Voyez les Najari, les cinéastes du tout récent film titré ARWAD (une ville en Syrie). Arwad fait voir la détresse de l’assimilation. Dont, je le répète, on ne meurt pas. On y voit : Des parents exilés ayant conservé leur culture, leurs enfants qui parlent à peine leur langue et les petits enfants ? Ah, c’est fini. Douleur d’une grand-mère (en visite) qui ne peut plus communiquer avec les siens ! Ça va nous arriver collectivement. Une question de temps. Certains se moquaient d’un film (saboté) de Lise Payette au thème dérangeant : « Disparaître ». Rire jaune garanti. Dans peu de temps. Ce sera la victoire de nos « collabos », Brunet, Hugo Dumas, etc. Écoutez ce jargon mou des jeunes, voyez le web des « réseaux » dits sociaux, pénible créole. Avec des expressions « in english », mode illustré par un Marc-Labrèche. Alors, en quelle année l’extinction complète, je ne serai plus là.

Plus tard, règne-USA exclus, entendra-t-on rue Sainte-Catherine —ou rue Morin à Ste Ad— parler mandarin chinois ? N’en doutez pas car viendra le tour de la Puissance-Chine.

MORT DU DESSINATEUR DE RENÉ LÉVESQUE

 

 

Diplômé de l’École du Musée, fils unique d’un commis-voyageur (en trophées), Guy Gaucher, mon « petit » camarade (il n’était vraiment pas grand) de Villeray était un fou de dessin. L’ami vient de mourir. Condoléances à ses proches. Gaucher avait été l’infatigable caricaturiste à la télé naissante, entre autres émissions pour « Point-de-Mire ». Au service d’un brillant jeune vulgarisateur —en « affaire publiques »— nommé René Lévesque.

Du temps des La Palme, Berthio, Normand Hudon ( un voisin, rue Christophe-Colomb), Gaucher avait sa place à lui, son style reconnaissable et sa pugnacité graphique. Aussi le restaurant de la SRC —« Chez Miville »— a su illustrer à grands panneaux muraux sa manière. Mon ami Guy fut un joyeux drille à ses heures, très disert, chaleureux, je l’ai installé dans mon roman « Anita, fille numérotée ». Dès 1953, Gaucher fut un pionnier du trépident « Service des graphiques » à Radio-Canada avec les Gilles Carle, René Derouin, etc.

Il y a quelques années, un soir, j’ai revu mon « Tit-Guy » déambulant un peu perdu, errant au bord de la rivière des Prairies à Laval, en pyjama et pantoufles ! Le cœur lourd, je l’avais reconduit à sa résidence de retraités. Toute fin de janvier, l’inépuisable dessinateur s’est éteint. Paix à ses cendres !

Claude Jasmin

 

AH ! LE TEMPS DES FÊTES

Albina Prud’homme-Jasmin, ma mémé ( côté paternel) nous attendait toute la tralée. Elle habitait Villeray comme nous. Trois coins de rue. C’était une bien « vieille » fée mais nous avions hâte de nous y rendre pour son grand repas décoré du Jour de l’An. Surtout pour les belles étrennes qu’elle nous ferait encore « la môman, (une veuve riche) de pôpa « . La seule authentique « bourgeoise » de nos modestes familles ouvrières.

Papa —endimanché, son long manteau de drap gris, son chapeau de feutre, ses belles guêtres, son foulard de soie blanche, ses gants de « kid »— sortait de la « shed » la grande « sleigt » toute blanche sur ses glisses hautes de tubes métalliques courbés. Un luxe pour les plus jeunes, Raynald et Nicole. Hâte d’abord de revoir le fabuleux grand sapin de « mémeille-la-riche. Pas peureuse comme son fils, Édouard, mon père, les lumières abondaient. Vrai éblouissement dans la fenêtre à vitraux de ion salon. Salon à la cheminée foyer artificiel — où roulait une lumière rouge sous des charbons de verre bleu ! On se pâmait face son arbre archi-décoré : boules de fantaisie, glaçons sans nombre, guirlandes variées, et un ange tenant une lumineuse étoile (de Betléem) au faîte du haut sapin. Fête visuelle ravissante pour mômes pauvres.

Au pied de l’arbre —imaginez nos regards anxieux— immenses boîtes bien scellées, aux papiers métalliques reluisants, aux rubans de soie, avec pompons fleuris. Mystère des cadeaux, toujours fabuleux chez Grand’maman Albina. Elle habitait avec son « vieux » benjamin, l’oncle Léo, cantinier au CiPiAr (C.P.R.), avec la tante Rose-Alba, statuesque —du Maillol— bonne femme. Aussi les deux rejetons, cousine Marthe-la-timide et Jacques, cousin-mutique. Dans sa salle à manger décorée de jolis rubans, c’était…un véritable banquet de gourmets. À la fin, offre de pâtisseries exotiques, inédites pour nous chaque Jour de l’an.

Alors venait un petit moment douloureux pour nous, les enfants, la maudite récitation apprise par coeur à nos écoles. Avec écoute obligatoire des adultes, les pauvres. Au boudoir comme au salon, la soirée se terminera par les inévitables « chansons à répondre » du temps. Ovila le « helper » de l’oncle-des-trains, bouffon dynamique ( sosie du maigre dans « Laurel et Hardy ») chantait (gueulait !). Il s’accompagnait avec son « ruine-babines ». Aussi sa « bombarde, une guinbarde. Oncle Léo osait des histoires un peu cochonnes, mémé fronçait les sourcils: « Voyons Léo ! Les enfants !  » Tard, endormis, on espérait rentrer car on avait hâte à demain et jouer avec ces étrennes. Moi, avec ( une année) ma longue luge (traîne sauvage) de six pieds au beau coussin vert !

Quand cette généreuse « mémeille » mourut, en 1942, le Jour de l’An sera différent, bien plus sobre, « sans arbre illuminé  » à notre logis. Et quand nous seront des « enfants partis », mariés la plupart, on parlera encore de ces fêtes chez grand-maman-la-riche. Ô nostalgie ! Maintenant ? Songer à tous les gens très âgés et solitaires parfois. Souvent « placés’ dans un HCLSD, ou quelque abri-hospice-résidence. Ils guettent une visite…qui ne viendra pas toujours ! Devoir rester seul ce jour-là à contempler des photos, à se souvenir ou à murmurer avec la radio des airs archi-connus. N’oublions pas les anciens. Certains iront à une sainte « messe », ils écouteront les cantiques usés. Ils jonglent celles et ceux (salut Jacques Brel) « qui vont et viennent, du fauteuil au lit et puis du lit au fauteuil » ? J’ai souvent illustré cette mémé-Albina, parler de nos morts c’est les faire revivre. Les ressusciter. Je m’ennuie de cette « vieille fée » ! Du temps achevé à jamais où on se faufilait entre les nombreux tramways,Du temps où on l’embrasait (en grimaçant) cette veuve « en moyens ».

Albina morte, nous avions eu droit à un chalet d’été, avec une grande balançoire, à une chaloupe « verchère » —transformée en voilier avec les draps volés à maman pour explorer les îles au large du Lac des Deux-Montagnes. J’ai pondu 80 demi-heures sur cet héritage ; « Boogie-woogie ». Une série de télé où un élève sortant de Lionel-Groulx, Marc Labrèche, incarnait avec talent « bibi », Ado rêveur. Je me questionne : « Pourquoi Radio-Canada ne passe jamais (en rafale), ce feuilleton qui raconte ces étés à ces « chalets garnis de moustiquaires anti-maringouins » et ces mères « veuves-d’été ? Fameux cadeau des Fêtes, voulez-vous écrire à la SRC ? Je vous dis «  merci », d’avance.

 

LETTRE OUVERTE À LA BELLE PAULINE

Avez-vous lu, Pauline, la chronique d’Yves Boisvert un matin ( La Presse) ? Il nous sort un musulman de ses entourages, type bien intégré. Boisvert (faux candide ?), est tout content de sa trouvaille : « Il y a aucun problème avec nos musulmans ! » Ajoute : « pourquoi une « chartre de nos valeurs » ? Même quotidien, chère Pauline, publication d’un billet d’un M. Gaumond. L’inverse. Cet ex-prof nous sort deux cas odieux de musulmans fondamentalistes. L’un a égorgé sa fille à Mississauga en décembre 2007 et un autre, bon-papa-Shafia qui, dans un canal ontarien, assassina par noyades. Il conclue : musulmans tous des tueurs virtuels, une chartre !

Oh !, ma chère radieuse Pauline, la question laïciste s’affole mais entre l’intégration des uns et le refus de nos valeurs des autres, il y a un vaste spectre. Charte pas chartre, il n’y a pas de loi efficace, ma pauvre Pauline, pour le comportement des exilés, réfugiés, ou apatrides de diverses sortes. Rendus à Rome, c’est bête , mais certains refusent de « faire comme les Romains ». Il y aura toujours parmi nous des migrants déboussolés qui, hélas, assassineront et d’autres nouveaux venus qui savent harmonieusement s’intégrer. Pour leurs enfants c’est indispensable. Futile de rédiger une liste de « ceci oui, ceci, non ». De « cela se fait, cela ne se fait pas », Vite, expédie ce projet de loi aux calendes grecques. Quelle mouche piqua le sieur Drainville, vit-il sur la planète « réalité » tu aurais bien fait de l’envoyer étudier « les insectes intégrateurs sur la vaste Côte Nord » car voilà que nos adversaires pissent leur vinaigre de « colonisés » depuis cette annonce sur « nos » valeurs. Les mercenaires, de vilains  « Collabos », s’empressent d’exciter les aveuglés en « tolérance totale ». Ainsi du « trio » habituel, lècheculistes fédérastes, les Dubuc, Gagnon, Pratte, pisseurs de copie pour nuire aux gros méchants souverainistes.

Pauline, j’ai passé trente ans de ma vie active (25 à 55 ans) parmi des émigrants. 30 ans de bonne paix, de joyeuse entraide, d’amitiés durables. Tout un étage de Radio-Canada vivait de bonne entente. Parmi 30 scénographes, on trouvait 15 néos-québécois, c’était l’ONU. Deux Allemands, un Suisse, un Hongrois, deux Russes, un Roumain, un Polonais, un Lithuanien, etc. Tous s’exprimaient évidemment dans un bon français et tous avaient leurs valeurs personnelles, bien à eux. Alors, au diable les chartres ! On étaient unis dans le but d’apporter du bon « design », une scénographie imaginative pour une télévision qui débutait. Je puis donc témoigner d’une époque pas si lointaine —1955-1985— où les « valeurs » des uns et des autres ne subissaient aucun choc, aucune discorde.

Pauline : des « valeurs » cela se « dévalorisent » vite au gré du temps, tu le sais bien, tu te souviens : on vénérait des valeurs aujourd’hui toutes disparues et farouchement reniées. N’est-ce pas la vérité ?

 

QUAND TU VIELLIS !

Quoi donc peut lancer vers une chronique ? Je lis : vieillis, c’est le désert quand vient le grand âge. » Vrai et c’est assez pour me faire rédiger. Oui, terrifiant, vous verrez jeunes gens. Un jour vous prenez conscience d’être devenu une sorte de « survivant ». Pas moyen d’éviter ça en lisant les nécrologie. Des amis partis ! Un ami d’enfance ou de mon adolescence. un qui riait avec vous… Soudain :« finita la comoedia ». La cruelle Camargue fauche, fauche.

MORT DE ROLAND : Roland Devaux venait de m’inviter à séjourner chez lui, dans son nouveau « home » la belle île au bord du Pacifique.Victoria, il avait gagné à la loterie et riait au téléphone, ragaillardi par un si beau sort en fin de vie. J’avais promis mais une semaine plus tard, nouveau coup de fil. Mort subite ! Roland, c’était toute mon enfance dans Villeray, il y était le chef de notre petite bande, batailleur de mes ruelles avec manches de moppes, lance et épées de bois. Contre les « maudits blokes », Gordon, Collin, voyous irlandais des rues Faillon, Berri, Lajeunesse (de Holy Family). Roland : beau plongeur audacieux au bain public de la rue St-Hubert. Aussi soupirant de ma soeur Marcelle. Il m’avait enseigné la boxe dans son hangar, coin Jean-Talon, aussi la levée d’altères, avec poids de ciment coulé dans des chaudières !

MORT DE JUJU : Julien, dit Juju, voisin rue Jarry d’un René Angelil s’égosillant sur son balcon comme un Roméo. Juju qui, pour se payer ses études en droit, vendait des glaces (20 essences !) chez « Robil », rue Lajeunesse. Qui fit carrière chez Bell. Julien, ado parmi les ados, était un fou de théâtre. Étudiant à Ste-Marie-les-jésuites, il fera le metteur en scène aux côtés de Monique Miller pour le premier Dubé : « De l’autre côté du mur ». À cause de ses encouragements, je rêvais à 17 ans de devenir un acteur fameux.

MORT DE JEAN LÉVEILLÉ : Jean, décorateur efficace, qui signa mes décors pour une dramatique signé Paul Blouin (mort lui aussi) : « Blues pour un homme averti », défendu par un Jacques Godin brillant. Léveillé était mon voisin de cagibi à Radio-Canada. Grand frère de Claude-le-poète-chanteur (mort lui aussi), né rue Drolet avec un papa chantre et une maman pianiste. Jean restera le discret, le timide confident précieux. À une rencontre de « vétérans de la SRC », Jean et moi découvrons avec peine de ces retraités amoindris, un avec cannes, un autre avec béquilles, un avec déambulateur et pris d’alzeimer. Un en fauteuil roulant. Même un camarade avec une jambe coupée !

MORT D’UBALDO FASANO : mon plus cher ami. Ubaldo, le « rital », cruelle perte car c’était un vrai fou de musque, le compositeur-arrangeur du célèbre JAUNE de Ferland. Tout jeune, il pianotait aux « mariages d’Italiens » et fit le pianiste des pianos-bars. Ainsi, mon Baldo aidait sa famille de la rue Papineau; La RCMP avait flanqué en camp de concentration (à Petawawa) son maçon de papa, injustement soupçonné de « mussolinisme fasciste ». Quand je voulus organiser une demande d’excuses d’Ottawa, Ubaldo m’en empêcha : «  non, non, Claude, c’est le passé, faut vivre le présent. » C’était tout Ubaldo, pacifiste calme, philosophe souriant. Que de rieuses vacances nous avons passé avec lui (et sa douce France Bergeron) dans les stations balnéaires du New Jersey et du Maine. Amateur de « farces et attrapes », Ubaldo avait inventé une prodigieuse « machine à péter ! » qui avait fait paniquer une Monique Duceppe candide à Nantuckett Island un soir d’agapes joyeuses. Je pense à lui souvent et je souris. Mais ce maudit désert…